Jean-Charles Ellaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Charles Ellaume – dit parfois Allaume ou Elleaume – est un ébéniste français du XVIIIe siècle, reçu maître le 6 novembre 1754[1].

Son atelier se trouvait jusqu’en 1775 rue Traversière dans le quartier du faubourg Saint-Antoine, à Paris[2],[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Estampille du maître ébéniste Jean-Charles Ellaume. Paris 1754.

Durant plus de trente ans, Jean-Charles Ellaume réalise de très nombreuses commodes de style Louis XV, Régence et Louis XVI. Il pratique la technique du placage en frise. Sa fabrication est soignée : commode « tombeau » d’époque Régence, à traverses apparentes, petites commodes Louis XV à deux tiroirs, également à traverses apparentes[1].

Son atelier produit aussi des meubles pour ses confrères ébénistes, tels Léonard Boudin ou Jean-Baptiste Tuart. Cette production est beaucoup moins importante mais de plus grande qualité que les commodes qu’il produit pendant plus de trente ans : beaux bureaux plats pourvus de bronzes rocailles, rares commodes et encoignures Louis XV ornées, sur fond de bois de rose, de très fines et très décoratives marqueteries de fleurs, de branchages, d’instruments de musique en bois teintés, dans des encadrements de rinceaux[5],[1].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Henry Havard fait figurer Ellaume dans sa liste des ébénistes qui ont réalisé « des ouvrages d'une certaine valeur depuis l’année 1608 jusqu’à la fin de l’Ancien Régime »[6].

Jean Nicolay fait l’éloge d’Ellaume dans L’art et la manière des maîtres ébénistes français au XVIIIe siècle : « Ses bureaux ont toujours une ligne harmonieuse et d’excellents proportions. Ils sont le plus souvent marquetés en bois de rose… Les bronzes sont toujours élégants et sobres et assurent discrètement une ornementation distinguée. En somme, Ellaume a été un excellent ébéniste qui manifeste une science parfaite de son art »[7].

Musées et œuvres classées[modifier | modifier le code]

L’une de ses commodes, conservée au château de Morlanne est classée au titre objet dans les monuments historiques depuis le 20 juin 1979[8].

Deux autres commodes sont protégées : inscription d’une commode le 9 avril 2009 conservée dans la chambre dite de Louise-Aimée au château de Vendeuvre[9] et classement d’une commode depuis le 29 juillet 2011 au château de Gizeux[10].

Le musée des beaux-arts de Bernay possède plusieurs commodes d’Ellaume dans ses collections permanentes[11].

Le château royal de Wawel compte dans ses collections des commodes des ébénistes parisiens, dont Ellaume[12].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Biographie
  • Photo d'une commode « tombeau » d'époque Régence estampillée Jean-Charles Ellaume.
  • Photo d'une commode en restauration, d’époque Transition en marqueterie, estampillée Jean-Charles Ellaume.
  • Photo d'une petite commode (n°49) de forme galbée ouvrant à deux tiroirs sans traverse probablement estampillée Jean-Charles Elleaume.
  • Photo d'une commode (n°115)
  • Biographie sur Anticstore

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Pierre Kjellberg, Le Mobilier français du XVIIIe siècle in Dictionnaire des ébénistes et des menuisiers, Éditions de l’Amateur, Paris, 2002, p. 339, (ISBN 2-859-17361-7)
  2. François de Salverte, Les ébénistes du XVIIIe siècle : leurs œuvres et leurs marques, Édition F. de Nobele, Paris, 1962.
  3. Alain Thillay, Le Faubourg Saint-Antoine et ses "faux ouvriers": la liberté du travail à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 200, Éditions Champ Vallon, 2002, 400 pages, (ISBN 2-876-73338-2)
  4. Henri Clouzot, L'ameublement français sous Louis XV, Paris, Les Arts graphiques (lire en ligne), p. 100
  5. « Détail d’un côté de commode d’époque Louis XV en marqueterie estampillée Jean-Charles ELLAUME », sur splendeurdubois.com (consulté le 11 juillet 2012)
  6. Henri Havard, Dictionnaire de l'ameublement et de la décoration : depuis le XIIe siècle jusqu'à nos jours., vol. II, Paris, Maison Quantin, (lire en ligne), p. 259
  7. « Möbel, pendulen, bronzen, spiegel, tapisserien und diverses », sur kollerauktionen.ch (consulté le 11 juillet 2012), p. 119
  8. Notice no PM64000684, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Recueil des actes administratifs du Calvados », sur calvados.pref.gouv.fr, , p. 380
  10. Notice no PM37001540, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Musées en Haute-Normandie » (consulté le 11 juillet 2012)
  12. « Furniture », sur wawel.krakow.pl (consulté le 11 juillet 2012)