Lac Copaïs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lac Copaïs
Image illustrative de l’article Lac Copaïs
Restes de l'ancienne île de Gla, située dans la partie Sud/Est du lac asséché.
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Région Béotie
Géographie
Coordonnées 38° 27′ N, 23° 03′ E
Type Asséché au XIXe siècle à partir de 1883
Origine Naturel
Altitude 95 m
Hydrographie
Alimentation Céphise
Émissaire(s) Céphise
Géolocalisation sur la carte : Grèce
(Voir situation sur carte : Grèce)
Lac Copaïs

Le lac Copaïs (en grec ancien : Κωπαΐς / Kōpaḯs ; grec moderne : Κωπαΐδα / Kopaḯda) était un marais plutôt qu'un lac situé au centre de la Béotie, en Grèce. Peu profond, 3,50 m en moyenne, le lac Copaïs était bordé de marais et vasières. Il a été asséché à la fin du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce lac formait la continuité des plaines de Chéronée et d'Orchomène. Ses rives N/E et E étaient limitées par une série de baies sinueuses à falaises escarpées dont les bases sont percées de 23 fissures géologiques appelées « Catavothres » qui sont des orifices créés par des bouleversements successifs subis par le globe terrestre. Au voisinage de presque toutes ces « Catavothres » des vestiges de travaux anciens ont été découverts. Le lac était alimenté par des fleuves et rivières, le Mélas, le Céphise, l'Hercyna, le Pontgia, le Palaros, le Lophis. Les Catavothres situées sur les rives NE et E servaient de trop-plein en équilibrant son niveau. L'émissaire de Karditza permettait aux eaux de se déverser dans le lac « Hylicus » qui lui-même se déversait grâce à un autre émissaire dans le lac Paralimni situé en contrebas. Enfin le tunnel d'Anthédon permettait aux eaux de rejoindre la mer Méditerranée dans le détroit de Négrepont.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le lac doit son nom à la ville grecque antique de Copaïs située sur la rive et dont l'existence est attestée dès les épopées homériques. Copaïs a manqué plusieurs fois de peu d'être engloutie par les eaux du lac au fil des fluctuations des contours des rives[1]. Le géographe grec Strabon indique qu'à son époque, le lac mesure « trois cent quatre-vingts stades de circuit » et qu'il se jette dans le fleuve Céphise[2]. Dès l'époque mycénienne, un bâtiment en forme de L (probablement une forteresse) est attesté sur l'îlot de Gla.

Le lac Copaïs était connu dans l'Antiquité pour receler différentes espèces de poissons commercialisées jusqu'à Athènes, notamment des anguilles[réf. nécessaire].

Assèchement aux XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Des travaux d'assèchement furent entrepris dans le passé à différentes époques, à partir de 1883 par des Français et 1889 par des Anglais, mais c'est à partir de 1930 que s'est terminée la dernière phase, exécutée par un groupement d'entreprises françaises et britanniques dans le but de multiplier les canaux d'irrigation pour récupérer et créer une plaine de 200 km2 en terres fertiles pour la culture du maïs, riz, garance, tabac, et surtout coton. Lors des travaux entrepris à cette époque, des traces très anciennes ont été retrouvées montrant des murs de maçonneries cyclopéennes et des excavations dans un ancien sol argileux.

Trois canaux principaux creusés dans le fond traversent l'ancien lac sur tout son long :

  • celui du Nord (rive gauche) reçoit Le Céphise et se transforme ensuite en commun avec Le Mélas ;
  • celui du Centre creusé par excavation avec des murs en maçonneries cyclopéennes reçoit l'Hercyne et traverse le centre de la dépression ;
  • celui du Sud (rive droite) reçoit le Permesse, l'Olmée (Olmeios), et d'autres petits cours d'eau du mont Hélicon, le Caralios et le Lophis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Strabon, Géographie, IX, 2, 18 et 27.
  2. Strabon, Géographie, IX, 2, 19.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :