Lac du Flumet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lac du Flumet
Flumet3.JPG
Le bassin du Flumet rempli.
Localisation
Adresse
Hydrographie
Type
Bassin versant

Le lac du Flumet ou plus exactement le bassin du Flumet, est un ouvrage d'EDF situé sur la commune historique de Saint-Pierre-d'Allevard et mis en eau en 1978. Dans la STEP (Station de Transfert d'Énergie par Pompage) pour l'aménagement hydroélectrique « Arc-Isère », c'est le bassin intermédiaire, ou bassin d'éclusée, entre, en amont, le bassin de régulation de Longefan, sur la commune d'Hermillon, dans la vallée de l'Arc, et le bassin de restitution du Cheylas en aval, dans la vallée de l'Isère, le long de la conduite EDF Arc-Isère alimentant la centrale hydro-électrique du Cheylas[1]. Sa création a noyé la zone humide du Flumet et fait disparaître un tronçon de l'ancienne voie ferrée du Tacot, désaffectée en 1968.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les eaux de l’Arc sont amenées par gravité à l'usine hydroélectrique, grâce à une dénivellation de 288 mètres entre Saint-Jean-de-Maurienne et le Cheylas, dans deux conduites qui recoupent le coude qu'il fait pour rejoindre l'Isère. Elles ont nécessité de très importants travaux. La première conduite d'une longueur totale de 27 km, a une section sans fenêtre de 18 890 m entre la vallée de l'Arc et le Flumet, la galerie de Belledonne. La galerie de Bramefarine, qui se termine par une conduite forcée souterraine de 500 m (et de 5,6 m de diamètre) entre le bassin du Flumet et la centrale (250-199 m), mesure 3 920 m. La dénivellation utile, entre le bassin du Flumet, à Saint-Pierre-d'Allevard, et la restitution à l'Isère est de 261 m[2]. La réversibilité des turbines-pompes et l'interconnexion entre le bassin d'éclusée du Flumet et le bassin de compensation (ou de restitution) du Cheylas permet d'y pomper en heures creuses les eaux déjà turbinées. Le bassin du Cheylas assure la démodulation des débits avant restitution à l'Isère et sert de réservoir pour les eaux destinées à être pompées. Le bassin d'éclusée du Flumet sert au stockage des eaux arrivant par gravité de l'Arc et du Glandon ou remontées par pompage. Il a une capacité de 4,7 Mm3 et un envasement d'environ 1,6 Mm3.

Problèmes d'envasement[modifier | modifier le code]

Les dépôts sédimentaires ardoisiers, provenant du bassin de Longefan et de la prise d’eau située sur le Glandon, s'accumulent dans le bassin depuis sa création. Depuis 2008 la prise du Glandon est mise hors d'eau lorsque le taux de matière en suspension dépasse les 2 g/l, ce qui a permis de diminuer significativement (30 à 40 %) l'apport de sédiments, qui reste cependant voisin de 40 000 m3 par an[3]. La capacité de décantation du bassin de Longefan a été améliorée par une série de « chasses » programmées sur trois ans (2008, 2009, 2010) évacuant les sédiments vers l'Arc[4]. EDF a entrepris une opération de curage à l'automne 2011 (nettoyage d'une vanne en fond de retenue et d'un exutoire d'eaux usées[5]).

Des diverses solutions étudiées pour évacuer les sédiments, et augmenter la capacité utile du bassin, le passage par les installations existantes est le plus facile à mettre en place. En mai/juin 2018 sont réalisés des tests « en réel » de turbinage des sédiments fins (les moins abrasifs), pour s'assurer que les turbines de la centrale du Cheylas supportent le passage d'eaux contenant des matières en suspension, évaluer le risque d'abrasion ou de colmatage[3], ainsi que les incidences éventuelles sur l'environnement (faune, matières en suspension, voisinage, concentration des matières en suspension dans l'Isère)[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Chabert, Jean-Marie Albertini, Jacques Champ, Pierre Préau, Un Siècle d'économie en Savoie, 1900-2000, La Fontaine de Siloé, (ISBN 9-782-8-420-6157-9, lire en ligne), « Des courts-circuits profitables », p. 70
  2. La côte d'exploitation du bassin se situe entre 490 et 499 m. La centrale est à l'altitude 250 et les turbines sont dans des puits de 66 m (source : dépliant Arc-Isère Centrale du Cheylas).
  3. a et b L'écho des crêts n°8, p.8
  4. Philippe Langenieux-Villard, « L'ensablement du lac du Flumet », sur Mairie d'Allevard,
  5. « Curage de la retenue du Flumet », sur Mairie d'Allevard,
  6. L'écho des crêts n°8, p.8/9

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]