Les Inconnus dans la ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Inconnus dans la ville
Titre original Violent Saturday
Réalisation Richard Fleischer
Scénario Sydney Boehm, d'après le roman de William L. Heath
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 90 min
Sortie 1955

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Inconnus dans la ville (Violent Saturday) est un film américain réalisé par Richard Fleischer et sorti en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un vendredi après-midi, trois hommes débarquent à Bradenville, une petite ville minière de l'Arizona : Harper, Chapman et Hill. Ces trois personnages sont là pour attaquer la banque, le samedi à midi, heure de la fermeture. Leur venue, et ce jour sanglant, vont faire tomber les masques et révéler les secrets et petits péchés de certains habitants de la cité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Tourné en CinemaScope, privilégiant les plans larges, sans quasiment aucun gros plan, ce film s'inscrit dans la grande tradition du film noir américain, dont le centre est le braquage de la banque, mais tisse aussi une intrigue mélodramatique, avec toute une galerie de personnages secondaires (des habitants de la ville au-dessus de tout soupçon), dont on découvre, parallèlement à l'intrigue principale, les petits secrets et les péchés bien gardés. Ainsi se croisent très habilement, pendant le déroulement des préparatifs du hold-up, une intrigue policière et la chronique d'une petite communauté américaine, faisant alterner violence et la trame des sentiments humains : droiture, rédemption, amour filial, séduction, adultère, etc. Les thèmes du « rachat » et de l'héroïsme jouent un rôle primordial, puisque la figure du père (l'ingénieur joué par Victor Mature) apparaît à la fin comme le « héros » du film, alors qu'il voulait justement retrouvé l'affection de son fils qui lui reproche de ne pas avoir participé physiquement à la guerre, alors que les pères de ses copains ont été médaillés pour avoir combattu. Mature trouvera la paix intérieure en remportant cette victoire urbaine contre les malfaiteurs, et retrouvera ainsi l'estime de son fils.

Autour de ces deux niveaux de vie sociale (gangsters contre bourgeois), toute une société cohabite (il n'y a ni pauvre, ni noir dans cette ville) : le riche alcoolique (Richard Egan), la jolie infirmière (Virginia Leith), la femme adultère, ou encore le directeur de banque qui passe ses nuits à promener son chien pour pouvoir épier l'infirmière lorsqu'elle se déshabille derrière la vitre éclairée de sa fenêtre. Lorsque la violence éclate, la vérité de chaque personnage va apparaître au grand jour et chacun y trouvera une forme de rédemption cathartique. Parmi les trois gangsters, campés par petites touches et détails révélateurs, on relève surtout la figure de Lee Marvin, en sadique qui déteste les enfants (il écrase la main d'un enfant sous son pied) et le flegme imperturbable de Stephen McNally. Mais parmi les acteurs, le personnage le plus étonnant reste Ernest Borgnine dans le rôle d'un fermier Amish, adepte de la non-violence, qui se trouve pourtant obligé de tuer pour protéger sa famille.

Le réalisateur William Friedkin considère qu'il s'agit d'un des meilleurs films de braquage jamais tournés.[1] La grande virtuosité de Richard Fleischer est de faire s'interpénétrer, sans artifices, la dramaturgie d'un mal être individuel et la mécanique huilée de l'effraction, le tout convergeant vers ce « Violent Saturday » (titre original). Comme le dit Nicolas Saada, « c'est comme si Samuel Fuller s'introduisait dans l'univers de Vincente Minnelli ou vice versa. »[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Richard Fleischer, maître-conteur » (21 mn), entretien avec William Friedkin, supplément à l'édition DVD Carlotta Films, 2013.
  2. « Mélodrame policier » (27 mn), entretien avec Nicolas Saada, supplément à l'édition DVD Carlotta Films, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]