Jean-Honoré de Trogoff de Kerlessy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 2 etoiles.svg Jean-Honoré de Trogoff
Seigneur de de Kerlessy
Naissance
à Lanmeur
Décès (à 42 ans)
en rade de Porto-Ferrajo (île d'Elbe)
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Contre-amiral
Années de service 1764-1792
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Faits d'armes Bataille des Saintes
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Famille
Blason fam fr de Trogoff.svg

Jean-Honoré de Trogoff, seigneur de de Kerlessy, né le à Lanmeur et mort en en rade de Porto-Ferrajo (île d'Elbe), est un officier de marine et aristocrate français du XVIIIe siècle. Il combat pendant la guerre d'indépendance des États-Unis sous le comte de Grasse et termine sa carrière avec le grade de contre-amiral. Il livre la flotte française de Toulon aux Anglais en 1793.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Fils de Marc Louis de Trogoff, seigneur de Kerlessy[1] (1694-1773) et de Jeanne Eléonore Bourel de Kermès (née en 1721), Jean-Honoré de Trogoff naît le à Lanmeur dans le diocèse de Dol, enclave de Tréguier.

Carrière dans la marine royale (1764-1792)[modifier | modifier le code]

Il intègre la Marine royale en tant que volontaire en 1764 et participe à la campagne de 1765 contre les pirates Salétins. Il entre dans la compagnie des gardes de la Marine de Brest en 1767. De 1773 à 1774, il accompagne le fameux Kerguelen au cours de son second voyage aux terres australes pendant lequel il est promu au grade d'enseigne de vaisseau.

Guerre d'indépendance des États-Unis[modifier | modifier le code]

Commandant ensuite, à Saint-Domingue, le brigantin le Victor, dans la guerre de l'indépendance, il enlève à l'abordage un corsaire anglais et à cette occasion, il est élevé, en mars 1779, au grade de lieutenant de vaisseau. Après avoir fait campagne avec l'amiral d'Estaing, il est nommé second sur le Glorieux, 74 canons, commandé par le baron des Cars, qui appareille dans l'escadre du comte de Grasse en mars 1781 et remporte en septembre 1781 la victoire de la Chesapeake.

La Bataille des Saintes, 12 avril 1782

Toujours sur le Glorieux, il combat vaillamment à la bataille des Saintes, remportée, le , par l'amiral Rodney sur le comte de Grasse. Lorsque Rodney coupe la ligne française, le Glorieux se retrouve soumis aux tirs d'enfilade successifs d'une demi-douzaine de vaisseaux de ligne britannique, rapidement, son commandant est tué et Trogoff prend en charge la direction du bâtiment désemparé, après une résistance acharnée de plus de six heures et ayant perdu une bonne partie de ses hommes, tués et blessés, il amène son pavillon. Fait prisonnier en même temps que le comte de Grasse, il est libéré en 1783, son héroïque défense lui vaut d'être acquitté par le conseil de guerre de Lorient, qui rend sur Trogoff le verdict suivant :

« Le conseil décharge de toute accusation le sieur Jean-Honoré de Trogoff de Kerlessy, lieutenant de vaisseau, ayant pris le commandement du Glorieux à la place du sieur baron des Cars, tué ledit jour, 12 avril, à neuf heures du matin ; a loué et loue la conduite dudit sieur de Trogoff et son opiniatreté dans la défense dudit vaisseau; sa résistance, sa valeur, ses ressources et sa résolution sont des titres qui lui méritent les grâces du Roi et lui assurent l'estime du corps. »

Le Roi n'avait pas, du reste, attendu l'arrêt du conseil de guerre pour rendre hommage à Trogoff, et il lui avait adressé dans les prisons d'Angleterre le brevet de chevalier de Saint-Louis. Promu, en 1784, au grade de capitaine de vaisseau, sa bonne connaissance des Antilles, lui valent de recevoir plusieurs commandements à destination de Saint-Domingue, notamment sur l'Active en 1786. Il passe quelques années à Saint-Domingue où sa famille avait des propriétés, et y retourna en 1791, commandant le vaisseau le Duguay-Trouin et apportant des troupes chargées d'apaiser les troubles sanglants qui secouaient cette colonie[2]. En relâche à Brest, le , il prête à la République le nouveau serment qu'un décret de la Convention exigeait des officiers, et remet à la voile, avec le même commandement, à la fin de 1792, dans la division de La Touche-Tréville, expédiée à Naples pour venger les insultes faites à Monsieur de Sémonville, ambassadeur de France auprès de la Sublime Porte.

Contre-amiral sous la Révolution (1792-1794)[modifier | modifier le code]

Commandant de la Marine à Toulon[modifier | modifier le code]

La division, après avoir obtenu la réparation demandée, rallie devant Cagliari la flotte du contre-amiral Truguet. Promu contre-amiral le , Trogoff prend part, les 15 et 16 février 1793, à l'attaque générale contre la ville italienne, où le Duguay-Trouin, particulièrement engagé, soutient presque seul l'honneur de son nom et la réputation de son commandant, grièvement blesse pendant l'action.

Il est nommé commandant en chef de l'armée navale de l'Océan à compter du , avant de rejoindre la Méditerranée et en août 1793, il prend à Toulon le commandement de toutes les forces navales dans la Méditerranée et s'occupe avec activité du réarmement des vaisseaux qui avaient considérablement souffert dans l'expédition de Sardaigne.

Il fait reprendre la mer à plusieurs d'entre eux, les uns pour protéger les convois qui apportaient des blés du Levant, d'autres pour bombarder Oneglia, d'autres enfin pour croiser et entretenir des communications avec l'armée d'Italie. Avant les derniers excès de la Convention, avant surtout la mort du Roi, il semble pas que Trogoff ait vu la Révolution d'un mauvais œil; mais, lorsque les exécutions se multiplient, le gouvernement passe tout entier dans les clubs, l'amiral Trogoff devient plus critique. À Toulon, tous les efforts qu'il déploie pour sauver de la mort un grand nombre d'habitants notables échouent, parmi lesquels figuraient plusieurs de ses compagnons d'armes, dénoncés par le « club des Adorateurs de la liberté et de l'égalité », auprès duquel il était lui-même suspect. Cependant, pendant trois mois, il continue à informer le ministre de ses démarches, en provoquant toutes les mesures qui pouvaient contribuer à la sûreté de la ville et de la flotte. Mais, à propos de la promulgation de la Constitution de juin 1793, les habitants de Toulon, de nouveau menacés par les clubistes, se décident à en finir avec la tyrannie d'une minorité sanguinaire, et, après avoir arrêté les principaux membres du club, ils élisent, le 14 juillet, pour conduire leur procès, un comité général composé de délégués de chaque section, auxquels, pour ne pas se mettre en lutte avec le gouvernement central, on adjoint Trogoff et d'autres chefs militaires, avec voix consultative uniquement. En même temps on rétablit l'exercice public du culte catholique tout en conservant la forme et les couleurs républicaines.

Le 12 août, Trogoff signe avec le comité des sections une adresse à tous les citoyens de France, pour expliquer le changement opéré dans l'administration de la ville et une seconde adresse au Conseil exécutif et à Dalbarade, ministre de la Marine, pour demander les fonds nécessaires à la solde de la garnison et de l'armée navale. Rien, dans ces adresses sagement rédigées n'annonçait de projets de trahison, lorsque le Comité de salut public répond aux Toulonnais par la mise hors la loi de la ville et l'ordre à l'armée du général Carteaux de marcher rapidement pour en faire le siège.

Le siège de Toulon et la livraison de la flotte aux Anglais[modifier | modifier le code]

Vaisseaux français brûlant dans le port de Toulon, 1793. Gravure de 1890
Article détaillé : siège de Toulon (1793).

Dans cette extrémité, le comité général des sections, qui craignait la vengeance de la Convention, se décide à proclamer Louis XVII et à remettre la place en dépôt, pour le compte de ce prince, à la flotte anglo-espagnole qui croisait devant la rade. Il livre la flotte et le port et l'arsenal de Toulon aux Anglais. Un de ses adjoints, de Saint-Julien, refuse cette reddition et rejoint le camp républicain avec 300 marins.

Voici comment son attitude est jugée à l'époque :

« Il fallait fléchir devant la Montagne ou la flotte anglaise, se livrer à la merci de Robespierre et de Fréron ou de l'amiral Hood. Ceux-là nous apportaient des échafauds, celui-ci promettait de les briser; les uns nous donnaient la famine, l'autre s'engageait à nous fournir des grains.... Une portion des habitants eut la faiblesse de préférer le pain à la mort; la Constitution de 1791 au Code anarchique de 1793 ; le régime ancien mitigé, au régime nouveau de la Terreur, la tyrannie future des princes à la tyrannie présente de Fréron et à la dictature de Robespierre. Quel que soit ce crime, la Montagne et Fréron doivent se le reprocher: leur usurpation, leur cruauté, leurs crimes, en furent la seule cause. »

— Isnard à Fréron, Paris, An IV[3],[4]

Le 9 septembre, il est mis hors la loi. Le 18 décembre, à la reprise de la ville par Dugommier et Bonaparte, il embarque avec la flotte britannique, émigre et meurt d'une épidémie en février 1794 à bord du Commerce de Marseille, en rade de Porto-Ferraro. Ce même jour, William Sidney Smith, l'un des commandants de la flotte anglaise met le feu au magasin général et à huit vaisseaux de ligne française.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse le Claude-Louise l'Honnoré de Trévigon, sans descendance.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit fief situé dans la paroisse de Plougasnou (département du Finistère).
  2. Saint-Domingue est alors en proie à des émeutes des colons blancs qui protestent contre l'abolition de l'esclavage.
  3. Isnard, est député du Var à la Convention et régicide, dont le patriotisme ne peut être suspecté
  4. Fréron, le « Missionnaire de la Terreur », et instigateur de la terrible répression de Toulon fin 1793

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]