Les Beaux Draps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Beaux Draps
Image illustrative de l’article Les Beaux Draps
La couverture de l'édition originale de 1941, très abîmée.

Auteur Louis-Ferdinand Céline
Pays France
Genre Pamphlet
Éditeur Éditions Denoël
Date de parution 1941
Nombre de pages 222

Les Beaux Draps est le dernier des quatre pamphlets de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Beaux Draps est édité sous l'Occupation le 28 février 1941[1] aux Nouvelles Éditions françaises[2]. Le titre est une référence à l'expression populaire « être dans de beaux draps » :

« En somme ça va pas brillamment... Nous voici en draps fort douteux... pourtant c’est pas faute d’optimisme... »

Louis-Ferdinand Céline exprime une nouvelle fois son aversion des Juifs et des francs-maçons, son dégoût de la démocratie parlementaire, sa vision très sombre du déclin de la France dans l'entre-deux-guerres, sa xénophobie, mais aussi sa sympathie pour l'occupant allemand[réf. nécessaire].

Cependant, l'ouvrage fut interdit en zone occupée le 4 décembre 1941[3] par le gouvernement de Vichy, qui essuie de nombreuses critiques dans l’ouvrage[4].

C'est dans ce pamphlet que l'écrivain développe son idée des semaines de travail de trente-cinq heures, qu'il nomme le « communisme Labiche »[5] (d'Eugène Labiche, auteur de vaudevilles).

L'ouvrage, comme d'ailleurs les autres pamphlets de Céline L'École des cadavres de 1938 et Bagatelles pour un massacre de 1937, se trouve difficilement en France, excepté en bibliothèque. Lucette Destouches, veuve de l'écrivain, s'oppose à toute réédition, tenant à respecter la volonté de Céline qui ne voulait pas que ces textes fussent republiés après 1945. En effet, le 10 mai 1939, Céline et Robert Denoël décidèrent de retirer de la vente Bagatelles pour un massacre et L'École des cadavres même si ces deux titres n'étaient pas visés directement par le décret Marchandeau. Ce décret-loi dit « loi sur les habitants », promulgué le 21 avril 1939 par le garde des Sceaux Paul Marchandeau, s'appliquait à la presse et avait pour objet de protéger les minorités raciales et religieuses[3].

Ces textes font l'objet d'une édition critique au Canada (éditions 8), dont la faiblesse de l'appareil critique a été soulignée par la presse[6],[7] à l'époque où Gallimard envisageait de les publier à son tour, en 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « les beaux draps et la réédition des pamphlets », sur lewebceline.free.fr (consulté le 17 décembre 2015)
  2. Filiale des éditions Denoël.
  3. a et b La vie de Céline, Par Frédéric Vitoux
  4. "Œuvres Complètes: Volume 2 (comprenant les Tomes 7 à 13)", De Cock Jacques
  5. Les Beaux Draps, page 135. Nouvelles Éditions Françaises, Paris.
  6. « Gallimard renonce à republier les pamphlets antisémites de Céline », France Culture,‎ (lire en ligne)
  7. Florent Georgesco, « Petites et grandes manœuvres autour des pamphlets de Céline », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)