Jules Amigues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Amigues
Image illustrative de l'article Jules Amigues
Fonctions
Député de la 2e circonscription de Cambrai
Prédécesseur Pierre-Joseph Bertrand-Milcent (Gauche républicaine)
Successeur Pierre-Joseph Bertrand-Milcent (Gauche républicaine)
Biographie
Nom de naissance Jules, Emile, Michel, Laurent Amigues
Date de naissance
Lieu de naissance Perpignan (Pyrénées-Orientales)
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès Paris (Seine)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique Appel au peuple
Profession Journaliste

Jules Amigues (alias Sybil), né le à Perpignan (Pyrénées-Orientales) et mort le à Paris (Seine), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un marchand droguiste de l'Aude, Jules Amigues commence sa carrière comme correspondant, en Italie, du journal Le Temps. Traducteur de divers ouvrages italiens, il collabore également au Moniteur universel, journal gouvernemental ainsi qu'à divers autres quotidiens. Amigues reste fidèle à la cause bonapartiste après 1870. Il participe aux obsèques de l'empereur Napoléon III en 1873 et fait partie de la délégation chargée de reconnaître le corps du prince impérial à Woolwich. Indépendant de caractère et d'esprit, redoutable polémiste, il participe à la défense du capitaine communard Louis Rossel.

Sous la Troisième République, il poursuit une brillante carrière journalistique dans de nombreux journaux de propagande bonapartiste. Il est ainsi l'auteur d'un petit pamphlet à l'usage des ouvriers, L'épître au peuple. L'empire et les ouvriers, en 1877[1] et Chroniqueur au "Moniteur universel", directeur de "L'espérance nationale", collabora au "Figaro" et au "Petit caporal".

Bien que peu connu dans le Nord, il devient, en 1877, député de la 2e circonscription de Cambrai à la suite d'une campagne mouvementée. Mais, invalidé dès l'année suivante, il ne réussit jamais à se faire réélire par les Cambrésiens.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Chevalier de la Légion d'honneur par décret du 15 février 1868[2].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis PRZYBYLA, article "Jules Amigues" in Les Parlementaires du Nord-Pas-de-Calais sous la IIIe République (ouvrage collectif), C.R.H.E.N.O., Université Charles de Gaulle-Lille III, 2000
  • « Jules Amigues », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Gérard Bonet, « Amigues (Michel, Jules, Émile, Laurent) », dans Nouveau dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 1, t. 1, Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414).

Liens externes[modifier | modifier le code]