Liste de fêtes catholiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les fêtes catholiques, établies par le calendrier liturgique catholique, sont des célébrations d'importance moyenne : elles en ont moins qu'une solennité ou un dimanche, mais elles en ont davantage qu'une simple mémoire.

Les fêtes sont utilisées pour rappeler certains épisodes de la vie du Christ et de la Vierge Marie, les apôtres et les évangélistes, enfin quelques saints ayant eu une importance particulière ou des évènements de la vie de l'Église.

Dans la liturgie, les fêtes sont célébrées un peu comme les mémoires, avec des lectures et des antiennes particulières. En revanche, on dit le Gloria, même en temps d'Avent ou de Carême.

Les fêtes du Seigneur (FS) bénéficient d'un traitement particulier : si elles tombent un dimanche, elles ne sont pas supprimées mais au contraire solennisées[1], ce qui revient à fêter à la fois le dimanche et la fête en question, en donnant à la célébration de ce dimanche une "couleur" particulière.

La plupart des fêtes sont fixes, quelques-unes sont mobiles.

Fêtes fixes[modifier | modifier le code]

Fêtes mobiles[modifier | modifier le code]

Il n'y a que deux fêtes mobiles. La fête de la Sainte-Famille se célèbre normalement le dimanche après Noël. Toutefois, lorsque Noël tombe un dimanche, la sainte-Famille est avancée au vendredi 30 décembre.

La fête du Baptême du Christ (FS) est célébrée le dimanche qui suit l'Épiphanie. Là où l'Épiphanie est une fête fixe (6 janvier), le Baptême du Seigneur est reporté au lundi 7 janvier au cas où le est un dimanche. Dans les pays où l'Épiphanie est fêtée le premier dimanche de janvier, le Baptême du Christ se fête le dimanche suivant et remplace le 1er dimanche du Temps ordinaire. Si Noël tombe un dimanche, le Baptême du Seigneur est reporté au lundi 9 janvier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Normes universelles de l’année liturgique (1969) : n°5 », sur ceremoniaire.fr (consulté le )
  2. Anita Snchz Brdn, « La “mémoire” liturgique de sainte Marie-Madeleine devient “fête” », sur ZENIT - Francais, (consulté le )
  3. Croire.com, « Pourquoi l'Eglise fête Marie-Madeleine », sur Croire, (consulté le )