Theranos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Theranos

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Elizabeth HolmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Palo AltoVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Elizabeth HolmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.theranos.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Theranos est une entreprise américaine dans le domaine des technologies de la santé implantée dans la Silicon Valley et fondée en 2003 par Elizabeth Holmes alors âgée de seulement 19 ans. « Theranos » est un mot-valise formé à partir des mots anglais therapy (thérapie) et diagnosis (diagnostic)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise est censée avoir développé une technologie permettant de réaliser des tests sanguins peu coûteux. La fondatrice prétend réaliser des tests sanguins avec quelques goutes de sang recueillies sans aiguille avec sa propre méthode de prélèvement. Cette perspective lui permet de lever rapidement des fonds d'investissement à hauteur de 700 millions de dollars[2]. En 2015, son entreprise est valorisée à plus de 9 milliards de dollars[3].

En octobre 2015, une enquête de John Carreyrou parue dans le Wall Street Journal révèle que Theranos n'utilise pas sa propre technologie pour effectuer des tests sanguins et que l'entreprise a cherché à masquer les incohérences de ses tests[4].

Depuis, plusieurs experts médicaux ainsi que l'administration américaine ont exprimé leur scepticisme à propos de la technologie de Theranos, notant que celle-ci n'a jamais été évaluée par des panels d'experts indépendants ni fait l'objet de publications scientifiques, et que Theranos n'a en outre jamais apporté de preuves de sa fiabilité. De plus, des inspections dans les locaux de Theranos ont constaté des problèmes majeurs dans la gestion de leurs laboratoires[5].

Depuis le début de la controverse, plusieurs institutions médicales et entreprises pharmacologiques ont mis fin à leurs relations avec Theranos. L'entreprise ainsi que sa dirigeante se voient menacées de perdre l'autorisation d'exploiter des laboratoires d'analyses sanguins[6].

Plusieurs experts et médias ont exprimé l'hypothèse que la valeur financière de l'entreprise était hautement fantaisiste et que l'entreprise était construite sur une fraude[7].

Le 18 mai 2016, le Wall Street Journal révèle que, d'après une source proche du dossier, Theranos a annulé l'ensemble des tests effectués en 2014 et 2015 sur sa plateforme Edison, et a définitivement cessé d'utiliser celle-ci depuis juin 2015[8],[9].

En octobre 2016, dans une lettre ouverte, Elizabeth Holmes indique que l'entreprise va fermer ses laboratoires et licencier 340 salariés[10],[11]. En mars 2018, la Securities and Exchange Commission (SEC) récapitule, dans un acte d'accusation, les falsifications dont cette société est accusée[12].

En 2018, ses dirigeants sont inculpés pour « fraude massive » : la technologie développée n'était pas exploitée comme annoncée dans les levées de fonds aux investisseurs, et servait à couvrir une « escroquerie sophistiquée », selon la Securities and Exchange Commission[13],[14].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Theranos - Company », sur theranos.com
  2. Jérôme Marin, Tests sanguins : la trop belle histoire de la start-up Theranos dans Le Monde du 19 mars 2018 -suppl. Économie et Entreprise
  3. (en) John Carreyrou, « Hot Startup Theranos Has Struggled With Its Blood-Test Technology », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Theranos’ Scandal Exposes the Problem With Tech’s Hype Cycle », Wired,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Arizona inspectors find Theranos lab issues », sur USA TODAY (consulté le 4 mai 2016)
  6. (en) Reed Abelson et Andrew Pollack, « Theranos Under Fire as U.S. Threatens Crippling Sanctions », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  7. (en) « The fable of the unicorn », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne)
  8. (en) « Theranos Voids Two Years of Edison Blood-Test Results », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  9. « Tests sanguins : l'aveu terrible de Theranos », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  10. « An Open Letter From Elizabeth Holmes », sur Theranos Newsroom, (consulté le 7 octobre 2016)
  11. Reed Abelson, « Theranos to Close Labs and Lay Off 340 Workers », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  12. Jérôme Marin, « Tests sanguins : la trop belle histoire de la start-up Theranos », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. « Tests sanguins: Les dirigeants de Theranos inculpés pour «fraude massive» », sur www.20minutes.fr (consulté le 15 mars 2018)
  14. « Theranos : fin de partie pour Elizabeth Holmes, étoile filante de la Silicon Valley - Les Echos », sur business.lesechos.fr (consulté le 15 mars 2018)