Léo Palacio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léo Palacio, né à Oran (Algérie française) le 12 avril 1913 et mort à Fenouillet (Haute-Garonne) le 26 octobre 2008, est un journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pupille de la Nation, il suit des études supérieures de lettres, d'espagnol et d'histoire de l'art hispano-mauresque. Il devient journaliste, correspondant de guerre en Espagne pour l'agence Keystone, du côté des forces républicaines, à l'âge de 23 ans[1]. Mobilisé en 1939 dans un régiment d'artillerie, il est rapatrié en 1940 en Algérie.

Il s'engage dans la Résistance en 1941 à Oran[2]. Il participe, dans la clandestinité, au débarquement américain du 8 novembre 1942. Il est alors nommé correspondant militaire pour le journal Combattant 44, destiné à l'armée française basée en Afrique du Nord. Il participe ensuite aux combats pour la Libération de la France. Il collabore à L'Écho d'Oran dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout en assurant les fonctions de correspondant du quotidien Le Monde à Oran[3]. Expulsé d'Algérie le 17 mars 1962, il entre alors au Monde où il achève sa carrière en tant que correspondant régional pour Midi-Pyrénées, le Pays basque et la Catalogne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Espagne d'hier, d'aujourd'hui, de demain, Alger, Machado
  • Le dernier Atlante, Alger, Machado
  • De la Tunisie au Tyrol, Oran, André Fouques
  • Les Pieds-Noirs dans le monde, Paris, éditions John Didier, 1968
  • 1936 : La Maldonne espagnole ou la Guerre d'Espagne comme répétition générale du deuxième conflit mondial, préface d'André Fontaine, Toulouse, Privat, 1986

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il réussit, en juillet 1936, à photographier deux bombardiers Savoia Marchetti qui ont dû se poser en catastrophe près de l'embouchure de la Moulouya ; André Fontaine souligne : « C'est la première preuve tangible qu'on allait détenir de l'intervention italienne dans la guerre d'Espagne » (préface de 1936 : La Maldonne espagnole)
  2. Dans le réseau Henri d'Astier de la Vigerie
  3. Jacques Isnard, Le Monde, 31 octobre 2008