Jeanne Royannez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeanne Royannez
Jeanne Royannez.png

Jeanne Royannez,
photographie par Édouard Stebbing (1896).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Conjoint

Jeanne Royannez, née le à Paris, morte dans la même ville le , est une sculptrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Laure Coutan, Jeanne Royannez est la fille du journaliste républicain Adolphe Royannez (1829-1894) directeur de L’Athée et de La Voix du Peuple, membre de la Commune de Marseille, compagnon de Gaston Crémieux, proscrit en 1851, et l'épouse du journaliste socialiste Clovis Hugues. Elle rencontre son époux à Marseille en 1871, lors de la brève commune qui enflamme cette ville. Elle épouse Clovis Hugues à sa sortie de prison, le à Toulon. Elle en aura deux filles, prénommées Marianne et Mireille.

L'année de ce mariage, un journaliste bonapartiste, Joseph Daime, signant sous le nom de plume de Désiré Mordant dans L’Aiglon des Bouches-du-Rhône, insulte la jeune épouse. Clovis Hugues le provoque en duel et le tue. Le mari outragé est acquitté en février 1878.

En 1882, la comtesse d'Osmond-Lenormand accuse Jeanne d'avoir séduit son époux. Il semble qu'elle veuille perdre sa réputation afin de mettre un terme à la carrière politique de Clovis Hugues. Stipendié par la comtesse, un détective, Jean Morin, réussit à jeter le trouble dans l'opinion et le tribun socialiste ne peut assister aux funérailles de Louis Blanc.

Clovis Hugues, buste en bronze, Sceaux, jardin des Félibres.

Le tribunal de Paris condamne Jean Morin le . Mais la comtesse protège son commensal, qui sort de prison et reprend bientôt ses calomnies. Un nouveau procès s'ouvre, qui doit aboutir le , mais il est repoussé et Morin poursuit ses persiflages. Jeanne Royannez, excédée, tire par trois fois sur Morin au palais de justice de Paris. Elle est acquittée par ses juges le . Le Gaulois du lendemain en fait cette description : « Très pale, cette jeune femme aux traits accentués, est coiffée d'un petit chapeau noir et vêtue d'un costume noir. Elle a relevé sa voilette de tulle blanc et promène ses regards d'un air assez calme sur tout l'auditoire. »[1]

L'année suivante, Jeanne Royannez expose au Salon. Sa carrière est lancée.

Elle fait partie de la délégation de femmes françaises artistes présentées à l'Exposition universelle de 1893 à Chicago, regroupées dans le Woman's Building[2].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1885, à Milan, une pièce de Tito Mammoli[6], La vendetta della signora Hugues, una donna che uccide, « Dramma storico contemporaneo con prologo e 4 atti »[7], met en scène l'affaire Osmond-Lenormand. On y voit Adolphe Royannez, Clovis Hugues, Jeanne Royannez, nommée Jeannette, le comte et la comtesse, les avocats, juges et procureur du procès de Jeanne Royannez[8].

La vie de Jeanne Hugues est portée à l'écran par Gérard Oury en 1962, dans Le crime ne paie pas. Michèle Morgan joue le rôle de Jeanne Royannez et Philippe Noiret celui de Clovis Hugues[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Gaulois, [lire en ligne (page consultée le 06/01/2012)].
  2. (en) K.L. Nichols, « French Women Painters: 1893 Chicago World's Fair and Exposition », sur arcadiasystems.org.
  3. Vue de l'œuvre, sur le site etudesdromoises.com.
  4. culture.gouv Notice du Monument à Clovis Hugues, sur culture.gouv.fr.
  5. Ad. Joanne, J. Ferrand, De Lyon à la méditerranée, L. Hachette, 1866, p. 197 [lire en ligne].
  6. Tito Mammoli est un ancien partisan de Giuseppe Mazzini, auteur de pièces sociales, enlevées, fondateur de l'Ateneo Italiano.
  7. Le manuscrit de Tito Mammoli est numérisé sur le site sol.cib.unibo.it.
  8. Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique, Paris, 1885, p. 12 [lire en ligne].
  9. René Merle, article Clovis et Jeanne Hugues.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Martin, Nos peintres et sculpteurs, graveurs, dessinateurs portraits et biographies, suivis d'une notice sur les Salons français depuis 1673, les Sociétés de Beaux-Arts, la Propriété artistique, etc., Paris, Flammarion, 1897, p. 211 [lire en ligne].