Jean-Olivier de la Bonninière de Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont.
Officier général francais 3 etoiles.svg Jean-Olivier de la Bonninière de Beaumont
Naissance
Cangey
Décès (à 63 ans)
Issy-les-Moulineaux
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Grade Vice-amiral
Années de service 1861-1904
Conflits Expédition du Mexique
Guerre franco-chinoise
Guerre franco-allemande de 1870
Guerre sino-japonaise
Commandement Vigie
Harpon
Pétrel
Tilsitt
Pétrel
Adour
Fulminant
Amiral Cécille
Division navale d'Extrême-Orient
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Autres fonctions Préfet maritime de Lorient
Préfet maritime de Toulon

Jean-Olivier de la Bonninière, comte de Beaumont (Cangey, -Issy-les-Moulineaux, ), est un officier de marine français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'École polytechnique en octobre 1859 et est admis comme aspirant dans la marine en octobre 1861. Il sert alors sur la Sibylle puis sur le Souffleur et est promu enseigne de vaisseau en octobre 1863. Il navigue en Cochinchine sur le transport Creuse (1865) puis passe sur l'Aube et prend part à la campagne du Mexique.

Lieutenant de vaisseau (août 1867), il est à Cherbourg en 1868 sur la frégate cuirassée Surveillante (en) et passe à la station d'Islande sur la Clorinde (en).

Aide de camp du contre-amiral Penhoat sur la Savoie (en) (1870), il participe durant la guerre de 1870 à ses côtés aux batailles autour d'Orléans, de Villersexel et d'Héricourt. Il passe ainsi les lignes prussiennes, échappe à l'internement en Suisse puis reprend son service auprès de Penhoat devenu préfet maritime de Cherbourg.

En 1872, il commande la Vigie. En 1873, il est chef d'état-major de Victor Duperré sur la Clorinde puis sert en tant qu'officier d'ordonnance du ministre. Aide de camp du gouverneur de Cochinchine (1875), il commande en 1876 la canonnière Harpon en Indochine puis l'aviso Pétrel au Levant.

Capitaine de frégate (octobre 1879), commandant en second de la défense fixe à Cherbourg, il commande le Tilsitt en Cochinchine en 1881 puis le Kersaint en mer de Chine (1883) et s'y distingue durant les opérations du Tonkin où il est au commandement des compagnies de débarquement à Đáp Cầu (vi) et Bac-Ninh.

Promu capitaine de vaisseau (juin 1884), il commande la marine au Tonkin puis l'Adour et la division navale du Tonkin (1887) et revient en France en 1888. Il prend alors le commandement à Brest du cuirassé garde-côte Fulminant puis du croiseur Amiral Cécille (1889) dont il termine les essais à Toulon et la mise au point.

Membre consultatif des pêches maritimes, il est nommé contre-amiral en novembre 1891. Major général à Cherbourg, il entre au Conseil des travaux de la marine en 1893.

Commandant de la division navale d'Extrême-Orient avec pavillon sur le Bayard (1895), il se montre excellent diplomate lors de la guerre sino-japonaise et contribue au rétablissement de l'arsenal chinois de Fou-Tchéou.

Vice-amiral (mars 1898), il commande l'escadre d'Extrême-Orient avec pavillon sur le Vauban, gère l'occupation de Kouang-Tchéou-Wan et rentre en France en 1899. Il devient alors préfet maritime de Lorient puis de Toulon mais, gravement malade, doit cesser ses activités en 1902. Il prend sa retraite en février 1904 et meurt deux ans plus tard.

Beaumont est, par ailleurs, l'inventeur d'un système de signalisation de nuit qui est toujours usité de nos jours.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier (13 février 1871), Officier (5 juillet 1883), Commandeur (29 décembre 1889) puis Grand Officier de la Légion d'Honneur (10 août 1900).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]