Jean-Michel Espitallier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Espitallier
Naissance
Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Jean-Michel Espitallier, né le 4 octobre 1957, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes de lettres à Aix-en-Provence. De 1985 à 2002, il travaille dans l'édition, d'abord au service de presse des Editions Gallimard puis comme lecteur de manuscrits de cette maison puis aux Editions Tallandier (éditeur puis directeur littéraire - il a notamment publié Lucien Jerphagnon, Jean-Luc Steinmetz, Alain Buisine, Jean-Robert Pitte, Jean Preposiet,etc.).

Il est le cofondateur de la revue Java (1989-2006)[1]. Il collabore au Magazine littéraire de 1992 à 2002 et y coordonne notamment un dossier sur la "Nouvelle poésie française" (mars 2001). Cet « enfant terrible de la poésie française » - selon l'universitaire canadien John Stout - reste un franc-tireur, inclassable, atypique et volontiers iconoclaste dans son travail comme dans son parcours.

Il mène parallèlement une carrière de batteur (notamment avec le groupe Prexley 2006-2010), travaille avec de nombreux artistes, notamment le bassiste Kasper T. Toeplitz, le guitariste Olivier Mellano (projet Guitar Poetry Tour) et le poète Jérôme Game (Overflow). Il collabore à la création chorégraphique "Has Been" (à partir de 2016) avec la compagnie Labkine et Valeria Giuga.

Jean-Michel Espitallier est également membre du comité de rédaction de Radio (fondation Louis-Vuitton, 2015-2016) et dirige la collection "A tombeau ouvert" aux Editions Philippe Rey.

  • « Jean-Michel Espitallier est l’un des poètes contemporains qui a le plus modifié l’image attendue de la poésie. Il est représentatif d'une génération qui, proche en cela de l'art contemporain, opte pour des pratiques poétiques variées, construites, accumulatives et drôles » (Jérôme Mauche, Musée Zadkine)
  • « Jean-Michel Espitallier est l'un des poètes les plus mobiles et véloces de sa génération… » (Patrick Kéchichian, Le Monde)
  • « Wittgenstein à la façon d’un Alphonse Allais » (Eric Loret, Libération)
  • " Dans son refus obstiné de céder à l'esprit de sérieux que l'on exige des grandes personnes, Espitallier persiste à jouer avec les mots en préservant tout le sérieux véritable que les enfants mettent dans leurs jeux." (Bertrand Leclair, Le Monde des Livres')

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Limite de manœuvres (avec illustrations de Tristan Bastit, Du sel & Couëdic Réunis, 1994.
  • Ponts de frappe, Fourbis, 1995.
  • Gasoil : prises de guerre, Flammarion, 2000.
  • Pièces détachées : une anthologie de la poésie française aujourd’hui, Pocket, 2000 (nouvelle édition, coll. Agora, 2011).
  • Fantaisie bouchère (grotesque), Derrière la salle de bains, coll. « Poésies Mécaniques », 2001 (ISBN 2844750125).
  • Le Théorème d’Espitallier, Flammarion, 2003 (ISBN 2080684345).
  • En Guerre, Inventaire/Invention, 2004.
  • Où va-t-on ?, Le Bleu du ciel, coll. « L’Affiche », 2004.
  • Toujours jamais pareil (avec Pierre Mabille), Le Bleu du ciel, 2005.
  • Caisse à outils : un panorama de la poésie française aujourd’hui, Editions Pocket, 2006 (nouvelle édition, coll. Agora, 2014).
  • Tractatus logo mecanicus, Al Dante, 2006.
  • Army, Al Dante, 2008.
  • Syd Barrett, le rock et autres trucs, Editions Philippe Rey, 2009 (nouvelle édition, Le Mot et le Reste, 2017).
  • Cent quarante-huit propositions sur la vie et la mort & autres petits traités, Al Dante, 2011.
  • En guerre (remixé par François Bon), publie.net, 2011.
  • Z5 - "Dans la carrière" (photos: Lisa Ricciotti), Al Dante, 2011.
  • De la célébrité: théorie et pratique, Editions 10/18, 2012.
  • L'Invention de la course à pied (et autres trucs), Al Dante, 2013.
  • Un rivet à Tanger suivi de "Douanes, visas, bordereaux", CIPM, 2013.
  • Salle des machines, Flammarion, 2015.
  • France romans, Argol, 2016.
  • Tourner en rond - de l'art d'aborder les ronds-points, PUF, 2016.

Créations[modifier | modifier le code]

  • Les mots géants, hôpital Saint-Lazare, Paris, Nuits blanches 2004.
  • Londres – une féerie industrielle (pièce sonore), Maison Rimbaud, Charleville-Mézières, 2004 (collection permanente).
  • Agora, avec Pierre Droulers (chorégraphie), Simon Siegman (installation), George Van Dam & Ictus (musique), Kunstenfestival des arts, Bruxelles, mai 2005.
  • Autobiographie (textes, son, percussions), collectif Vox Hôtel, Théâtre des Bernardines, Marseille, novembre 2006 (texte et CD, Editions du Néant, 2006).
  • Syd Barrett quand même, Atelier de création radiophonique, France Culture, novembre 2007.
  • Putaindebordeldemerde (avec Simon Siegmann), La Bellone, Bruxelles, mai 2008.
  • Giverny jour et nuit (pièce sonore), Normandie Impressionnisme, Rouen, septembre 2010.
  • Lonely People (pièce sonore - sur une vidéo de Yumi Sonoda), Fukuoka, Japon, octobre 2012.
  • Overlook's poems (installation), La Couleuvre, Saint-Ouen, novembre 2013-février 2014.
  • Autobiographie (26 octobre 2014, 17h-20h) (performance-installation), Fondation Louis-Vuitton, Paris, octobre 2014.
  • Un citoyen très ordinaire, Création on air, France Culture, avril 2016.
  • Sergent Pepper, suite, Création on air, France Culture, juin 2017.

Expositions, collaborations, divers[modifier | modifier le code]

* Expositions

  • Exposition personnelle, Le Mange-Disque, Paris, automne 2008.
  • Exposition collective, "Clairement dénombré", La Couleuvre, Saint-Ouen, hiver 2013-2014.
  • Exposition collective "Et la tendresse, bordel!", galerie Obrose, Paris, février 2014.
  • Exposition collective "De l'écriture de l'écriture", galerie Vincenz Sala, Paris, mars-avril 2015.

* Mises en scène

  • "2703 moutons qui sautent" (d'après "Le Théorème d'Espitallier"), Compagnie Iatus, Bordeaux, 2006.
  • "T'entends?", par la Compagnie La Volière, Toulouse, 2006-2009.
  • "SOS SPIT", par la Compagnie La Volière, Toulouse, 2008.
  • "Pour une fois que nous ne sommes pas morts" (d'après "L'Invention de la course à pied"), Yves-Noël Genod, Marseille, La Minoterie, 2013.

* Collaborations

  • Avec des musiciens: Nicolas Frize, Claude Barthélemy, Noël Akchoté, Kasper Toeplitz, Olivier Mellano, Xavier Le Masne, George Van Dam & Ictus, Kristoff'Karol, Pierre Godin, Florent Nicolas, Laurent Prexl. Des plasticiens: Yumi Sonoda, Fiona Tan, Nicolas Barié, Simon Siegmann, Pierre Mabille, Tristan Bastit. Des chorégraphes: Pierre Droulers, Iris Lancry, Yves Fravega, Yves-Noël Genod.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui a été l'une des principales revues de poésie et d'écritures expérimentales des années 1990 et deux mille

Liens externes[modifier | modifier le code]