La Douëra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Douëra
F54 Malzéville Douëra.JPG
Présentation
Type
villa
Style
Créateur
Construction
XVIII° - 1856
Propriétaires
Patrimonialité
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Rue du Lion d'OrVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

La Douëra est une maison de style d'inspiration mozarabe située 2 rue du Lion-d'Or à Malzéville, à proximité de Nancy, en Lorraine.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite de ses voyages en Algérie, Charles Cournault modifie la maison familiale vers 1856 en villa mauresque. Il en assure la décoration intérieure, par ses peintures murales et de plafond, ainsi que par divers objets importés par ses soins.

La maison verra également Étienne Cournault, son petit-fils 1891-1948, qui s'établira dans la maison familiale dès 1930 pour se consacrer à la peinture du verre et à la gravure.

La Douëra reste la propriété de la famille Cournault jusqu'en 1986. La ville de Malzéville l'acquiert alors, puis entreprend une campagne de réhabilitation et de restauration de 1989 à 1995. L'édifice est depuis un centre culturel animé par la commune et une association, les Amis de la Douëra : y sont proposés des expositions d'art, et des concerts "intimes", de musique classique, jazz, chanson (salle de 70 places).

Les façades et les toitures, une partie du jardin, et plusieurs salles sont inscrits monuments historiques depuis un arrêté du [1].

Architecture[modifier | modifier le code]

La façade ouest donne sur la rue du Lion-d'Or. Le portail est d'inspiration byzantine, le portique d'influence arabo-andalouse et des banquettes d'angle rappellent l'intérieur des mosquées maghrébines.

La façade orientale, qui donne sur le parc, est agrémentée d'éléments décoratifs divers, en particulier une tour minaret à degrés, qui donnent à la Douëra une allure de mosquée. Les deux premiers niveaux de la tour sont inspirés de mosquées de mamelouks cairotes.

Décoration intérieure[modifier | modifier le code]

La décoration intérieure est elle aussi inspirée des motifs et de la calligraphie arabes : lustre d'inspiration berbère, coupole ottomane, plafonds richement décorés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Hecre, Les Orients de Charles Cournault, Metz, Ville de Malzéville-Serge Domini Éditeur, , 24 p. (ISBN 2-912645-68-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]