Larymna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Λάρυμνα

Larymna
(el) Λάρυμνα
Larymna
Ancienne jetée du port de Larymna.
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
District régional Phthiotide
Dème Dème des Locriens
Immatriculation MI
Code géographique Kallikratis 2704040201
Démographie
Population 883 hab. (2011[1])
Géographie
Coordonnées 38° 33′ 58″ nord, 23° 17′ 19″ est
Altitude Min. 5 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Larymna
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Larymna

Larymna (en grec moderne : Λάρυμνα) est un village de pêcheurs situé dans le nord du golfe d’Eubée. Avec Lagonisi et Metallia, il forme depuis 2011 la communauté locale de Larymna (de).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XXe siècle, le village s'appelait Larmes ou Kastri, avant qu'il ne retrouve son nom antique.

Le lieu aurait été nommé d'après Larymna, fille de Kynos, fils d'Opous[2]. Une autre explication le rattache au mot lárynx (en grec moderne : λάρυγξ), dont dérive, entre autres, le mot larynx. Ce terme est ici est à prendre dans le sens d'un évent en forme d'entonnoir. Strabon rapporte en effet la présence à Larymna-haut (en), d'un grand ponor, un gouffre dans lequel la rivière Céphise se perd pour émerger 3,5 km plus au nord de Larymna-haut[3].

Emplacement[modifier | modifier le code]

Larymna est située à l'embouchure du Céphise. De l'autre côté de la baie, à 500 m à l'est, se trouvent Metalleía (sv) et la fonderie de nickel Larco. À environ 500 m au nord se trouve le petit village de Lagonísi (sv). Le village est à 8 km au nord-ouest de Malesína (sv), à 6 km à l'ouest de Martíno (en) et à 7 km au sud en bordure de la plaine de Copaïs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès l'Antiquité, il y avait une localité du même nom, qui portait le nom de Larymna-haut après Strabon[4].

Indépendamment de cette source, le chercheur Dimitrios R. Theocharis a démontré à partir de découvertes archéologiques que Larymna était déjà habitée au néolithique. Selon la tradition, pendant l'helladique ancien, la ville appartenait à Opous et Ajax la gouvernait déjà[5]. La plus ancienne céramique trouvée ici date du VIIe siècle av. J.-C..

Jusqu'aux temps historiques, Larymna est restée dominée par les Lokrides jusqu'à ce que la ville rejoigne volontairement la future Thèbes[6]. Certains historiens pensent que ce changement s'est produit au VIe siècle av. J.-C.. À l'avènement d'Épaminondas vers , la ville portuaire utilisée comme base navale. D'autres historiens relèvent dans le Périple du Pseudo-Scylax, daté du IVe siècle av. J.-C., que Larymna est toujours considérée comme une ville locrienne[7]. Pline l'Ancien la considère également comme une ville locrienne, bien qu'il se réfère à des sources plus anciennes[8]. Plus tard, au IIIe siècle av. J.-C., Larymna semble avoir rejoint la confédération béotienne.

En , Antigone III Doson, en route avec sa flotte verse l'Asie Mineure, fait escale dans le Larymna béotien, alors hostile. La marée montante l’empêche de repartir rapidement. Comme les Béotiens craignent qu'Antigone envahisse le pays, ils envoient Néon (en) à la tête de toute la cavalerie béotienne à Larymna. Mais Néon n'exploite pas la situation difficile d'Antigone et laisse les navires s’échapper sans les inquiéter[9]. En , après sa victoire sur Mithridate VI, le général romain Sylla détruit la ville[10], mais celle-ci semble avoir été rapidement reconstruite.

De la fin du Ve siècle au début du VIe siècle, Larymna est désignée comme la ville portuaire la plus méridionale de Locride. De cette période, probablement du règne de Justinien, proviennent les plus récents vestiges de l'ancienne installation portuaire.

Au XIXe siècle, le minerai de nickel est extrait au sud de Larymna, près de Kokkino, puis acheminé vers le port. En 1894, la ville est détruite par un tremblement de terre. Au début du XXe siècle , une usine de ferronickel est construite sur l'estuaire, en face de Larymna. Une colonie ouvrière nommée Metalleia est créée à proximité. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le minerai, stratégique à l'industrie de l'armement, était acheminé clandestinement en Allemagne.

En 1948, l'usine Larco est construite pour extraire le nickel du minerai local dont les réserves sont, au début du XXIe siècle, estimées à plus de 250 millions de tonnes. La cheminée, haute de 150 mètres, est la plus haute de Grèce. Sur place, 700 employés transforment le minerai en ferronickel. Le procédé d'extraction, consistant en des fours rotatifs alimentant un four à arc électrique, est similaire à celui développé par la Société Le Nickel[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Certaines restes du petit port antique (100 m de large et 70 m de long) subsistent, avec la présences d'éléments quai. Il a été supposé que les fondations à l'entrée du port sont celles d'un pont qui enjambait le port. À l'est du port, on peut encore voir les fondations des murailles et des tours. C'est probablement sur cette péninsule que se tenait le temple de Dionysos évoqué par Pausanias le Périégète, dans lequel était une statue du dieu[12]. Plus à l'est, il y avait un autre port dont subsistent les vestiges d'une ancienne jetée, avec quelques quais bien préservés.

À 1,5 km au nord de l'île d'Agios Nikolaos, se trouve une église de 1493 dédiée à Saint-Nicolas. Chaque année, le on y célèbre le saint. Sur la route de Kokkino, à environ 2 km au sud du village, se trouve une autre église dédiée au saint. On y a également trouvé les fondations d'une basilique paléochrétienne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (el) « Publication des résultats du recensement de 2011 relatif à la population permanente du pays » [PDF],
  2. Pausanias le Périégète, Voyage en Grèce, 9, 23, 7.
  3. Strabon, Géographie, 9, 2, 18.
  4. Strabon, Géographie, 9, 2, 18.
  5. Lycophron 1146 (Alexandra online)
  6. Pausanias: Voyage en Grèce, 9, 23, 7.
  7. Périple du Pseudo-Scylax : Périple, 60 (online)
  8. Pline l'Ancien : Histoire naturelle, 4, 12. (online (en))
  9. Polybe, Histoires, 20, 5, 7.
  10. Plutarque: Sylla, 26 (online (en))
  11. Alain Jeannin, « Nickel : un an de sursis pour Larco, premier producteur européen », france Info,‎ (lire en ligne)
  12. Pausanias, Voyage en Grèce, 9, 23, 7.