Léonard Boudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Léonard Boudin (1735 à Paris en France - 1807) était un ébéniste célèbre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au début de sa carrière, il fut chargé par Pierre Migeon IV, Louis Peridiez, Louis Moreau de la fabrication de meubles en marqueterie à fleurs et en vernis de style chinois. Il acquit la maîtrise le 4 mars[réf. souhaitée] 1761[1] et s'installa rue Traversière. Il est considéré comme un artisan fameux ; ayant une renommée importante à l'époque. À partir de 1772, il devient marchand-mercier[1]. Il fit commerce et fit travailler à son tour de bons ébénistes tels que Denizot, Evalde et Charles Topino.

Les meubles portant sa marque attestent la finesse de son goût. Presque tous se distinguent par leurs jolies lignes, leurs proportions harmonieuses, leur aspect léger et pimpant. Compte tenu qu'il employait plus son estampille comme une marque de commerce plutôt que de fabrique, sa signature n'est jamais négligeable, en raison de sa compétence qui le guidait dans ses achats et l'orgueil qu'il attachait à la renommée de sa maison. Les pièces Louis XV ont toutes chances d'être effectivement de sa main[1], celles de style Louis XVI sont souvent l'œuvre d'autres ébénistes, travaillant parfois sur ses indications qu'il revendait. Ses meubles sont particulièrement recherchés.

Sa production se caractérise par « des compositions florales assez fournies, marquetées en bois de couleur » et « de grandes rosaces plaquées en aile de papillon »[1].

Musées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pierre Kjellberg, Le meuble français et européen du Moyen Âge à nos jours, les éditions de l'Amateur, 2011 (ISBN 978-2-85917-511-5), p. 242

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]