Ligue communiste révolutionnaire du Japon (faction marxiste révolutionnaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligue communiste révolutionnaire du Japon (faction marxiste révolutionnaire)
Présentation
Fondation 1959
Idéologie Communisme
Trotskysme
Marxisme
Couleurs rouge

La Ligue communiste révolutionnaire du Japon (faction marxiste révolutionnaire) (日本革命的共産主義者同盟革命的マルクス主義派, Nihon kakumeiteki kyōsansugisha dōmei, kakumeiteki Marukusu shugiha?) est un groupe trotskyste , souvent appelé Kakumaru-ha. Elle est classifiée comme organisation violente.

Le groupe trouve son origine dans la scission interne au Parti communiste japonais suivant la révolution hongroise. Les factions dissidentes formèrent un congrès de la Nouvelle gauche japonaise, et acceptèrent de s’unir dans une Ligue communiste révolutionnaire.

Deux scissions suivirent, l'une en 1958 et l'autre en 1959. Aprèce celle-ci, la Ligue ajoute "Comité National" à son nom.

Le Comité lui-même éclate en 1963. La majorité devient la Ligue communiste révolutionnaire du Japon, comité central (Faction noyau central), et la minorité autour de Kuroda Kan’ichi forme la « Faction révolutionnaire marxiste ». Les deux groupes se confrontent dans des affrontements violents, qui résultèrent dans de nombreux morts dans le milieu des années 1970, 16 en 1975 seulement.

L’organisation se lança en parallèle dans de nombreuses activités de guérillas, et d’organisation dans les universités, à travers la faction qu’elle animait dans la Zengakuren. En 1998, la police saisit des milliers de transcription de conversation internes à l’organisation, où un des porte-parole affirmaient qu’il était « nécessaire de protéger l’organisation ».

Au départ proche de la Ligue spartaciste, la Ligue à désormais des relations serrées avec la Fraction trotskyste internationale.

En 2017, Masaaki Osaka, membre de la LCRJ accusé d’assassinat et en fuite a été capturé après 45 ans.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]