John Carreyrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

John Carreyrou
Image illustrative de l’article John Carreyrou
John Carreyrou en 2019

Nationalité Français-Américain
Diplômé de Duke University (B.A.)
Profession Journaliste
Années d'activité depuis 1999
Distinctions honorifiques Prix Pulitzer (2)
Prix George Polk
Prix Gerald Loeb
Historique
Presse écrite The Wall Street Journal (1999-2019)

John Carreyrou est un journaliste et écrivain franco-américain qui a travaillé pour le Wall Street Journal entre 1999 et 2019[1], et a été basé à Bruxelles, Paris, et New York . Il a remporté le prix Pulitzer à deux reprises et est connu en particulier pour avoir dénoncé les pratiques frauduleuses de la société multimilliardaire de tests sanguins Theranos dans une série d'articles publiés dans le Wall Street Journal .

Jeunesse et carrière[modifier | modifier le code]

John Carreyrou est le fils du journaliste français Gérard Carreyrou et d'une mère américaine. Il a grandi à Paris[2]. Carreyrou a été diplômé de l'université Duke en 1994 avec un licence en sciences politiques et gouvernementales.

Après ses études, il rejoint le Dow Jones Newswires . En 1999, il rejoint le Wall Street Journal Europe à Bruxelles[3]. En 2001, il s'installe à Paris pour couvrir les affaires d'actualités françaises et d'autres sujets comme le terrorisme. En 2003, il est nommé chef adjoint du bureau pour le Sud de l'Europe. Il couvre la politique et les affaires de la France, de l'Espagne et du Portugal[4]. En 2008, il devient chef de bureau adjoint, et plus tard chef de bureau du bureau de la santé et des sciences à New York[5].

Fin 2015, encouragé par une enquête approfondie menée par Eleftherios Diamandis, Carreyrou commence une série d'articles d'investigation sur Theranos, la start-up de tests sanguins fondée par Elizabeth Holmes. Ces articles remettent en question la prétention de l'entreprise à pouvoir effectuer une large gamme de tests de laboratoire à partir d'un petit échantillon de sang provenant d'une piqûre au doigt[6],[7],[8]. Holmes s'est tournée vers Rupert Murdoch, dont l'empire médiatique comprend l'employeur de Carreyrou, le Wall Street Journal, pour étouffer l'affaire. Murdoch, devenu le plus gros investisseur de Theranos en 2015 à la suite de son investissement de 125 millions de dollars, a refusé la demande de Holmes en disant qu '« il faisait confiance aux éditeurs du journal pour gérer l'affaire équitablement »[9],[10]. En mai 2018, un livre de Carreyrou traitant ce sujet, Bad Blood: Secrets and Lies in a Silicon Valley Startup (Traduction : Mauvais sang: Secrets et Mensonges dans une start-up de la SIlicon Valley), a été publié par Knopf[11]. Carreyrou figure également en bonne place dans un documentaire sur Theranos intitulé The Inventor: Out for Blood in Silicon Valley .

En août 2019, Carreyrou quitte le Wall Street Journal, optant pour des allocutions rémunérées interdites par le journal. A propos de ses projets futurs, il a déclaré : « Je veux continuer à écrire des livres de non-fiction pour la deuxième partie de ma carrière »[12],[13].

En 2021, Carreyrou a publié un podcast intitulé "Bad Blood: The Final Chapter" (Traduction : Mauvais Sang : Le Dernier Chapitre couvrant le procès d'Elizabeth Holmes[14].

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2003, Carreyrou a partagé le prix Pulitzer pour le reportage explicatif avec une équipe de journalistes du Wall Street Journal pour une série d'articles qui ont révélé des scandales d'entreprise aux États-Unis[15],[16]. Carreyrou a co-écrit l'article Damage Control: How Messier Kept Cash Crisis at Vivendi Hidden for Months (Traduction : Contrôle des dégâts : comment Messier a caché la crise financière de Vivendi pendant des mois), publié le 31 octobre 2002[17].

En 2003, Carreyrou a remporté le prix Peter R. Weitz Junior du German Marshall Fund pour l'excellence de ses reportages sur les affaires européennes, pour sa couverture détaillée de la chute de Vivendi Universal SA et de son président, Jean-Marie Messier[18].

En 2004, Carreyrou a partagé le prix Peter R. Weitz senior du German Marshall Fund pour l'excellence de ses reportages sur les affaires européennes avec une équipe de six journalistes du Wall Street Journal[19]. Dans la série en cinq parties intitulée The Disintegration of the Trans-Atlantic Relationship over the Iraq War (Traduction : La Désintégration de la Relation Transatlantique pendant la Guerre d'Irak), Carreyrou a contribué à l'article In Normandy, US-France Feud Cuts Deep (Traduction : En Normandie, la querelle franco-américaine est profonde)[20]. Publié le 24 février 2003, alors que Carreyrou était basé à Paris, l'article examinait comment la Normandie, site du débarquement du jour J, était prise entre la gratitude pour le rôle des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale et l'opposition de la France à la guerre en Irak[21].

En 2015, Carreyrou a partagé le prix Pulitzer pour le journalisme d'investigation et le prix Gerald Loeb pour l'investigation avec une équipe de journalistes d'investigation du Wall Street Journal pour "Medicare Unmasked" (Traduction : Medicare Démasqué), un projet qui a forcé le gouvernement américain en 2014 à publier de nombreuses données de Medicare, un système d'assurance-santé géré par le gouvernement fédéral des États-Unis[22], gardées secrètes pendant des décennies. Ce projet, dans une vaste série d'enquêtes, a également révélé des abus qui ont coûté des milliards aux contribuables[23],[24],[25]. Carreyrou est co-auteur de quatre articles de la série : Les contribuables font face à de grosses dépenses pour des factures médicales inhabituelles[26], Un laboratoire médical en pleine croissance teste la loi anti-pots-de-vin[27], L' « auto-référence » des médecins prospère grâce à une échappatoire juridique [28] et L'assurance-maladie tentaculaire lutte pour lutter contre la fraude[29].

En 2016, Carreyrou a reçu le George Polk Awards du journalisme d'investigation financière en 2015 [30], et le prix Gerald Loeb du meilleur reportage[31]. Son enquête sur Theranos « a soulevé de sérieux doutes sur les affirmations de l'entreprise et de sa célèbre fondatrice de 31 ans, Elizabeth Holmes »[30]. Selon Vanity Fair, « un rapport accablant publié dans le Wall Street Journal avait allégué que l'entreprise était, en fait, une imposture »[32],[33]. Carreyrou a rédigé ce rapport[32],[33]. Un traitement du sujet plus en longueur dans un livre intitulé Bad Blood: Secrets and Lies in a Silicon Valley Startup (2018) (Traduction : Mauvais sang: Secrets et Mensonges dans une start-up de la SIlicon Valley) [34] a remporté le prix du livre de business de l'année du Financial Times[35]. Une adaptation en série produite par ABC News avec Amanda Seyfried dans le rôle d'Elizabeth Holmes a été mise en ligne sur la plateforme de streaming Hulu en mars 2022[36].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il vit actuellement à Brooklyn avec sa femme Molly Schuetz, rédactrice en chef de Bloomberg News[37], et leurs trois enfants[38].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lachlan Cartwright, « 'Bad Blood' Author Left Wall Street Journal », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Emmanuel Saint-Martin, « Un Français reçoit le Prix Pulitzer », French Morning,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. John Carreyrou, « Belgians Dole Out $1 Million to Pay For Wedding of Their Future King », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « John Carreyrou New Deputy Bureau Chief for Southern Europe », Dow Jones Newswires,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  5. « 2008 SABEW Conference Program », SABEW, (consulté le )
  6. James B. Stewart, « The Narrative Frays for Theranos and Elizabeth Holmes », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. John Carreyrou, « Hot Startup Theranos Has Struggled With Its Blood-Test Technology », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. John Carreyrou, « At Theranos, Many Strategies and Snags », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Jr, « 6 of the most fascinating revelations from 'Bad Blood' on Theranos debacle and Elizabeth Holmes », CNBC,
  10. « An Unsung Hero of the Theranos Saga: Rupert Murdoch », Ricochet
  11. John Carreyrou, Bad blood : Secrets and lies in a Silicon Valley startup, New York, First, (ISBN 9781524731656, OCLC 1029779381)
  12. (en) Lachlan Cartwright, « 'Bad Blood' Author Left Wall Street Journal », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (en-US) « "Bad Blood" author Carreyrou leaves WSJ over paid speaking ban », Talking Biz News, (consulté le )
  14. (en) Khorram, « Reporter who broke Theranos scandal predicts outcome of Elizabeth Holmes trial », CNBC, (consulté le )
  15. « Wall Street Journal Wins Pulitzer For Series on Corporate Scandals », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Pulitzer Prize Winners », The Pulitzer Prizes – Columbia University, (consulté le ) : « 2003 Pulitzer Prize for Explanatory Reporting: Staff of The Wall Street Journal. For its clear, concise and comprehensive stories that illuminated the roots, significance and impact of corporate scandals in America. (Moved by the jury from the Public Service category.) »
  17. « Damage Control: How Messier Kept Cash Crisis at Vivendi Hidden for Months », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Annual Report 2003 », The German Marshall Fund of the United States, (consulté le ) : « Peter R. Weitz Journalism Prizes. GMF awards two prizes annually for excellence in reporting on European and transatlantic affairs. A team of writers from BusinessWeek, led by David Fairlamb and John Rossant, were awarded the 2003 senior Peter R. Weitz Journalism Prize of $10,000 for their in-depth coverage of the expansion of the European Union to include countries of Central and Eastern Europe. The junior prize of $5,000 was awarded to The Wall Street Journal's John Carreyrou for his detailed coverage of the downfall of Vivendi Universal SA and its chairman, Jean-Marie Messier. », p. 8
  19. « 2004 Peter R. Weitz Senior Prize », The Wall Street Journal, The German Marshall Fund of the United States, (consulté le )
  20. John Carreyrou, « In Normandy, U.S.-France Feud Cuts Deep », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Journal Reporters Win Prize For European Affairs Coverage », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Medicare », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  23. « Pulitzer Prize Winners », The Pulitzer Prizes, Columbia University, (consulté le ) : « 2015 Pulitzer Prize for Investigative Reporting: Eric Lipton of The New York Times For reporting that showed how the influence of lobbyists can sway congressional leaders and state attorneys general, slanting justice toward the wealthy and connected. & The Wall Street Journal Staff For "Medicare Unmasked," a pioneering project that gave Americans unprecedented access to previously confidential data on the motivations and practices of their health care providers. »
  24. Jeffrey A. Trachtenberg, « Wall Street Journal Wins Investigative Pulitzer », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. Hutchins, « IRE members recognized in 2015 Pulitzer Prizes », Investigative Reporters and Editors, (consulté le )
  26. John Carreyrou, Christopher S. Stewart and Rob Barry, « Taxpayers face big tab for unusual doctor billings », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. John Carreyrou and Tom McGinty, « A fast-growing medical lab tests anti-kickback law », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. John Carreyrou And Janet Adamy, « Doctor 'self-referral' thrives on legal loophole », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. John Carreyrou And Christopher S. Stewart, « Sprawling medicare struggles to fight fraud », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. a et b « Long Island University Announces 67th Annual George Polk Awards in Journalism », Long Island University,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « The award for Financial Reporting will go to John Carreyrou of The Wall Street Journal whose investigation of Theranos, Inc. raised serious doubts about claims by the firm and its celebrated 31-year-old founder, Elizabeth Holmes, that its new procedure for drawing and testing blood was a transformational medical breakthrough in wide use at the firm's labs. Carreyrou's well-researched stories, reported in the face of threats of lawsuits and efforts to pressure some sources to back off of their accounts, led to a reevaluation of Theranos' prospects among investors and have been followed by regulatory actions against the company and widespread discussion that publications and institutions from Fortune and The New Yorker to Harvard and the White House may have been too quick to hail Holmes, a Stanford dropout whose personal wealth at the height of her startup's rise was an estimated $4.5 billion, as a success story in the tradition of Steve Jobs, Bill Gates and Mark Zuckerberg. »

  31. Daillak, « UCLA Anderson School honors 2016 Gerald Loeb Award winners », UCLA, (consulté le )
  32. a et b (en) Nick Bilton, « Exclusive: How Elizabeth Holmes's House of Cards Came Tumbling Down », Vanity Fair,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. a et b John Carreyrou, « Hot Startup Theranos Has Struggled With Its Blood-Test Technology », The Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  34. (en-US) « How One Company Scammed Silicon Valley. And How It Got Caught. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  35. Andrew Hill, « 'Bad Blood' wins the FT and McKinsey Business Book of 2018 », Financial Times, (consulté le )
  36. (en-US) Andy Swift et Andy Swift, « Amanda Seyfried Is Elizabeth Holmes in First Look at Hulu's The Dropout », sur TVLine, (consulté le )
  37. Ali, « The Reporter Who Took Down a Unicorn », Intelligencer,
  38. « 2014 IRE Conference – Event: Finding stories in Medicare's vast data trove », Investigative Reporters & Editors, Missouri School of Journalism, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]