Manuka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Leptospermum scoparium)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Leptospermum scoparium

Le Manuka (Leptospermum scoparium) est un arbrisseau de la famille des Myrtacée, à feuilles persistantes à écorce écaillée, s'élevant jusqu'à 3 mètres. Ses feuilles sont petites et odorantes et ses fleurs blanches et parfumées. On le connaît parfois mieux sous son nom anglais de Tea-tree.

Il pousse à l'état sauvage en Nouvelle-Zélande, Australie, y compris la Tasmanie dans des régions au climat doux et océanique, en sol acide. Sa résistance au gel est modérée (−7 °C).

Propriétés[modifier | modifier le code]

Cet arbuste est l'un des nombreux végétaux baptisés « tea-tree » par les colons britanniques. Ce terme prête à confusion, et en français sa traduction arbre à thé désigne uniquement l'espèce Melaleuca alternifolia, une autre Myrtacée. Par ailleurs, l'arbre qui est à l'origine de la boisson, notamment les thés verts japonais, est encore une autre espèce végétale, il s'agit du Camellia sinensis.

Huile de manuka[modifier | modifier le code]

La médecine maori utilisait le manuka, l'huile essentielle que l'on extrait par distillation à la vapeur a des propriétés: antiseptique, antifongique, décongestionnante...

Les composés actifs de cette huile sont:

Miel de manuka[modifier | modifier le code]

Une abeille indigène visite une fleur de manuka

Des travaux de recherches menés par l'Université de Waikato en Nouvelle-Zélande ont mis en évidence les propriétés médicinales du miel de manuka offrant à l'apiculture de nouveaux marchés.

Bol de miel de manuka

Tous les miels contiennent une enzyme spécifique qui produit du peroxyde d'hydrogène[1], un antiseptique reconnu. Ceci peut varier beaucoup d’un miel à l’autre. Certains miels de Manuka contiennent en outre des propriétés antibactériennes et antiseptiques spécifiques. Le consortium de promotion du miel de Manuka (Nouvelle-Zélande) a créé l'UMF (Unique Manuka Factor) afin de pouvoir mesurer lesdites propriétés. Ce miel est efficace sur des bactéries multirésistantes (entérocoque ou et staphylocoque doré, Streptococcus pyrogenes)[2],[3] et semble avoir des propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes (ce miel est particulièrement efficace sur les brûlures et les ulcères). En plus de ses qualités antibactériennes, le miel de Manuka possède d'autres propriétés : il diminue les œdèmes, augmente la circulation sanguine et accélère la cicatrisation[réf. souhaitée].

Si d'autres miels (Thym, Sidr du Yémen) sont réputés comme ayant d'excellentes propriétés antiseptiques, antibactériennes et cicatrisantes, aucune comparaison scientifique des qualités de ces différents miels n'existe à ce jour.

L'UMF est le terme désignant l'« action spécifique du miel de manuka » découverte par Peter Molan (Université de Waikato). L'« Active Manuka Honey Association » (AMHA) de Nouvelle-Zélande en a fait une marque commerciale, il permet d'indexer la teneur en UMF des miels, et de garantir son authenticité.

En , le Professeur Thomas Henle, de l'Université technique de Dresde (Allemagne) a identifié le méthylglyoxal comme étant le composé actif du miel de Manuka[4]. Les produits portent maintenant l'inscription « MGO Manuka honey » (MGO), qui indique la teneur du miel en méthylglyoxal (un indice de 100 représente 100 mg de méthylglyoxal par kilogramme).

OMA qui signifie « Organic Manuka Active »[5] est parfois utilisé, il indique de la même façon que MGO ou IAA la teneur du miel en méthylglyoxal.

Falsification[modifier | modifier le code]

En raison de la prime élevée payée pour le miel de manuka, un nombre croissant de produits désormais étiquetés comme tels dans le monde sont contrefaits ou falsifiés. Selon les recherches de l'UMFHA[6], la principale association professionnelle des producteurs de miel de manuka de Nouvelle-Zélande, alors que 1 700 tonnes de miel de manuka y sont fabriquées chaque année, ce qui représente presque toute la production mondiale, quelque 10 000 tonnes de produits sont vendus à l'échelle internationale sous forme de miel de manuka, dont 1 800 tonnes rien qu'au Royaume-Uni. Lors d'essais effectués par des agences gouvernementales au Royaume-Uni entre 2011 et 2013, la majorité des miels marqués manuka ont manqué de l'activité antimicrobienne non peroxyde du miel de manuka. De même, sur 73 échantillons testés par l'UMFHA en Grande-Bretagne, en Chine et à Singapour en 2012-13, 43 étaient négatifs. Des tests séparés de l'UMFHA à Hong Kong ont révélé que 14 des 56 miels de manuka échantillonnés avaient été falsifiés avec du sirop de glucose. En 2013, l'Agence britannique des normes alimentaires (Food Standards Agency) a demandé aux autorités chargées des normes commerciales d'alerter les vendeurs de miel de manuka sur la nécessité d'une conformité légale. Il existe une gamme confuse de systèmes pour évaluer la force des miels de manuka. Dans une chaîne du Royaume-Uni en 2013, deux produits étaient étiquetés « 12+ actif » et « 30+ activité totale » respectivement pour « activité peroxyde naturelle » et un autre « actif 12+ » en force pour « activité phénol totale », mais aucun des trois n'ont été marqués pour la force de l'activité antimicrobienne non peroxyde, spécifique au miel de manuka.

Il y a eu de plus en plus des conflits de territoire entre les producteurs opérant à proximité de grands bouquets d'arbres manuka, et aussi des cas rapportés de nombreuses ruches sabotées, empoisonnées, ou volées[7],[8].

Marqueurs chimiques uniques[modifier | modifier le code]

Des recherches menées au Japon ont démontré qu'il existe des identificateurs chimiques uniques présents dans les miels de Leptospermum qui ne se trouvent pas dans le miel ordinaire, ce qui facilite la distinction entre les produits contrefaits et le miel de Manuka pur et naturel.

En Australie, tout le miel défini et étiqueté comme « Australian Manuka Active » et portant le logo de la marque d'authenticité de l'« Australian Manuka Honey Association  » (AMHA)[9], doit être produit en Australie et testé par un laboratoire agréé indépendant pour s'assurer qu'il contient au moins deux des critères suivants lorsque emballé :

  • ≥ 85 mg / kg (ou ppm) de méthylglyoxal (MGO)
  • ≥ 170 mg / kg (ou ppm) de dihydroxyacétone (DHA)
  • ≥ 50 mg / kg (ou ppm) de leptospérine (ou leptosine)[10].

Notes sur le miel de Manuka[modifier | modifier le code]

Tout d'abord il n'y a pas d'effets secondaires du miel de Manuka. Fondamentalement, une étude néozélandaise a montré que si vous prenez 5 ml (une cuillère à café) quatre fois par jour, il n'y a aucun danger pour la santé même si vous continuez à le prendre pendant quatre semaines consécutives. Cependant les points suivants nécessitent une attention :

  • certaines personnes sont allergiques, particulièrement celles qui sont allergiques aux abeilles
  • le miel de Manuka possède une teneur élevée en sucre, car son taux d'humidité étant plus faible, c'est un nectar de fleurs concentré et possède naturellement une valeur nutritive élevée
  • le miel peut être falsifié (il est nécessaire de vérifier la présence du label d'authenticité néozélandais ou australien)
  • infection à Clostridium botulinum car tout miel est sensible à la toxine botulique, et même si ce n'est pas un problème pour les adultes, en tout état de cause il ne doit pas être donné à un bébé de moins d'un an[11],[12].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Humer, « La composition du miel de manuka actif », sur humer-lagamme.fr (consulté le 21 décembre 2019).
  2. National Geographic, France, N°100, janvier 2008, Compresses au miel, rubrique Santé
  3. Le miel, une solution d'avenir contre les infections bactériennes ?
  4. (en) Thomas Henle, Elvira Mavric, Silvia Wittmann et Gerold Barth, « Identification and quantification of methylglyoxal as the dominant antibacterial constituent of Manuka (Leptospermum scoparium) honeys from New Zealand », Molecular Nutrition & Food Research, vol. 52, no 4,‎ , p. 483-489 (ISSN 1613-4125 et 1613-4133, DOI 10.1002/mnfr.200700282, résumé, lire en ligne)
  5. Les labels du miel de manuka
  6. (en) UMFHA, « Unique Mānuka Factor Honey Association », sur umf.org.nz (consulté le 21 décembre 2019).
  7. (en) Mike Barrington, « Honey fights: Millions of bees slaughtered : Combats du miel: des millions d'abeilles abattues », sur nzherald.co.nz, (consulté le 20 décembre 2019).
  8. (en) Eleanor Ainge Roy, « Honey wars: crime and killings in New Zealand's booming manuka industry : Guerres du miel: crime et meurtres dans l'industrie florissante de la manuka en Nouvelle-Zélande », sur theguardian.com, (consulté le 20 décembre 2019).
  9. (en) Australian Manuka Honey Association, « Criteria for defining Australian Manuka Honey : Critères de définition du miel de Manuka australien », sur manukaaustralia.org.au (consulté le 21 décembre 2019).
  10. (en) Analytica Laboratories, « Leptosperin : Leptospérine », sur analytica.co.nz (consulté le 21 décembre 2019).
  11. (ja) Kireinasekai, « Ingrédients alimentaires et assaisonnements pour la santé : Les avantages et les effets secondaires du miel de Manuka, est-ce vraiment dangereux ? », sur kireinasekai.net, (consulté le 18 janvier 2020).
  12. ANSES, « Pas de miel pour les enfants de moins d’un an : Risques de botulisme infantile liés à la consommation de miel chez les nourrissons », sur anses.fr, (consulté le 19 janvier 2020).