Jules Girardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girardet.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Jules Girardet
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
La maison de Jules Girardet à Boulogne-Billancourt.

Jules Girardet, né le à Versailles, et mort le à Boulogne-Billancourt, est un peintre et illustrateur français d'origine suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille suisse huguenote, Jules Girardet est le fils du graveur Paul Girardet (1821-1893) et de Louise-Alexandrine Sandoz. Ses frère sont les peintres Eugène Girardet et Léon Girardet.

Il épouse Marie Mathilde Marguerite Mayor de Montricher à Marseille, le 15 novembre 1881. Le couple a deux filles, Simone[1] et Yvonne. Ils édifient une maison avec un atelier d'artiste en dernier étage au no 26 rue de la Tourelle à Boulogne-Billancourt.

Jules Girardet étudie à l’École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Alexandre Cabanel. Il peint des portraits, des scènes de genre, quelques sujets orientalistes, mais il se spécialise dans les scènes historiques (guerres révolutionnaires en Bretagne, Louise Michel et la Commune). Ses œuvres ont été récompensées au Salon de Paris de 1881 et il a obtenu la médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1889. Le graveur Émile Giroux a puisé dans son œuvre de portraitiste la matière d’une série de figures gravées[2].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
Au Royaume-Uni

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simone Abadie-Girardet, illustratrice du livre Leurs 400 coups : De tennis, d'André Lichtenberger et Étienne Micard, aux Éditeurs associés, Éditions du Monde moderne, 1925.
  2. (en) « GIROUX, Émile - Engraver », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 21 mars 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Burnand, L'étonnante histoire des Girardet : artistes suisses, La Baconnière, Neuchâtel, 1940, 299 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]