Eyrignac et ses Jardins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jardins du Manoir d'Eyrignac)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (septembre 2016).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Eyrignac et ses Jardins
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Salignac-Eyvigues, Périgord, Aquitaine
Caractéristiques
Type Jardin à la française
Essences Buis, ifs, cyprès...
Lieux d'intérêts Jardin, Topiaire, Paysagiste
Gestion
Fréquentation 80000
Protection Jardin remarquable de France, Liste supplémentaire des Monuments Historiques
Lien Internet www.eyrignac.com
Localisation
Coordonnées 44° 56′ 26″ nord, 1° 18′ 54″ est

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Eyrignac et ses Jardins

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Eyrignac et ses Jardins

Eyrignac et ses Jardins sont situés à Salignac-Eyvigues, en Dordogne, dans le Périgord noir (région Aquitaine) et sont de typiques jardins à la française. Inscrits à la liste supplémentaire des Monuments Historiques des XVIIe et XVIIIe siècles. Ils sont situés non loin des Grottes de Lascaux et de Sarlat.

Histoire des jardins[modifier | modifier le code]

Ces jardins furent créés à l'origine au XVIIIe siècle, dans le style très particulier des jardins à la française.

Ils ont été transmis en héritage par les fils et les filles de la même famille depuis cinq cents ans : vingt-deux générations se sont succédé depuis la construction du premier « castel ».

Lors de la Fronde des Princes au XVIIe siècle, en rébellion contre Mazarin, l'ancêtre du propriétaire actuel demeura dans le camp loyaliste : les troupes du Grand Condé, en représailles, détruisirent alors le premier castel, datant du haut Moyen Âge.

Le manoir actuel fut reconstruit par Antoine de Costes de la Calprenède au XVIIe siècle sur les ruines de l'ancien repaire noble. Les premiers jardins ont été conçus au XVIIIe siècle, à l'initiative de Louis-Antoine Gabriel de la Calprenède (l'arrière-petit-fils d'Antoine) : jardins à la française inspirés par ceux des villas d'Italie comme le goût de l'époque le voulait. Ils furent complètement remaniés au XIXe siècle pour suivre la nouvelle mode, et devinrent un parc à l'anglaise.

Le père de l'actuel propriétaire redonna vie aux jardins à la française d'Eyrignac. S'en remettant à sa propre inspiration, il rechercha sur le terrain toutes les traces de l'ancien jardin : murets, escaliers, ancien bassin, etc. Il dessina lui-même le jardin si souvent imaginé et qui correspondait à son caractère[1].

Uniques en leur genre, les Jardins d'Eyrignac en Périgord ont été composés il y a plus de quarante ans dans l'esprit de la Renaissance italienne. Gilles Sermadiras, père du propriétaire actuel, s'est attaché à recréer un jardin de topiaires tel que l'on pourrait l'imaginer il y a quatre siècles[2].

Le style[modifier | modifier le code]

Art topiaire dans les jardins du manoir d'Eyrignac

Ce jardin à la française, situé au centre du Périgord noir, se décline dans toutes les teintes de vert : ifs, buis, charmes et cyprès sont les essences principales du jardin. Les formes très géométriques et les allées très rectilignes sont taillés à la main (Cordeaux et fils à plomb) et rappellent le style d'origine.

Ce sont les volumes des topiaires qui font la spécificité d'Eyrignac : sculptures végétales, chambres de verdure, broderies de buis, parterre à la française, etc. La diversité des formes n'en reste pas moins en harmonie avec les lignes architecturales du manoir et du domaine naturel préservé (de deux cents hectares) qui l'entoure.

Ces jardins mêlent l'équilibre classique et structuré des jardins français avec les mouvements et la fantaisie de la lointaine Renaissance italienne.

Ce décor sert d'écrin au manoir du XVIIe siècle. Il présente l'intérêt de rester attractif quelle que soit l'époque de l'année, le propriétaire Patrick Sermadiras y veille attentivement[3].

Les buis, les ifs et les charmes, taillés en topiaires, représentent dans ce jardin le « nec plus ultra » de ce qu'il est possible de faire en la matière[1].

Alain Baraton, le journaliste de France Inter et le jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc du château de Versailles évoque sa passion pour Eyrignac dans son Dictionnaire amoureux des Jardins ; "Ce que je sais, c'est que Eyrignac est le domaine le mieux entretenu qu'il me fut permis de visiter et un jardin extraordinaire qui prouve que, même aux ordres du jardinier, la nature peut être grandiose" [4]

Le Jardin Blanc.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ces jardins sont désormais classés « Jardin remarquable ». Ils font également partie de l'association « Les Plus Beaux Jardins de France ».

En mai 2009, l'émission Des racines et des ailes sur France 3 leur consacra une émission entière, filmée en direct du manoir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Eric SANDER, Eyrignac, Paris, Ulmer, , 95 p. (ISBN 9782841384488)
  2. « Les 1001 jardins qu'il faut avoir vus dans sa vie - Collectif sur Fnac.com », sur Fnac.com (consulté le 4 février 2016)
  3. Rae Spencer-Jones, Les 1001 jardins qu'il faut avoir vu dans sa vie, Flammarion, , 960 p. (ISBN 9782081208018), page 611
  4. Alain Baraton, Petit dictionnaire amoureux des jardins, Paris, Pocket, , 492 p. (ISBN 9782259208567, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]