Kazimierz Brandys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kazimierz Brandys
Image dans Infobox.
Kazimierz Brandys avec sa femme à Paris en 1998
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
NanterreVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Faculté de droit de l'université de Varsovie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Marian Brandys (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Partis politiques
Membre de
Association des écrivains polonais (en)
Union des écrivains polonais (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Médaille du 10e anniversaire de la Pologne populaire (en)
Officier de l'ordre Polonia Restituta
Ordre de la Bannière du Travail, 2e classeVoir et modifier les données sur Wikidata

Kazimierz Brandys, né le à Łódź et mort le (à 83 ans) à Nanterre, est un écrivain, essayiste et scénariste polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le frère cadet de l'écrivain Marian Brandys (en). Il a fait des études de droit à l'université de Varsovie.

En 1935, il rédige un article de critique théâtrale dans le magazine Kuźnia Młodych.

Après la Seconde Guerre mondiale, il est membre de l'équipe rédactionnelle du journal Kuźnica de 1945 à 1950. En 1946, il avait adhéré au parti ouvrier polonais d'obédience communiste staliniste, devenu en 1948 parti ouvrier unifié polonais. Entre 1956 et 1960 il fait partie du comité de rédaction de l'hebdomadaire Nowa Kultura.

Après 1956, Kazimierz Brandys critique ses propres oeuvres antérieures[1].

En 1966, il démissionne du parti ouvrier unifié polonais (PZPR), en raison de la répression qui frappe le philosophe polonais Leszek Kołakowski.

En 1970, parlant le français couramment, il enseigne les littératures slaves à la Sorbonne à Paris jusqu'en 1971.

Il se manifeste vraiment dans l'opposition avec Variations postales en 1972 et En Pologne, c'est-à-dire nulle part en 1977. En 1975, il signe la Lettre des 59, lettre ouverte d'intellectuels polonais dénonçant la modification de la Constitution de la République populaire de Pologne. En 1976, il est complètement interdit de publication[1].

De 1977 à 1980, il est membre de la rédaction du journal Zapis. À la même époque, il quitte définitivement la Pologne.

Il meurt à Nanterre le 11 mars 2000[1] et est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages édités en France

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]