Jacques-Augustin Normand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Augustin Normand
Statue augustin normand.jpg
Détail du Monument à Jacques-Augustin Normand par Eugène Bénet, Le Havre.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Le HavreVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Jacques-Augustin Normand, né le au Havre et mort dans cette ville le , est un ingénieur et constructeur naval français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jacques-Augustin est issu d’une famille spécialisée dans le domaine de la construction navale et établie en Normandie dès le XVIIIe siècle à Honfleur. On doit à son père, Augustin Normand (1792-1871), la construction, en 1842, du premier vapeur à hélices en France Le Napoléon, rebaptisé ensuite Le Corse[1].

Augustin Normand a été le père de 12 enfants. Dernier de cette longue fratrie décimée par les épidémies de fièvre typhoïde, Jacques-Augustin fit ses études littéraires à domicile et scientifiques au collège du Havre complétées par un apprentissage technique et professionnel dans le chantier paternel[1]. Il assista aussi à l’élaboration de machines à vapeur légères et performantes, à expansions multiples, inventées par son frère aîné Benjamin.

Ingénieur et chef d'entreprise[modifier | modifier le code]

Le patriarche Augustin Normand meurt en avril 1871 et Jacques-Augustin Normand hérite, avec ses deux sœurs, du chantier familial. Il a 31 ans[1]. Cette année d’après-guerre et l’avènement de la 3e République ne sont pas propices à la construction navale. Mais, pendant les 35 années suivantes, il fera évoluer considérablement les activités du chantier avec la réalisation de machines performantes et de navires rapides de sa conception. Il développera des méthodes de production en série et une recherche permanente des meilleures formes et des dispositions pour aller toujours plus loin dans les performances. Ses deux sœurs célibataires, Francine et Émilie Normand, assisteront efficacement leur jeune frère et consacreront leur vie au Chantier et à son essor.

Le Yacht « Vélox ».

Dès 1871, Jacques-Augustin conçoit et construit le premier cotre-pilote du Havre, Le Cours-Après qui servira de modèle à une longue série devenue célèbre « les hirondelles de la Manche »[2]. Il dessinera beaucoup de voiliers fins et rapides mais son chef-d’œuvre fut le Vélox en 1875, un yacht de 45 mètres hors tout, gréé en goélette, commandé par un prince Russo-polonais. Plus rapide que les vapeurs de l’époque, il filait à plus de 17 nœuds sous voiles, et consacrera le principe de la quille creuse largement copié depuis.

Comme son père, Jacques-Augustin touchera à toutes les catégories de la construction navale de l’époque[1] : voiliers, paquebots à passagers, yachts, bâtiments de servitudes (remorqueurs, chalands…), avisos, canonnières et transports pour la Marine, canots de sauvetage etc.…. mais sa plus constante et permanente activité sera consacrée aux torpilleurs[3] que les Marines française et étrangères commanderont en quantité pour en faire des moyens de défense côtière et de protection des escadres de cuirassés.

Développement des machines à vapeur[modifier | modifier le code]

Une étape importante dans la recherche des grandes vitesses sur mer a été l’amélioration significative des chaudières[1] dont la pression de vapeur allait augmenter tout en étant plus légères. Jacques-Augustin Normand, suivant l’exemple de son frère aîné Benjamin Normand[4],[5] (1830-1888), et converti à la triple expansion, décide de construire ses propres chaudières et crée un appareil évaporatoire avec tubes à haute pression qui permettra d’atteindre les puissances considérables nécessaires aux performances des torpilleurs et, par suite, de tous les bâtiments de guerre. Ces chaudières brevetées seront employées dans les marines anglaises, russes, portugaises, espagnoles, sud-américaines et construites aussi sous licence en Pologne, aux États-Unis et en Angleterre.

Postérité[modifier | modifier le code]

Voici résumée dans cette description[6] de son fils Paul, président de l’Académie de Marine, l’œuvre colossale de Jacques-Augustin Normand :

« L’une des plus saillantes caractéristiques de ses dons pour la construction navale fut une égalité d’aptitudes pour les branches les plus diverses de cet art technique, le plus complexe de tous, qu’il s’agisse de la théorie ou de la pratique, de la voile ou de la vapeur, des coques ou des appareils propulsifs. Il avait d’ailleurs, des clartés en bien d’autres domaines, de l’astronomie[1], à laquelle se rapportent plusieurs de ses mémoires, à la numismatique, qui était son délassement favori ;….Ce qui domine dans son œuvre théorique est l’extension des lois de similitude à maintes questions de construction navale et dans son œuvre pratique, le rôle qu’il a joué dans la construction des torpilleurs et, par là, dans la conception et la réalisation des progrès de toutes sortes dont cette classe de navires a été, à cette époque, l’initiatrice : accroissement de la légèreté des coques et des appareils moteur par l’adoption de nouveaux matériaux et de nouvelles dispositions, chaudières à tubes à eau, équilibrage des machines alternatives, accroissement progressif de la pression de vapeur, dégraissage et réchauffage de l’eau d’alimentation, découverte de la cavitation des hélices, adoption des turbines. »

La statue de Jacques-Augustin Normand, au Havre.

En 1908, les édiles de la ville du Havre lancent un concours pour un monument en son honneur. Une statue sera inaugurée en 1911. Préservée de la destruction pendant les deux guerres mondiales, elle se trouve maintenant au bas du boulevard François Ier au Havre.

Par un décret du Conseil d’état de 1911[7], la descendance de Jacques-Augustin Normand pourra porter le patronyme de « Augustin-Normand ».

Il est inhumé au Cimetière Sainte-Marie au Havre.

Publications de Jacques-Augustin Normand[1][modifier | modifier le code]

Titre Année Éditeur
Sujets généraux
Notice sur les modèles, appareils et dessins exposés par AUGUSTIN NORMAND & Cie (Expo. universelle 1900) 1900 Catalogue de l’exposition
Sur le réglage des montres à la mer par la télégraphie sans fil 1903 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris
De l'appel à la concurrence dans les emprunts publics 1914 Recueil des Publications de la Société havraise d'études diverses
ETUDES SUR LA SIMILITUDE
Note sur la détermination expérimentale des courbes de métacentre latitudinal
Mémoire de l'application de l'algèbre aux calculs des bâtiments de mer 1864 Augustin Challamel & Arthus Bertrand, Paris
Formules approximatives de Construction navale 1870 Arthus Bertrand, Paris
Étude géométrique sur les croiseurs et les éclaireurs d'escadre 1877 Gauthier-Villars, Paris
On approximate formulae for the calculation of trim 1882 Institution of Naval Architects, London
Etude sur les torpilleurs 1885 Gauthier-Villars, Paris
On the fineness of vessels in relation to size and speed 1888 Institution of Naval Architects, London
Note sur la loi de la variation du poids de la charpente des navires avec les dimensions et sur la limitation qui en résulte dans la grandeur absolue 1892 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
Des lois de similitude dans diverses questions de construction navale 1894 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
The displacement and dimensions of ships

Appendix de 10 pages

1901 Revue Marine Engineering, novembre 1901
De l'influence de la surimmersion sur la vitesse 1903 Académie des Sciences, Paris & Gauthier-Villars, Paris
Sur la détermination du déplacement d'un bâtiment de combat 1904 Académie des Sciences, Paris & Gauthier-Villars, Paris
De la grandeur absolue des cuirassés d'escadre en fonction de la vitesse 1906 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
HELICES
On the steam trials of H.M.S "IRIS" and the resistance of screw propellers 1880 Institution of Naval Architects, London
Note relative à l'influence de la pente de l'axe de l'hélice sur l'utilisation 1882 Mémorial du Génie Maritime
Note sur les actions réciproques du gouvernail et de l'hélice 1890 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris
Note sur l'influence de l'immersion de l'hélice et de la vitesse sur la rupture du cylindre d'eau actionné 1893 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
Sur la puissance giratoire comparée des gouvernails placés en avant et en arrière des hélices 1893 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris
Règles approximatives pour le calcul de la surface propulsive 1899 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
Sur les avantages que présente pour les navires de guerre la combinaison d'une faible acuité et d'une grande surface propulsive 1901 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
Sur la cavitation dans les navires à hélices 1902 Académie des Sciences, Paris & Gauthier-Villars, Paris
Propulsive power of screws necessary to avoid cavitation 1906 Institution of Civil Engineers, London
MACHINES
LA CHAUDIERE NORMAND AUGUSTIN NORMAND & Cie
Characteristics of the Normand water-tube boiler Journal of the American Society of Naval Engineers
On the compound surface condensing engines of the paddle steamer "HIRONDELLE" 1876 Institution of Naval Architects, London
Note sur le fonctionnement des pompes alimentaires des machines à vapeur à condensation par surfaces 1883 Société des Ingénieurs Civils séance du 19 janvier 1883
On the importance of economy of fuel in very fast vessels and on the advantages to be derived from heating the feed water 1890 Institution of Naval Architects, London
Note sur la machine à vapeur, suivie d'une lettre corrective de J.A N, datée du 31-1-1891 1890 Société des ingénieurs civils, Paris
Des vibrations des navires et des moyens susceptibles de les atténuer 1892 Mémorial du Génie Maritime
Note sur des expériences exécutées en mars 1892 pour déterminer la variation du coefficient de transmission de la chaleur à travers une surface métallique… 1893 Mémorial du Génie Maritime
On water-tube boilers 1895 Institution of Naval Architects, London
DYNAMIQUE DU NAVIRE
De la vitesse des bâtiments de combat 1897 Commission extra-parlementaire de la Marine
Note sur l'estimation de la vitesse maxima et de la résistance directe d'une carène
Note sur la résistance au choc des matériaux, considérée au seul point de vue géométrique 1863 Académie des Sciences, 28 juin 1863
On a new ship-clinometer 1866 Institution of Naval Architects, London
Note sur l'utilisation des carènes 1887
Note sur l'utilisation de quelques torpilleurs de la Marine Nationale 1890 Mémorial du Génie Maritime
Le problème de la vitesse 1895 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
Approximate rules for the determination of the displacement and dimensions of a ship in accordance with a given program of requirements + appendix 1901 International Engineering congress Glasgow 1901 section IV Naval Architecture
Sur la solidité des navires très rapides 1902 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
ALGEBRE ET ASTRONOMIE
Note sur la détermination de la parallaxe solaire 1874 Gauthier-Villars, Paris
Mémoire sur les occultations d'étoiles par les planètes 1876 Gauthier-Villars, Paris
Sur les occultations d'étoiles par Mars, observables pendant l'opposition de 1877 1877 Association française pour l’avancement des sciences, Paris
Navigation Stellaire 1883 Gauthier-Villars, Paris
Formules de Navigation Stellaire 1888 Gauthier-Villars, Paris
Expressions algébriques approximatives des transcendantes logarithmiques et exponentielles 1903 Académie des Sciences, Paris & Gauthier-Villars, Paris
STRATEGIE NAVALE
On sea-going torpedo-boats 1883 Institution of Naval Architects, London
Sur la guerre Maritime 1896 Bulletin de l’Association technique maritime, Paris Gauthier-Villars, Paris
Notre puissance navale 1900 Berger-Levrault, Paris
Du rôle de la vitesse des cuirassés pendant le combat 1902 Extrait du bulletin de l'Association technique maritime, page XLVII
POLEMIQUE
AUGUSTIN NORMAND et FREDERIC SAUVAGE 1881 Gauthier-Villars, Paris

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de La Varende, Les AUGUSTIN NORMAND, Imprimerie FLOCH à Mayenne, n° d'impression 4474, achevé d'imprimer le 7/12/1960, Dépôt légal : 4e trimestre 1960, 235 pages + tables des matières. Cette monographie est le dernier ouvrage de Jean de la Varende, juste avant sa mort. En relation avec cet article, ce livre contient les listes suivantes :
    • Navires à voiles et à vapeur de 1871 à 1908 (Torpilleurs non compris), pages 206 à 209
    • Torpilleurs et contre-torpilleurs construits pour la Marine Nationale, pages 216 à 219
    • Torpilleurs et contre-torpilleurs construits pour les gouvernements étrangers, page 220
    • Canots de sauvetage (non détaillée) de 1871 à 1907, pages 226 et 227
    • Mémoires de J-A Normand, pages 229 à 231

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « JACQUES-AGUSTIN NORMAND », Le Génie Civil. Revue générale des industries françaises et étrangères, no 128,‎ , p. 179-180 (lire en ligne).
  2. Pierre-Henri Marin, PILOTES, les Hirondelles de la Manche, Pilotes du Havre, Gallimard, , 194 p..
  3. Henri Le Masson, Histoire du Torpilleur en France, Paris, Académie de Marine, , 377 p..
  4. Émile Evers, Augustin et Benjamin Normand, Société des Ingénieurs Civils de France, .
  5. Abbé Albert Anthiaume, aumônier du lycée du Havre, Benjamin Normand, ingénieur-constructeur de navires, Le Havre, Société havraise d'études diverses, 3e trimestre 1920, 32 p..
  6. Lettre du 17/10/1947 de Paul Augustin-Normand à Paul Gille, Ingénieur en chef du Génie maritime.
  7. Décret du 12 juin 1911, signé A. Fallières, président de la République.