Jean-Pierre Gallo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Pierre Gallo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Nationalité
Activités
Enfant

Jean-Pierre Gallo (né le à Paris et mort le [1]) est un réalisateur, producteur et scénariste de la télévision française.

Il est le père d'Adrien Gallo (du groupe BB Brunes) et a aussi d'autres enfants : Lucie, Alain, Hélène, Pierre Gallo et des petits-enfants : Titouan, Tom, Anna et Juliette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Gallo est né en 1934 dans le 15e arrondissement de Paris. Il se passionne très vite pour le théâtre scolaire chez les oratoriens de Meaux (où il sera pensionnaire), ainsi qu'au lycée Stanislas de Paris. Sans avoir fait une école de cinéma, il est rapidement devenu l'assistant de Maurice Dekobra et de John Berry.

Carrière[modifier | modifier le code]

C'est avec Hubert Knapp, Pierre Badel, Roger Benamou, Ange Casta et Jacques Krier qu'il fait ses premiers pas à la télévision en tant qu'apprenti réalisateur. En 1960, il remplace Jean Lallier dans Cinq colonnes à la une pour en diriger la production. C'est seulement quelque temps après qu'on lui accorde la réalisation de certains sujets et surtout celui d'un reportage comportant un entretien avec Malcolm X. Jusqu'en 1968, il collabore avec cette émission tout en produisant Le monde en quarante minutes avec Claude May et Jean-Claude Bringuier (il en réalise également plusieurs sujets tel que Le soleil de la gloire). Son nom apparaît aussi sur les génériques des séries de Françoise Dumayet, Pierre Charpy, Philippe Labro… Il approfondit le reportage en abordant le document avec les exigences de la construction de la fiction.

"Je suis un façonnier au service d'une œuvre, je cherche en images à la servir de mon mieux".

Pour Les Provinciales, il réalise en 1969 Les cavaliers de Lunéville, en collaboration avec Hubert Knapp et avec Jean-Claude Bringuier, puis Les noces d'or de Grenadou et La transhumance. Il construit ses films sur la table de montage, leur donne un rythme et en conçoit la dramaturgie. Dans la série À armes égales, il réalise des films concernant plusieurs hommes politiques tels que Michel Rocard et François Mitterrand.

Il débute dans la fiction en 1966 pour la série Jeux de société (produite par Danièle Hunebelle). Aux côtés de Françoise Dumayet et de Charlie Gaëta, il réalise en 1969 Un seul jour de la vie. En 1973, il réalise Ardéchois cœur fidèle qui est un modèle de série télévisée de haute qualité. Scénarisée, adaptée et dialoguée par Jean Chatenet et Jean Cosmos, cette série (interprétée par Sylvain Joubert et Claude Brosset) est riche en action et en émotion. En 1973, il réalise le dramatique : Violon de Vincent puis, après avoir réalisé 4 épisodes de la série Désiré Lafarge, il abandonne la télévision quelque temps afin de devenir exploitant agricole. Il revient au petit écran pour la collection de Claude Barma : Les Héritiers.

Alors qu'il prépare une grande série historique (L'épingle noire), Gallo est appelé par Pierre Desgraupes (directeur d'Antenne 2) pour devenir responsable d'une unité de programme. De 1981 à 1986, il assure la production de plus de trois cents heures de fiction (réalisations de Jean-Louis Lorenzi, Gérard Marx, Jeanne Labrune, Patrick Meunier,…). Il a notamment permis à des téléastes moins expérimentés de se faire une place à la télévision française, en produisant leurs œuvres. De plus, il a également donné sa chance à une jeune actrice du Conservatoire (Sylvie Orcier) en la faisant tourner aux côtés de Philippe Léotard dans La canne en 1979.

À la fin de sa carrière, il se lance dans une entreprise privée de production : Caméras Continentales, qui coproduit la série Les chroniques de France, dirigée par son complice et ami Jean-Claude Bringuier. Cette série consiste à donner la possibilité à des réalisateurs de faire connaître leur région natale en mettant en avant leurs rapports personnels avec les lieux : Hervé Baslé et la Bretagne, Claude Santelli et la Normandie, Marcel Bluwal et les Cévennes…

Jean-Pierre Gallo s'illustre ainsi comme une personnalité importante de la télévision française des années 1960 aux années 1980. Sans avoir eu une formation audiovisuelle approfondie, il a su s'imposer aux côtés de très grands téléastes. Son œuvre est imposante et diversifiée : elle se partage entre reportage, documentaire et fiction. Il a terminé sa carrière en se consacrant exclusivement à la production.

Il meurt le , à l'âge de 78 ans[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Sous les toits de Paris
  • 1969 : Les Provinciales
  • 1969 : Les Cavaliers de Lunéville
  • 1969 : Les Noces d'or de Grenadou
  • 1969 : La Transhumance
  • 1969 : Un seul jour de la vie
  • 1973 : Le Violon de Vincent
  • 1973 : Ardéchois cœur fidèle, feuilleton télévisé
  • 1977-1978 : Désiré Lafarge (5 épisodes)
  • 1979 : Les Héritiers
  • 1980 : Les Dossiers éclatés : La canne
  • 1980 : Le Renard et le Loubard
  • 1981 : Trente hectares de bonne terre

Producteur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Christian Bosseno, Les 200 téléastes (contact avec Jean-Claude Bringuier).
  • Jean-Marc Doniak, Les fictions de la télévision française.

Liens externes[modifier | modifier le code]