Saint-Roch (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Roch (homonymie).

Saint-Roch
Saint-Roch (Québec)
Vue du Jardin Jean-Paul-L'Allier, depuis la haute-ville.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Québec
Municipalité Québec
Statut Quartier
Arrondissement La Cité-Limoilou
Démographie
Population 7 810 hab. (2016)
Densité 5 085 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Superficie 153,6 ha = 1,536 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Bibliothèque Gabrielle-Roy, Église Saint-Roch, rue Saint-Joseph
Localisation
Localisation de Saint-Roch

Saint-Roch est un des 35 quartiers de la ville de Québec et un des 9 qui sont situés dans l'arrondissement de La Cité–Limoilou.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le quartier de Saint-Roch est situé dans ce qui communément appelé la basse-ville de Québec. Il est délimité au sud par la colline de Québec, son coteau Sainte-Geneviève ainsi que la côte d'Abraham, à l'ouest par le boulevard Langelier, à l'est par l'autoroute Dufferin-Montmorency et au nord par la rivière Saint-Charles.

Saint-Roch, l'un des quartiers les plus denses de la ville, est principalement structuré selon des rues à angles droits. Il est traversé d'est en ouest par le boulevard Charest, et du nord au sud par les rues parallèles et à sens unique Dorchester et de la Couronne, lesquelles se fusionnent au nord pour devenir l'autoroute Laurentienne. Dans les rues secondaires, on retrouve principalement des maisons ou des plex en rangée étroites. Le plus haut immeuble est la Tour Fresk (20 étages d'appartements locatifs), inaugurée en 2016, sur la Place Jacques-Cartier.

Le quartier présente une mixité d'usage et une densité de bâti relativement élevée. Quant à sa fonction résidentielle, il est possible de la séparer en trois secteurs distincts[1]:

  • La zone au sud du boulevard Charest, qui compte très peu de logements sociaux et davantage d'anciens immeubles industriels reconvertis en copropriétés dans les années 2000 et s'adressant à de jeunes professionnels, en plus de plusieurs modiques « plex » de trois ou quatre étages.
  • La zone au nord du boulevard Charest, de loin la plus grande, qui présente un indice plus accru de défavorisation sociale, plusieurs logements subventionnés, et une majorité de vieux immeubles de moindre densité, principalement des plex dont certains sont vétustes.
  • Au nord, l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres qui longe l'autoroute Laurentienne. Il s'est développé dans les années 2010 et ses constructions neuves s’adressent en partie aux jeunes familles.

En lien avec sa densité importante, il n'y a que peu d'espaces verts au cœur du quartier (en excluant le jardin Jean-Paul-L'Allier). De même, en comparaison avec d'autres quartiers centraux tels que Montcalm ou le Vieux-Limoilou, mais de manière similaire au Vieux-Québec et à Saint-Jean-Baptiste, les arbres sont peu abondants et sont situés en majorité dans les arrière-cours des édifices à logements, puisqu'il n'y a généralement pas d'espace, ou marge de recul, entre les trottoirs et les façades. Les espaces verts sont plutôt localisés dans l'extrémité nord du quartier : le parc linéaire de la rivière Saint-Charles, le parc Victoria (partagé avec le quartier Saint-Sauveur), et la Pointe-aux-Lièvres.

Rose des vents Vieux-Limoilou Rose des vents
Saint-Sauveur,
enclave de Notre-Dame-des-Anges
N Vieux-Québec–Cap-Blanc–colline Parlementaire
O    Saint-Roch    E
S
Saint-Jean-Baptiste

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

Maisons canadiennes typique de la Nouvelle-France sur la rue Saint-Vallier Est.

Saint-Roch est l'un des plus anciens faubourgs de la cité de Québec. En 1692, les Récollets construisent sur la rive de la rivière Saint-Charles une chapelle dédiée à Saint Roch de Montpellier mais qui sera détruite durant la guerre de 1754. Éventuellement, cet ermitage donnera son nom à la rue Saint-Roch, puis au faubourg, à la paroisse, et enfin au quartier du même nom[2]. L'expansion de la ville vers les terres situées tout juste au nord-est du promontoire de Québec commence dès la fin du 17e siècle, d'abord le long de l'actuelle rue Saint-Vallier Est et autour de la Maison Blanche (toujours existante, au numéro 870 de cette même rue, mais qui a été dû être reconstruire suite à l'incendie de 1845)[3].

Essor[modifier | modifier le code]

Le quartier prend son véritable essor au milieu du 18e siècle avec l'avènement des chantiers navals le long de la rivière Saint-Charles. Vers la fin du 19e siècle, l'économie de Saint-Roch, principalement axée sur la construction de navires, connaît une stagnation. On assiste alors à une réorientation des activités vers d'autres types d'industries et au développement du secteur commercial. Plusieurs incendies ravagent le quartier durant ce siècle, notamment les incendies de 1845 ainsi que le Grand incendie de Québec (1866). Le quartier connaît une forte croissance démographique après 1871, témoignage de sa reprise après un autre incendie en 1870 ayant sévit entre les rues Dorchester, Saint-François Est et de la Chapelle. À partir de 1880, Saint-Roch connaît une prospérité sans précédent et plusieurs maires de Québec y ont vécu : John Lemesurier, Olivier-Napoléon Drouin, Valmont Martin, Télesphore Simard et Oscar Auger, ainsi que divers notables francophones[4].

L'édifice Laliberté en 1929.

Dès la fin du 19e siècle, la densification de l'habitat dans le quartier se traduit par la construction de maisons à étages et logements multiples (« plex ») avec entrées individuelles, sans galeries ou escaliers en façade ni marges de recul, faute d'espace dans les lots déjà existants. Dans certains cas, ce sont de vieilles maisons unifamiliales qui sont densifiées à la verticale ou à l'horizontale. On y retrouve encore de nos jours quelques unes de ces vieilles « maisons canadiennes » laissées intactes et reconnaissables par leurs revêtements muraux en pierre, crépi ou clin de bois, et à leurs toits à forte pente. Dans les année 1940, la construction résidentielle du quartier est plutôt caractérisée par l'immeuble à logement avec hall d'entrée commun et circulation verticale, construits sur des lots vacants ou par la conversion de maisons existantes[5].

Le quartier de Saint-Roch connaît son apogée commerciale durant la première moitié du 20e siècle, notamment sur la rue Saint-Joseph avec ses grands magasins à rayons aujourd'hui disparus tels que Paquet, Pollack puis plus tard le Syndicat de Québec, mais aussi Laliberté, qui existe toujours, . À cette époque, les deux tiers de la population de ce qui constituait dès lors la ville de Québec habitaient dans Saint-Roch ou Saint-Sauveur, où vivaient en majorité des francophones[3] (à l'époque, une population substantielle d'anglophones résidaient en haute-ville ou dans le Petit Champlain).

Déclin[modifier | modifier le code]

Cette partie de la rue Saint-Joseph abritait jadis le Mail.

À partir du milieu des années 1950 le quartier, tout comme les autres quartiers centraux, connait une baisse de population au profit de banlieues traditionnellement agricoles mais en voie d'urbanisation comme Sainte-Foy, Charlesbourg et Beauport, où l'espace est suffisant pour y construire des maisons de type « bungalow » ou pavillonnaires. En quelques décennies, la population de Saint-Roch passe d'environ 20 000 à 5000 personnes. De surcroît, à la fin des années 1960 la construction des bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency dans l'est du quartier nécessite la démolition d'environ 300 logements et 30 commerces, soit l'entièreté de la paroisse Notre-Dame-de-la-Paix[3].  

Pour pallier l'exode des commerçants et des clients vers les banlieues, la Ville et la communauté d'affaire inaugurent en 1967 un espace public s'étirant sur la rue Saint-Joseph entre les rues de la Couronne et Mgr-Gauvreau. Ce tronçon est d'abord une rue piétonne, puis elle est recouverte d'un toit en 1974 de manière à aménager un « centre commercial » en plein Saint-Roch[6]. On appela « Mail Centre-Ville », puis « Mail Saint-Roch » cette galerie marchande qui attira en outre des flâneurs, souvent défavorisés et parfois jugés indésirables par les commerçants. En effet, la rue Saint-Joseph, même recouverte, continuait d'exister en tant que voie publique et devait donc en théorie être accessible à quiconque, en tout temps, notamment puisque les résidents des étages supérieurs et leurs visiteurs ne pouvaient accéder aux logements qu'à partir du rez-de-chaussée des édifices, au niveau de la « rue »[7]. L'apparence négligée du Mail lui a également valu son lot de critiques. Par exemple, les tuiles du sol étaient souvent abîmées par le poids du traffic piétonnier, et le vitrage en plexiglas du toit était difficile d'accès et donc peu souvent nettoyé[8].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Reconversion de l'ancienne manufacture de la Royal Paper Box Co., boulevard Langelier.

À la fin des années 1990, les autorités municipales initient un programme de revitalisation commerciale sur les rues de la Couronne et Dorchester, ainsi que sur la rue Saint-Joseph (ce qui nécessita la démolition progressive du Mail de 2000 à 2007). Outre la rénovation de façades sur ces artères, le programme comprenait aussi la reconversion d'anciennes manufactures fermées ou déménagées. À titre d'exemple, les anciens immeubles industriels de la F.X. Drolet et celui de la Dominion Corset ont été transformés en bureaux municipaux, et d'autres tel celui de la Royal Paper Box en ateliers d'artistes et/ou coopératives d'habitation[9].

En mars 2000, la Ville entreprend la première phase des travaux de démolition du mail, entre les rue de la Couronne et du Pont, une portion de 301 m[10]. Des personnes marginalisées et des acteurs du milieu communautaire ont dénoncé ce démantèlement, plaidant que le Mail était un lieu d'échanges et de rencontres. Pour répondre à leurs besoins, les autorités ont mis à leur disposition des centres de jours, notamment dans le sous-sol de l'église Saint-Roch[11].

Au début des années 2000, de volumineux édifices à bureaux sont construits sur et autour du boulevard Charest, dans le secteur des rues de la Couronne et Dorchester, afin d'accommoder l'arrivée du siège de l'Université du Québec ainsi que de compagnies d'informatique et de jeux vidéos attirées par des incitatifs gouvernementaux[3].

Portrait du quartier[modifier | modifier le code]

Vue partielle ouest du quartier, délimité d'un trait vert.

Depuis les années 1990, Saint-Roch a fait l'objet d'une revitalisation, notamment sur la rue Saint-Joseph et du boulevard Charest. En effet, le nombre de personnes y travaillant a augmenté de 40 % entre 1996 et 2017, et sa population de 1000 personnes entre 1991 et 2017[12].

En dépit de sa revitalisation, le quartier demeure l'un des plus défavorisés de la ville. En 2006, le taux de chômage y était d'environ 26 %, contre 10,9 % pour la Communauté métropolitaine de Québec[13]. Cette statistique a toutefois fortement diminué, se situant en 2016 à 8 % pour le quartier et 5 % à l'échelle de la ville[14].

Quant aux logements sociaux, en 2006 on comptait environ 600 unités de type HLM (12,5 % de tous les logements du quartier) et 1000 de type coopérative d'habitation (20,9 % du quartier)[15]. En 2017, ces deux types représentaient respectivement 24 % et 12,6 % des logements abordables de l'arrondissement et de la ville, soit les plus fortes concentrations[1].

Saint-Roch est aussi là où on enregistre le plus grand nombre d'infractions liées aux stupéfiants à Québec. En 2012, sur les 1202 infractions de ce genre recensées dana la ville, il y en a eu 152 dans Saint-Roch (soit 20 par 1000 habitants), devant le quartier Vieux-Moulin (83 infractions, soit 5,9 par 1000 habitants)[16]. C'est d'ailleurs dans Saint-Roch que les autorités projettent depuis 2017 de construire, non sans controverse, un centre d'injection supervisée au coin des rues Sainte-Marguerite et Mgr-Gauvreau, à l'ombre de l’autoroute Dufferin-Montmorency[17].

Artères principales[modifier | modifier le code]

Le boulevard Charest sous l'autoroute 440, en 2004. La bretelle de droite a été démolie trois ans plus tard.

Édifices notables[modifier | modifier le code]

Parcs, espaces verts et loisirs[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Roch, vue de l'hôtel PUR.
  • Église Saint-Roch[18] (1920), a remplacé celle de 1816
  • Mosquée Masjid Al-rahma, dans des locaux d'un édifice de la rue de la Couronne
  • Église de Scientologie de Québec, rue Saint-Joseph Est
  • Ancienne église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier[19], devenue la Nef - Coopérative de solidarité Notre-Dame de Jacques-Cartier

Musées, théâtres et lieux d'expositions[modifier | modifier le code]

Commerces et entreprises[modifier | modifier le code]

Édifice Le 410 Charest (dont les principaux occupants sont le journal Le Soleil et le Groupe CGI.)

Lieux d'enseignement[modifier | modifier le code]

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Conseil de quartier[modifier | modifier le code]

Saint-Roch, comme tous les quartiers de la ville, bénéficie d'un « conseil de quartier » dont le mandat est de consulter ses citoyens et de parler en leur nom, et qui est dirigé par 8 élus (quatre femmes et quatre hommes), quelques membres choisis par ces derniers, ainsi que l'élu municipal du district électoral au sein duquel est situé ledit quartier. En l'espèce, il s'agit du district de Saint-Roch–Saint-Sauveur, dont l'élu siège à la fois aux conseils de quartiers de Saint-Roch et de Saint-Sauveur, en plus du conseil municipal et du conseil d'arrondissement de la La Cité–Limoilou.

Représentation gouvernementale[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint-Roch est inclut dans les circonscriptions électorales suivantes :

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2016, le portrait démographique du quartier était le suivant[20] :

  • Sa population représentait 7,2 % de celle de l'arrondissement et 1,5 % de celle de la ville.
  • L'âge moyen était de 42,1 ans tandis que celui à l'échelle de la ville était de 43,2 ans.
  • Population immigrante : 14 % du quartier, contre 7,2 % dans la ville.
  • 23,1 % des habitants étaient propriétaires et 76,9 % locataires.
  • Taux d'activité de 64,9 % et taux de chômage de 8 %.
  • Revenu moyen brut des 15 ans et plus : 34 101 $.
Évolution démographique
1996 2006 2011 2016
6 9957 7007 5907 810

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Programme particulier d'urbanisme - Secteur sud du centre-ville Saint-Roch », sur Ville de Québec, , p. 13
  2. « Fiche toponymique : Saint-Roch », sur Ville de Québec (consulté le 18 novembre 2018)
  3. a b c et d Réjean Lemoine, « Quartier Saint-Roch, la renaissance du coeur urbain de Québec », sur Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique Française (consulté le 18 novembre 2018)
  4. Lucie K. Morisset, Patrimoine du quartier Saint-Roch : La mémoire du paysage: histoire de la forme urbaine, Ville de Québec, .
  5. Luc Noppen, Patrimoine du quartier Saint-Roch : l'identité architecturale: usages, formes et monuments, Ville de Québec, .
  6. Isabelle Nicole, La revitalisation du quartier Saint-Roch : analyse statistique et cartographique. Thèse de maîtrise en géographie, Université Laval, (lire en ligne), p. 9
  7. Guy Mercier et al., « La place commerciale et la mythologie de l'urbanisme contemporain. Le témoignage de la rue Saint-Joseph à Québec », dans L. Noppen, Architecture, forme urbaine et identité collective, Les éditions du Septentrion, (ISBN 9782894480397, lire en ligne), p. 88
  8. Freedman, Martine, De la mixité à l'exclusion : témoignages du nouveau Saint-Roch à Québec, Thèse de doctorat, géographie, Université Laval, (lire en ligne), p. 234
  9. « Manufactures recyclées du Saint-Roch contemporain », sur Ville de Québec (consulté le 18 novembre 2018)
  10. Isabelle Nicole, La revitalisation du quartier Saint-Roch : analyse statistique et cartographique. Thèse de maîtrise en géographie, Université Laval, (lire en ligne), p. 9
  11. Denoncourt Frédéric, « Plan de relance de Saint-Roch 1992-2002 : Le grand pari », sur Voir,
  12. « Programme particulier d'urbanisme - Secteur sud du centre-ville Saint-Roch », sur Ville de Québec, , p. 12
  13. Bourgeois, Fanny, « La revitalisation du quartier Saint-Roch (Ville de Québec) et ses effets sur l'expérience d'exclusion des femmes itinérantes : mémoire de maîtrise, sociologie », Université Laval, (consulté le 18 novembre 2018), p. 5
  14. « https://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/portrait/quelques_chiffres/docs/Saint_Roch_Portrait.pdf » [PDF], sur Ville de Québec
  15. Freedman, Martine, De la mixité à l'exclusion : témoignages du nouveau Saint-Roch à Québec, Thèse de doctorat, géographie, Université Laval, (lire en ligne), p. 225
  16. « Rapport sur la situation de la consommation de drogue par injection à Québec et sur la pertinence d’offrir des services d’injection supervisée », sur Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale., , p. 23
  17. « Futur centre d’injection supervisé dans Saint-Roch: loin du consensus », sur Le Soleil, (consulté le 18 novembre 2018)
  18. Description de l'église Saint-Roch sur Les églises de Québec
  19. Description de l'église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier sur Les églises de Québec
  20. Portrait sociodémographique et économique du quartier Saint-Roch - Janvier 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :