Léo Palacio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léo Palacio
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
FenouilletVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Léo Palacio, né à Oran (Algérie française) le 12 avril 1913 et mort à Fenouillet (Haute-Garonne) le 26 octobre 2008, est un journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pupille de la Nation, il suit des études supérieures de lettres, d'espagnol et d'histoire de l'art hispano-mauresque. Il devient journaliste, correspondant de guerre en Espagne pour l'agence Keystone, du côté des forces républicaines, à l'âge de 23 ans[1]. Mobilisé en 1939 dans un régiment d'artillerie, il est rapatrié en 1940 en Algérie.

Il s'engage dans la Résistance en 1941 à Oran[2]. Il participe, dans la clandestinité, au débarquement américain du 8 novembre 1942. Il est alors nommé correspondant militaire pour le journal Combattant 44, destiné à l'armée française basée en Afrique du Nord. Il participe ensuite aux combats pour la Libération de la France. Il collabore à L'Écho d'Oran dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout en assurant les fonctions de correspondant du quotidien Le Monde à Oran[3]. Expulsé d'Algérie le 17 mars 1962, il entre alors au Monde où il achève sa carrière en tant que correspondant régional pour Midi-Pyrénées, le Pays basque et la Catalogne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Espagne d'hier, d'aujourd'hui, de demain, Alger, Machado
  • Le dernier Atlante, Alger, Machado
  • De la Tunisie au Tyrol, Oran, André Fouques
  • Les Pieds-Noirs dans le monde, Paris, éditions John Didier, 1968
  • 1936 : La Maldonne espagnole ou la Guerre d'Espagne comme répétition générale du deuxième conflit mondial, préface d'André Fontaine, Toulouse, Privat, 1986

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il réussit, en juillet 1936, à photographier deux bombardiers Savoia Marchetti qui ont dû se poser en catastrophe près de l'embouchure de la Moulouya ; André Fontaine souligne : « C'est la première preuve tangible qu'on allait détenir de l'intervention italienne dans la guerre d'Espagne » (préface de 1936 : La Maldonne espagnole)
  2. Dans le réseau Henri d'Astier de la Vigerie
  3. Jacques Isnard, Le Monde, 31 octobre 2008