Anciens Établissements Cail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Locomotive construite par les Anciens Établissements Cail en 1889 et préservée au CFBS
Locomotive vendue par les Anciens Établissements Cail en 1893 en Grèce et toujours en service

La Société Anonyme des Anciens Établissements Cail est créée en 1883[1] avec un capital de 20 000 francs[2]. Elle succède à la Société J.F Cail & Cie alors en liquidation[3]. Elle est remplacée par la Société française de constructions mécaniques en 1898.

Plusieurs banques participent alors à sa constitution[4]:

Le est constituée une nouvelle Société Anonyme des Anciens Établissements Cail, avec un capital réduit à 10 millions de francs réparti en 20000 actions de 500 francs. Son siège social se trouve à Paris, 16 rue de Grenelle[5]. Le personnel est de 600 ouvriers[6].

Production[modifier | modifier le code]

La production s'effectue à Paris à Grenelle sur les bords de la Seine et à Denain dans le Nord[7].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.patronsdefrance.fr/Database/Institution_fr.php?ID=CoAc1713
  2. Frédéric Barbier, Le Patronat du Nord sous le Second Empire: Une approche prosopographique, Librairie Droz, (ISBN 9782600034081, lire en ligne)
  3. Jean-Pierre Poussou et François Crouzet, L'économie franc̜aise du XVIIIe au XXe siècle: perspectives nationales et internationales : mélanges offerts à Franc̜ois Crouzet, Presses Paris Sorbonne, (ISBN 9782840501398, lire en ligne)
  4. Jean-Pierre Poussou et François Crouzet, L'économie franc̜aise du XVIIIe au XXe siècle: perspectives nationales et internationales : mélanges offerts à Franc̜ois Crouzet, Presses Paris Sorbonne, (ISBN 9782840501398, lire en ligne)
  5. http://www.numistoria.com/imgtitre/12237efi_hau.jpg
  6. « Le périmètre des anciens ateliers Cail est actuellement en plein chamboulement - LaVoixEco.com », sur www.lavoixeco.com (consulté le 2 mars 2019)
  7. Julien Turgan, Les grandes usines: études industrielles en France et à l'étranger, Michel Lévy, (lire en ligne)