Konkani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une langue image illustrant le monde indien
Cet article est une ébauche concernant une langue et le monde indien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Konkani
कोंकणी (Kōṅkaṇī), Konknni, ಕೊಂಕಣಿ, കൊംകണീ
Pays Inde
Nombre de locuteurs 7,4 millions (2007)[1]
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de l'Inde Inde
Codes de langue
ISO 639-2 kok
ISO 639-3 kok
Étendue macro-langue
Type langue vivante
IETF kok

Le konkani est une des 22 langues officielles parlées en Inde, par plus de 7 millions[1], dans le nord et le centre de la bande côtière du Maharashtra, entre la côte de Konkan (d'où son nom) et les ghâts occidentaux, langue officielle à Goa au Karnataka, au Dadra et Nagar Haveli et au Kerala. Dans la partie sud de sa zone d'extension, il est appelé gomântakî. C'est une langue de la famille indo-européenne, groupe indo-iranien, branche indienne.

Le prêtre jésuite Thomas Stephens (1549-1619), le premier anglais en Inde (mais installé à Goa), rédige la première grammaire konkani, compose un catéchisme et traduit en konkani le Nouveau Testament. Le konkani est noté en écriture kannara.

Mais face au nationalisme marathe et à la volonté d'éradiquer toute forme de culture dissidente, les autorités de l'Inde portugaise avec la complicité des religieux catholiques luttèrent contre l'usage de la langue konkani sur leur territoire de Goa aux XVIIIe et XIXe siècles et détruisirent nombre de livres de l'ancienne littérature konkani. Cette inquisition provoquera la disparition de l'écriture propre à la langue qu'est le Goykanadi, système proche de l'alphasyllabaire kannada.

Actuellement, le Konkani peut être écrit avec les alphabets balbodh (marathe), devanagari, latin, tigalari (toulou), malayalam et kannada. Mais l'usage officiel se limite au devanagari, tandis que la majeure partie des goanais utilisent de côté dans la vie de tous les jours l'alphabet latine. À la différence de Goa, au Karnataka, les konkanophones notent leur langue avec le kannada, écriture qu'ils défendent face à l'imposition du devanagari, perçue comme une assimilation forcée à l'Inde du Nord.

Le konkani, au vu de la colonisation portugaise, comprend un grand nombre de mots, de vocabulaire, et de grammaire[pas clair], issus du portugais.

Noms alternatifs : bankoti, concani, concorinum, cugani, goanais, gomataki, gomotaki, komkani, konkan, kunabi[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mikael Parkvall, "Världens 100 största språk 2007" (Les 100 langues les plus parlées en 2007), dans Nationalencyklopedin
  2. http://www.idref.fr/027780929