Latour (Gaume)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Latour.

Latour
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Virton
Commune Virton
Code postal 6761
Zone téléphonique 063
Démographie
Gentilé Latourois(e)
Géographie
Coordonnées 49° 33,5′ nord, 5° 34,25′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

Voir sur la carte administrative de Province de Luxembourg
City locator 14.svg
Latour

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Latour

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Latour
Liens
Site officiel http://www.villagedelatour.be/visite.php

Latour est un village ainsi qu'une section de la ville belge de Virton située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village se trouve au sud-ouest de la province de Luxembourg, en Gaume.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Il est traversé au sud par la Vire, un affluent du Ton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le village de Latour fut, dès le XIIe siècle et durant tout le Moyen Âge, le siège d’une puissante seigneurie. La famille de Latour est plus connue aujourd’hui sous le nom de Baillet-Latour, et a donné par le passé maints personnages célèbres, dont Maximilien, propriétaire au XVIIIe siècle du fameux régiment des Dragons au service de l’Autriche. Plus proche de nous, on compte aussi Henri de Baillet-Latour, président du Comité international olympique lors de l’organisation des Jeux controversés de 1936 à Berlin.

La première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la Première Guerre mondiale, le , le 50e IR et le 6e IR de l'Armée impériale allemande passèrent, par les armes, 71 civils. Ce chapitre de l'histoire fait partie des atrocités allemandes commises lors de l'invasion.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1929, un important dépôt de locomotives et atelier de réparation de locomotives est édifié à Latour[1], en remplacement de la petite remise de Virton. Il devint le plus grand dépôt de locomotives, à vapeur puis diesel[2] de l'Athus-Meuse[1]. La disparition d’une bonne partie du trafic des marchandises (sidérurgie autour d'Athus, Halanzy et Rodange) ainsi que la désaffection du rail par les voyageurs[1] eurent raison du dépôt de Latour qui ferma en 1992[3].

En 1974, la décision fut prise de détruire l'aérodrome de Latour afin d'y installer un zoning commercial.

En 1977, l'ancienne commune de Latour fut intégré à la ville de Virton dans le cadre de la fusion des communes belges.

Après la fermeture de la remise du chemin de fer, l'entreprise Ravago Plastics s'est installée dans les vastes bâtiments du dépôt[4]. Un zoning industriel est en cours de création là où se trouvaient des voies de garage du dépôt de Latour.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Zu dem Thornn bei Verton, (en luxembourgeois), en 1470.

Économie[modifier | modifier le code]

Latour dispose d'un important zoning artisanal et industriel le long de la route nationale belge 88. Il fut ouvert en 1974.

Culture[modifier | modifier le code]

À Latour se trouve le musée Baillet, qui retrace l'histoire de la famille du même nom, seigneurs de Latour au XVIIe siècle, ainsi que la période des deux guerres mondiales en Gaume.

Culte[modifier | modifier le code]

L'église du village est dédiée à Saint-Martin. Elle est, avec son cimetière, classée par la Communauté française de Belgique, depuis le [5]

Transports[modifier | modifier le code]

Air[modifier | modifier le code]

Article détaillé : aérodrome de Latour.

Latour disposait d'un petit aérodrome de 1944 à 1974, créé comme piste de secours par l'US Air force pendant la Seconde Guerre mondiale.

Rail[modifier | modifier le code]

Le village est bordé par la ligne 165 (dite « Athus - Meuse ») des chemins de fer belges. Il n'existe cependant pas de gare desservant le village, la plus proche étant celle de Virton.

Route[modifier | modifier le code]

Latour est longé par la route nationale belge 88 qui relie Athus à Virton.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Latour[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Feo 11 », sur www.quenovel.be (consulté le 7 décembre 2018)
  2. « Quelques vues de la remise de Latour - Rixke Rail's Archives », sur rixke.tassignon.be (consulté le 7 décembre 2018)
  3. « Ahrend01 Latour (lijn 165), depot », sur flickr, photo prise le 27 avril 1987 (consulté le 6 décembre 2018)
  4. « Ligne athus meuse - Ancien depot de Latour », sur ligne-athus-meuse.fr.gd (consulté le 7 décembre 2018)
  5. « Visite du village de LAtour. », sur site internet du village.

Sur les autres projets Wikimedia :