Johann Stamitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann StamitzJan Václav Antonín Stamic
Description de l'image Johann Stamitz.jpg.
Nom de naissance Johann Wenzel Anton Stamitz
Naissance
Nemecký Brod­, Drapeau de la Bohême Royaume de Bohême
Décès (à 39 ans)
Mannheim, Drapeau du Palatinat du Rhin Palatinat du Rhin
Activité principale Compositeur
Descendants Carl Stamitz, Anton Stamitz

Johann Wenzel Anton Stamitz est un violoniste et compositeur germano-tchèque, né à Nemecký Brod­ (Bohême, République tchèque) le et mort à Mannheim le . Il est le père des compositeurs et violonistes Carl et Anton Stamitz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'Université de Prague et y suit des cours pendant l'année académique 1734–1735. Il quitte ensuite l'établissement afin de poursuivre, pendant les six années suivantes, une carrière de violoniste virtuose. Vers 1741 ou 1742, il est engagé à Mannheim, à la cour du Palatinat du Rhin, au service de Charles VII de Bavière. En 1742, il joue pendant les festivités du mariage de l'électeur Charles Théodore de Bavière.

En 1744, il épouse Maria Antonia Lüneborn[1].

Vers la fin de l'été 1754, à l'invitation du fermier général Alexandre Le Riche de La Pouplinière, il séjourne près d'un an à Paris. Il dirige alors l'un des meilleurs orchestres de France, celui de La Pouplinière, mécène et protecteur de Jean-Philippe Rameau. Son successeur à ce poste sera le compositeur français François-Joseph Gossec. Stamitz se produit pour la première fois en public au Concert Spirituel du . Le succès rencontré le pousse à publier dans la capitale française ses Trios pour orchestre, Op. 1 (de fait, des symphonies pour orchestre à cordes). Peu après la composition de sa Symphonie en mi bémol majeur, Op. 11, no 3, à l'automne 1755, il rentre en Allemagne. Il y meurt au printemps 1757.

Johann Stamitz contribue à fixer la symphonie dans sa forme classique (en quatre mouvements), en s’inspirant de la forme sonate. Principal représentant de l'École de Mannheim, il a une influence directe sur les compositeurs Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart. Pendant sa courte carrière, il compose 58 symphonies et 10 trios pour orchestre. Il écrit également de nombreux concertos pour divers instruments, dont un grand nombre pour violon, deux pour alto, deux pour clavecin, douze pour flûte, un pour hautbois et une pour clarinette. Il signe aussi de la musique de chambre, dont plusieurs sonates et diverses courtes pièces pour violon seul. Il a aussi composé des œuvres vocales, dont une Messe en ré majeur qui connaît en son temps une large diffusion.

Notes et références[modifier | modifier le code]