La Chaire-à-Calvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Chaire-à-Calvin
image illustrative de l’article La Chaire-à-Calvin
La frise de chevaux de la Chaire à Calvin
Coordonnées 45° 33′ 19″ nord, 0° 06′ 57″ est
Pays Drapeau de la France France
Département français Charente
(Nouvelle-Aquitaine)
Localité voisine Mouthiers-sur-Boëme
Voie d'accès D.12
Altitude de l'entrée 70 m
Type de roche Calcaire crétacé
Occupation humaine Magdalénien

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La Chaire-à-Calvin

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
La Chaire-à-Calvin

La Chaire-à-Calvin est un abri sous roche orné de sculptures pariétales monumentales datant du Paléolithique supérieur, plus précisément du Magdalénien moyen (environ 15 000-14 000 ans avant le présent). Le site se trouve sur le territoire de la commune de Mouthiers-sur-Boëme, près d'Angoulême, en Charente.

Localisation[modifier | modifier le code]

La Chaire-à-Calvin est située dans la vallée du Gersac, un affluent de la Boëme qu'il rejoint à Mouthiers-sur-Boëme. Le lieu porte aussi le nom de "La Rochandry" celui du moulin à blé, daté de 1561, démoli en 1841 pour construire une papeterie, d'où un autre nom, la Papeterie[1]. La Chaire-à Calvin est en amont des bâtiments de l'ancienne papeterie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le rocher forme une plateforme à partir de laquelle Jean Calvin aurait prêché en 1520.

Les fouilles se sont succédé à partir de 1864, puis ont été reprises par Pierre David en 1924 qui a mis au jour la frise sculptée en 1927. Des fouilles sont entreprises en 1960 et 1961 avec les laboratoire de Préhistoire de la faculté ses Sciences de Bordeaux[1], puis par Bouvier en 1966[2].

L'abri a été classé monument historique le 11 août 1986[3].

Topographie et stratigraphie[modifier | modifier le code]

La chaire à Calvin

La Chaire-à-Calvin s'ouvre dans la falaise et forme un abri large de 8 m, haut de 4 m et profond de 5 m.

Bouvier trouve 8 couches, avec en allant vers le talus disparition des couches 4 et 5 ; ce qui rejoint la stratigraphie en 5 couches de Pierre David au niveau du talus.[réf. souhaitée] Bouvier et André Debénath, ce dernier effectuant des analyses sédimentologique et granulométrique, trouvent 9 couches[4].

Denise de Sonneville-Bordes y trouve six couches :

  • couche 1 : riche couche argilo-granuleuse partiellement végétalisée ;
  • couche 2 : riche couche argileuse avec à sa base des blocs de petits éboulis[1] ;
  • couche 3 : couche argileuse pauvre, avec charbon d'os ;
  • couche 4 : couche argileuse pauvre, avec blocaille ;
  • couche 5 : riche couche argileuse avec petits éboulis ;
  • couche 6 : riche couche argileuse avec de petits éboulis en plaquettes surmontés de nombreux éboulis[5].

Ch. Delage y trouve trois étapes de remplissage :
le premier ensemble est formé de débris calcaires déposés lors du creusement de l'abri. Le deuxième ensemble correspond à la fin du Pléniglaciaire, qui voit se déposer un éboulis gravitaire mélangé à des limons apportés par le vent ; c'est aussi l'époque des premières occupations de l'abri. Un cryosol profond, qui marque ce dépôt, est corrélé à l’évènement de Heinrich 1 entre 15 100 et 13 400 BP. Le troisième ensemble est manifesté par un talus de colluvions à l’entrée de l’abri, qui couvre une seconde période d'occupation de l'abri.
Cette nouvelle chronologie va à l'encontre des chronologies établies jusque là, pour lesquelles les dépôts dataient du Tardiglaciaire et l'industrie dans le Magdalénien supérieur ; mais elle s'accorde avec les révisions récentes des séries lithiques et osseuses, selon lesquelles l'industrie des niveaux inférieurs du site date du début du Magdalénien[6].

La séquence fournie par ce site couvre les fluctuations climatiques de la fin du dernier cycle glaciaire, notamment pour dater les couches entourant celles du cryosol - ce qui perrmet de situer la chronologie de l'ensemble[7].

Faune ancienne[modifier | modifier le code]

Le site fait partie des sites charentais ayant livré de l'antilope saïga (Saiga tatarica), espèce la mieux représentée ici dans toutes les couches[8],[9].

Toutes les couches contiennent aussi des os de cheval et de grand bovidé ; et toutes les couches sauf la 6 contiennent du renne.
L'hydrontin est présent dans les couches 1 et 3, le renard dans les couches 5 et 6. La couche 5 contient en sus du lièvre et du cerf élaphe[10].

Des os de saïga trouvés par Bouvier dans la couche 6 (Magdalénien moyen) sont datés à environ 16 000 ans BP[11].

P. David mentionne en sus de ceci des os de loup, de rhinocéros, de castor, et quelques os de rongeurs et d'oiseaux[12].

Industrie[modifier | modifier le code]

Toute l'industrie est magdalénienne ; les avis ont différé sur une détermination plus précise. P. David penchait pour le Magdalénien II-II ; Sonneville a pensé que l'occupation date du Magdalénien V-VI, pour plusieurs raisons (succession des couches se rapportant à un climat froid sec, répartition de l'antilope dans le sud-ouest de la France même au Magdalénien final...)[13].

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

Typiquement pour le Magdalénien, les burins sont plus nombreux que les grattoirs[8] et incluent surtout des burins dièdres[2]. Généralement de forme classique et tous sur éclats robustes, les burins incluent aussi quelques spécimens de burins transversaux sur troncature latérale ou sur encoche, des burins nucléiformes et des burins d'angle. Quelques pièces tronquées sont denticulées[8].

Les grattoirs sont pour la plupart simples, avec des lames non retouchées. Quelques outils sont composites, principalement des burins-grattoirs, quelques burins-lames tronquées et des becs[N 1]-lames tronquées. Aucun perçoir ni bec n'est multiple, peu d'entre eux sont microlithiques et ils sont généralement de qualité médiocre[8].

Les petits outils sur lamelles incluent une majorité de lamelles à dos abattu, avec quelques lamelles tronquées, à dos tronquées, à dos denticulées, à encoches[8].
Parmi les quelques microlithes notables se trouvent un triangle scalène[N 2], deux segments de cercle, un microburin, livrés par la couche 6 ; quatre triangles scalènes[N 2] allongés provenant de la couche 5 ; un triangle de la couche 3 ; et une pointe peut-être azilienne, fragmentaire, de la couche 1[8].

P. David a trouvé dans la couche 4 des "feuilles de laurier"[12] (outil attribué au Solutréen). Sonneville mentionne que les couches 6 et 4 ont livré deux fragments de pointes à cran solutréennes. Comme ces niveaux n'ont montré aucune trace de remaniement par solifluxion ou cryoturbation, Sonneville-Bordes en conclut que les occupants du lieu les ont ramassées sur un site voisin[8].

Un objet taillé dans un galet ovoïde serait soit un godet à couleurs soit une lampe[2].

Industrie osseuse et autre[modifier | modifier le code]

Elle comporte des aiguilles et des sagaies à fût cylindro-conique ou quadrangulaire[2]. Sonneville mentionne un harpon à deux rangs de barbelures (Magdalénien relativement récent)[13] ; P. David, qui dit l'industrie osseuse rare, mentionne des pointes de sagaie à un ou deux biseaux, des perçoirs, des brunissoirs, quelques morceaux d'aiguilles avec chas, un bâton « de commandement » et quelques objets de parure : pectens, dents percées... et des plaques gravées de traits trop fins et entrelacés pour être déchiffrables[12].

Un collier des coquillages et des perles de collier en stéatite indiquent des échanges ou un commerce[2].

P. David a trouvé dans la couche 4 les restes de quatre foyers séparés, accompagnés de nombreux galets, quelques silex et des os brûlés[12].

Restes humains[modifier | modifier le code]

Une molaire qui a été perdue depuis, a été découverte en 1933 dans un niveau attribué au Magdalénien[2].

Art pariétal[modifier | modifier le code]

Pierre David qui a découvert la frise en 1926[14] ou 1927[13] l'a décrite de gauche à droite : « un bovidé sans tête, puis un équidé à ventre gravide et une scène d'accouplement de chevaux ». C'est la seule œuvre d'art pariétal encore en place en Charente et visible pour le promeneur[14].

Longue de 3 m elle présentait des traces de couleur rouge orangé lors de sa mise au jour. Sa sculpture est profonde et datée du Magdalénien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En industrie lithique, un "bec" est une pierre taillée de façon à fournir une partie pointue bien dégagée.
  2. a et b Le mot « scalène » vient du grec σκαληνός (skalenos) : boiteux, inégal, déséquilibré, oblique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Denise de Sonneville-Bordes, « L'abri de la Chaire-à-Calvin », Quaternaire, vol. 2, nos 3-4,‎ 1965, p. 193-197 (lire en ligne), p. 193.
  2. a, b, c, d, e et f Debénath 2006.
  3. « Chaire à Calvin », notice no PA00104435, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Christophe Delage, « Mouthiers-sur-Boëme – La Chaire-à-Calvin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations,‎ 2009 (lire en ligne), par. 7.
  5. Sonneville 1965, p. 194.
  6. Delage 2007, p. 2.
  7. Delage 2007, p. 3.
  8. a, b, c, d, e, f et g Sonneville 1965, p. 195.
  9. Véronique Dujardin et Sophie Tymula, « Relecture chronologique de sites paléolithiques et épipaléolithiques anciennement fouillés en Poitou-Charentes », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 102, no 4,‎ 2005, p. 771-788 (lire en ligne), p. 772.
  10. sonneville 1965, p. 194, 195.
  11. Dujardin & Tymula 2005, p. 785.
  12. a, b, c et d David 1947, p. 31.
  13. a, b et c sonneville 1965, p. 196.
  14. a et b J.Lathière, « Présentation de Mouthiers-sur-Boëme », sur pagesperso-orange.fr/mouthiers.boeme (consulté le 22 avril 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Debénath, Néandertaliens et Cro-Magnons, les temps glaciaires dans le bassin de la Charente, Le Croit Vif, 2006, 356 p. (ISBN 2-916104-00-3).
  • Bouvier J.-M., 1968, "Godet en stéatite et collier magdaléniens de la Chaire-à-Calvin, Mouthiers (Charente)", Mémoires de la Société Archéologique et Historique de la Charente, p. 65-72.
  • Bouvier J.-M., 1971, "L'outillage osseux magdalénien de la Chaire-à-Calvin, Mouthiers (Charente)", Mémoires de la Société Archéologique et Historique de la Charente, p. 163-177.
  • Bouvier J.-M., 1989, "Les sculptures magdaléniennes de la Chaire-à-Calvin (Mouthiers, Charente). Lectures complémentaires", Bulletin de la Société Historique et Archéologique du Périgord, t. CXVI, p. 73-85.
  • Breuil H., 1952, Quatre cents siècles d'art pariétal, Montignac, Centre d'études et de documentation préhistorique, 415 p.
  • David, Pierre. 1928, "Sculpture attribuable à l'Aurignacien. Représentation de deux chevaux, abri-sous-roche de la Chaire-à-Calvin, commune de Mouthiers (Charente)", Bulletins et Mémoires de la Société Archéologique et Historique de la Charente, VIIIe série, p. XCVII-C.
  • David, Pierre. 1929, "Frise de l'abri-sous-roche dit de la Chaire-à-Calvin ou de la Papeterie, commune de Mouthiers (Charente)", in : Congrès de l'Association Française pour l'Avancement des Sciences, 53e session, Le Havre, 1929, Laval, Imprimerie Barnéoud, p. 1-4.
  • Pierre David, « La Chaire à Calvin (commune de Mouthiers, Charente) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 44, nos 1-2,‎ 1947, p. 31-32 (lire en ligne).
  • Dujardin, Véronique & Pinçon G., 2001, "Le Magdalénien en Poitou-Charentes", in : Table-Ronde du Paléolithique supérieur récent, 1999, Chambéry, 12-13 mars 1999.
  • Duport L., 1983, Les sculptures magdaléniennes de la Chaire-à-Calvin, commune de Mouthiers-sur-Boëme (Charente), Poitiers, P. Oudin et E. Beaulu, 47 p.
  • Laming-Emperaire A., 1962, La signification de l'art rupestre paléolithique, Paris, A. & J. Picard, 424 p.
  • Leroi-Gourhan A., 1965, Préhistoire de l'art occidental, Paris, Citadelles & Mazenod.
  • Pinçon G. et Bourdier C., 2009, « Nouvelle interprétation d’une sculpture pariétale de la Chaire-à-Calvin (Charente, France) : apport de la technologie 3D », INORA, n° 54, 2009, p 11-16, ill.
  • Sonneville-Bordes D. de, 1963, "Étude de la frise sculptée de la Chaire-à-Calvin, commune de Mouthiers (Charente)", Annales de Paléontologie, t. XLIX, p. 181-193.
  • Denise de Sonneville-Bordes, « Observations sur le Magdalénien de la Chaire-à-Calvin, à Mouthiers (Charente) », dans Bernard Vandermeersch (dir.), Préhistoire de Poitou-Charentes : problèmes actuels : Actes du 111e congrès national des sociétés savantes, Poitiers, 1986, Paris, CTHS, (présentation en ligne), p. 157-185
  • Trémeau de Rochebrune A., 1865, "Mémoires sur les restes d'industries appartenant aux temps primordiaux de la race humaine, recueillis dans le département de la Charente", Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, t. XXX, p. 57-182.