Le Dernier Train de Gun Hill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Dernier Train de Gun Hill

Titre original Last Train From Gun Hill
Réalisation John Sturges
Scénario James Poe, d'après une histoire de Les Crutchfield (en)
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western
Durée 94 minutes
Sortie 1959

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Dernier Train de Gun Hill (Last Train From Gun Hill) est un western américain de John Sturges sorti en 1959, avec notamment dans les rôles principaux Kirk Douglas, Anthony Quinn, Carolyn Jones et Earl Holliman.

Kirk Douglas et Earl Holliman étaient déjà apparus ensemble dans Règlements de comptes à O.K. Corral (1957) de Sturges, qui utilisait une grande partie de la même équipe.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Rick Belden et son ami Lewis, deux jeunes cow-boys saouls et mal intentionnés, harcèlent, violent et tuent une Indienne, Katherine, sous les yeux de son fils Petey qui arrive à s'enfuir. Avant de mourir, Katherine a eu le temps de cravacher au visage l’un de ses agresseurs, Rick.

Katherine était la femme de Matt Morgan, le shérif de la ville de Pawnee. Quand celui-ci apprend la nouvelle, il jure de retrouver les coupables. Son fils Petey, témoin du meurtre, lui a fourni le signalement d'un des individus. Le shérif dispose également de la selle de cheval d’un des deux agresseurs, laissée sur place ; il remarque que celle-ci porte les initiales « C.B. », du nom de Craig Belden, un vieil ami de Morgan qui, jadis, lui avait sauvé la vie. Belden est devenu un riche éleveur de bétail et le maître absolu de la petite ville de Gun Hill, où tout lui appartient : hôtels, saloon, cercle de jeux et jusqu’au shérif local.

Morgan, bien décidé à arrêter les coupables, décide de prendre le train pour Gun Hill, projetant d'aller à la rencontre de Craig Belden pour lui rendre sa selle et l'interroger, bien qu'il ne le soupçonne pas un instant d'être l'auteur du meurtre. Dans le train, il est abordé par une jeune femme, Linda, la maîtresse de Belden qui rentre d'un séjour à l’hôpital après avoir été tabassée par Craig, à l’instigation de son fils qui ne l'aime pas. Reconnaissant la selle et, prise de sympathie pour Morgan, elle lui conseille la prudence.

Dans l'intervalle, Rick Belden est rentré au ranch de son père. Ce dernier, excédé d’avoir pour fils un lâche et un bon à rien, lui demande ce qu’est devenue sa selle et exige ensuite qu’il la retrouve. Il lui demande également comment il s’est fait la profonde cicatrice qu'il a maintenant à la joue. Pensant qu’il s’agit d’une griffure de femme, cela flatte son orgueil de père ; Rick lui répond par un mensonge et l’affaire en reste là.

À l’arrivée du train en gare de Gun Hill, des hommes de Craig Belden viennent chercher Linda, mais celle-ci refuse de les suivre et préfère aller loger à l’hôtel. Beero, le contremaître de Belden, aperçoit alors le shérif Morgan descendre du train et reconnaît la selle de son patron. Les deux hommes se toisent, Matt annonçant à Beero qu’il va rendre visite à Belden. Beero avertit son patron de la visite imminente de cet étranger qui détient sa selle. Ce dernier, qui ne s’attend qu'à un petit voleur essayant de monnayer son larcin, s’apprête à le recevoir en conséquence. Mais il constate avec surprise qu’il s’agit de son vieil ami Matt Morgan, devenu shérif.

Les deux hommes sont heureux de se retrouver, mais leur joie est vite assombrie dès lors que Matt révèle à Craig le but de sa visite. Ce dernier comprend tout de suite que l’auteur du meurtre de la femme de Matt est son propre fils. Mais, il ment si mal que Morgan comprend rapidement de quoi il retourne. Comme Belden refuse de livrer son fils au shérif, les deux hommes se quittent fâchés. C’est la fin de leur amitié.

Le prochain train doit quitter Gun Hill à neuf heures du soir ; Matt Morgan ne dispose donc que de quelques heures pour mettre la main sur les assassins de sa femme et repartir avec. Il réalise cependant rapidement qu’il ne recevra aucune aide de la part des habitants de la ville, et surtout pas du shérif local, aux ordres de Craig Belden. Dans la rue, un homme ose même le narguer en lui disant : « Ici, on n’arrête pas le meurtrier d’une indienne, on l'en récompense », ce qui déchaîne la colère de Matt qui étend l'homme au sol d'un coup de poing.

Pendant ce temps au ranch, Craig Belden annonce à son fils qu’il sait qu'il lui a menti, étant désormais au courant de son implication dans le meurtre de la femme de Morgan, et qu’il risque de le payer cher car celui-ci est maintenant à ses trousses. Son comparse Lewis, en essayant de minimiser l'importance du meurtre, met Craig hors de lui ; Belden le met à la porte sur le champ. Il laisse ensuite Rick partir en ville, mais le fait accompagner par plusieurs de ses hommes pour le protéger.

Le shérif Morgan, après avoir reçu dans un bar un indice de la part de Linda sur le lieu ou pourrait se trouver Rick Belden, se rend à l'immeuble où il est descendu en ville. Là, il reconnaît des chevaux du ranch Belden, attelés à la porte de l'établissement, et s’introduit subrepticement au premier étage de l’immeuble alors que Rick et ses compagnons jouent aux cartes au rez-de-chaussée.

Alors que Rick quitte pendant quelques instants la table de jeu pour aller aux toilettes situées à l’étage, il aperçoit Morgan sortir d'une des chambres. Se cachant tout en sortant son pistolet, il est repéré par le shérif qui aperçoit le bout de ses chaussures, dépassant du rideau derrière lequel Rick est dissimulé ; Morgan l'assomme d’un coup de crosse de son revolver. Puis, il descend l'escalier avec Rick inerte sur l'épaule, tenant en respect les hommes de Craig avant de les désarmer et de les enfermer. Il traverse, ainsi chargé, la petite ville sous le regard médusé des passants.

Ne pouvant obtenir la collaboration du shérif (qui refuse de l'aider sous un prétexte fallacieux), Morgan regagne sa chambre d'hôtel et attache Rick au montant du lit avec ses menottes, bien décidé à attendre pendant six heures jusqu'au soir, le temps que le train arrive, retranché avec son prisonnier dans sa chambre.

La nouvelle de l'arrestation de Rick Belden se répand comme une traînée de poudre. Informé, Craig part aussitôt, rejoint par une vingtaine d’hommes pour délivrer son fils. Un premier échange de coups de feu à l’hôtel n’aboutissant à rien, sauf à risquer la vie de son fils.

Peu après, Linda a une entrevue orageuse avec Craig dans le bar, au terme de laquelle la jeune femme lui signifie qu’elle le quitte. Installée dans le même hôtel que Morgan, dans une chambre voisine, elle est admirative face au cran du shérif, montrant ainsi ses sentiments pour lui. Faisant un pari avec des personnes du bar, elle affirme qu'elle va aller lui parler. Les deux ont ensuite une brève rencontre, au cours de laquelle Morgan lui confie qu’il lui faudrait un fusil. Consciente de ce qu’elle risque, Linda commence par refuser. Puis, au péril de sa vie, elle lui en procure finalement un.

Entre temps, vers 20 h 30 (on voit la pendule au-dessus du bar de l'hôtel Harper où Morgan est réfugié), Craig Belden monte voir Morgan dans sa chambre pour parlementer et essayer de négocier la libération de son fils Rick, mais Morgan refuse. En fait, la tentative de Craig Belden était surtout de capter l'attention de son ancien ami pendant que ses hommes essaieraient de le tuer. Mais la tentative échoue et Morgan, glacial, après s'être défendu, dit à Craig qu'il devrait le tuer pour ça. Morgan s'y refuse et prévient alors Craig que dorénavant il doit considérer qu'ils sont quittes puisqu'il le laisse en vie : il ne lui doit plus rien. La rupture entre les deux hommes est alors consommée.

Peu après, Lewis, le comparse de Rick Belden, met le feu à l’hôtel pour faire sortir le shérif et son prisonnier. Morgan sort effectivement, mais avec le canon de son fusil sous le menton de Rick, s'en servant comme d'un otage. Il parvient ainsi à tétaniser Craig et ses hommes, leur jurant qu'il tuera Rick s'ils interviennent ; Craig cède, ne voulant pas risquer la vie de son fils dans une fusillade. Morgan parvient ainsi à traverser la ville en carriole, le canon de son fusil posé sous le menton de son prisonnier, et se dirige vers la gare.

En chemin, Lewis, placé en embuscade, tire sur le shérif alors que le train arrive en gare, mais le manque et tue Rick à la place ; Lewis est tué par Morgan qui riposte d'un coup de fusil. Les deux coupables étant morts, Morgan enlève à Rick ses menottes, désormais inutiles.

Craig Belden, arrivant fou de douleur et de rage devant le corps sans vie de son fils, se dirige ensuite vers le train et défie Morgan. Mais ce dernier, à l'issue d'un bref duel entre les deux hommes, abat Craig d'un coup de revolver. Avant de mourir, Belden exhorte Morgan de bien élever son fils. Le shérif, après un dernier regard vers Linda accroupie auprès du corps sans vie de Craig, monte dans le train et quitte la ville.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Photographie publicitaire de l'acteur Earl Holliman (Rick Belden) pour le film.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné dans et autour des Old Tucson Studios de Tucson en Arizona, à Sonoita (en) en Arizona, ainsi qu'aux Paramount Studios et dans leur arrière-cour à Los Angeles en Californie.

Déroulement de l'intrigue[modifier | modifier le code]

L'intrigue du film se déroule comme une tragédie classique[2] avec la règle des trois unités : unité d'action (punir, quel qu'en soit le prix, les meurtriers d'une femme) ; unité de lieu (l'action se déroule tout entière dans une petite ville, réduite avec sa gare, son saloon, son hôtel et le bureau du shérif à un symbole civilisationnel) ; unité de temps : tout — en l'occurrence la fin tragique de la vieille amitié entre deux hommes, la mort d'une demi-douzaine d'hommes et la fin d'une dynastie — se joue en moins de vingt-quatre heures.

Adaptation en bande dessinée[modifier | modifier le code]

Édition en DVD[modifier | modifier le code]

Le film sort en DVD le chez Paramount au format 1.77:1 panoramique 16/9 en anglais, français, italien, espagnol et allemand en dolby digital mono 1.0 avec sous-titres français, anglais, italiens, espagnols, allemands et une autre vingtaine de langues. Pas de suppléments inclus[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le shérif de Gun Hill est en fait son adjoint, qui a repris son poste ; il dit à Morgan (quand celui-ci lui rend visite à son arrivée en ville) que le shérif en titre est « parti » il y a longtemps, sous-entendu après l’intervention de Craig Belden.
  2. Selon la théorie de Nicolas Boileau : « Qu'en un jour, en un lieu, un seul fait accompli tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli » selon la règle des trois unités, chère au théâtre français du XVIIe siècle.
  3. (en) « Four Color #1012 - Last Train from Gun Hill », sur comics.org (consulté le ).
  4. (en) Le Dernier Train de Gun Hill sur la Comic Book Database
  5. Erick Maurel, « Le Dernier train de Gun Hill - DVD - Région 2 - Paramount », sur dvdclassik.com, .

Liens externes[modifier | modifier le code]