Jardin des plantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jardin des plantes (homonymie).

Le terme jardin des plantes, plantes sous-entendues médicinales, se réfère à une spécificité de la langue française. En France, un jardin des plantes est aussi bien un jardin botanique qu'un jardin médicinal (du moins, médicinal en référence aux origines de ce type de jardin en France). Alors que, historiquement, les jardins médicinaux sont strictement liés à la production de plantes médicinales, les jardins des plantes couvrent aussi les autres domaines botaniques dans leur ensemble. Aussi, les jardins médicinaux, quoique parfois très anciens, sont très souvent privés ou appartenant à des institutions qui en font un usage privatif. Au Moyen Âge, les médecins et les monastères possédaient très souvent des jardins médicinaux qui ne pouvaient être assimilés à des jardins des plantes parce qu'ils était fermés au public et ne permettaient pas le partage des connaissances et des espèces botaniques. Les jardins des plantes sont bien au contraire remarquables pour leur histoire, leur rôle dans l’avancement de la science, les hommes éminents qui y ont travaillé et la richesse de leurs collections (arbres, plantes endémiques rares…).

Orthographe et orthotypographie[modifier | modifier le code]

Dans la mention écrite d'une rue, d'un parc ou d'un jardin conventionnels, les mots « rue », « parc » ou « jardin » commencent toujours par une minuscule (rue de Rivoli, rue des Archives, jardin des Tarots, jardin des Tuileries, jardin du Carrousel, parc de Sceaux, parc de Saint-Cloud...). Pourtant, les jardins des plantes ne sont pas que de simples jardins ou parcs gérés par une municipalité : ils ont en plus le mode de fonctionnement d'une institution de recherche, avec des intendants ou des directeurs et avec des cahiers des charges à remplir spécifiques qui les distinguent des espaces verts publics destinés à l'agrément. Les jardins des plantes doivent ainsi être traités comme des jardins botaniques ou des parcs zoologiques et lorsque le discours se réfère à eux sans faire mention du nom de la ville où ils sont situés, ils prennent alors une majuscule au mot « Jardin » (exemple : « ils sont allé se promener au jardin des plantes de Montpellier… Après leur promenade au Jardin des plantes, ils ont dîné chez des amis. »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plus ancien jardin des plantes en France est celui de Montpellier, fondé par un édit royal d'Henri IV en 1593 à l'initiative de Pierre Richer de Belleval, un jeune médecin[1]. Ce jardin royal était d'abord destiné à enseigner la botanique médicale aux étudiants de la faculté de médecine de la ville[2] et aussi à en assurer l'apport nécessaire en plantes médicinales. La faculté de médecine de Montpellier est, elle aussi, la plus ancienne de France, comme elle est aussi la plus ancienne en activité au monde. Le jardin des plantes de Montpellier a été classé site historique en 1982[3] et monument historique en 1992[4].

Le plus célèbre des jardins des plantes est celui situé à Paris. Fondé par une série d'édits de Louis XIII (« lettres patentes » de 1626[5], 1633[6] et 1635[7]) il fut ouvert au public en 1640[6] sous le nom de Jardin royal des herbes médicinales[6]. Avec le temps s'installa l'usage de l'appeler Jardin royal des plantes médicinales, puis finalement et simplement le Jardin des plantes. En 1844, le Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, de Félix Lazare et Louis Clément Lazare, le mentionne comme le « Jardin-des-Plantes ». Il s'agissait éminemment d'une institution de recherche scientifique : dès sa fondation en 1640, on y enseigne la botanique, la chimie, l'astronomie et l'histoire naturelle, et avant la fin du XVIIe siècle l'anatomie vient s'ajouter à la liste des disciplines enseignées[7],[6]. En 1793, la Révolution transforma ce jardin royal en l'actuel Muséum national d'histoire naturelle, mais le nom de « Jardin des plantes » est toujours en usage pour le jardin d'origine, où d'ailleurs le Muséum national siège encore actuellement. Le jardin des plantes de Paris contient en lui un très vaste ensemble de laboratoires, des serres, une ménagerie, une zoothèque, différents parterres botaniques (dont un « jardin à la française » et un « jardin à l'anglaise »), et des bâtiments d'exposition scientifique faisant office de musées que le Muséum nomme « galeries ». Labellisées « musée de France » les galeries du Jardin des plantes, à Paris, sont au nombre de quatre : la galerie de Minéralogie et de Géologie (construite en 1833), la galerie de Zoologie (construite en 1889 et rebaptisée « grande galerie de l'Évolution » en 1994), la galerie de Paléontologie et d'Anatomie comparée (construite en 1898) et la galerie de Botanique (construite en 1935). Cette dernière, la galerie de Botanique, contient le plus riche herbier au monde avec huit millions de spécimens conservés, mais les autres galeries sont aussi le lieu de préservation de spécimens de grande valeur scientifique et historique. La galerie de Paléontologie et d'Anatomie comparée, par exemple, conserve le squelette de l'éléphante de Louis XIV, qui est le seul Éléphant de savane d'Afrique dont la présence est attestée en Europe pour la période qui va de 1483 à 1862. Le squelette du rhinocéros de Louis XV, tué pendant la Révolution, est aussi conservé dans la galerie d'Anatomie alors que sa peau naturalisée est exposée à la grande galerie de l'Évolution. Parmi les fossiles de grande valeur paléontologique peuvent être mentionnés le Mosasaure de Maastricht, les Palaeotherium de Cuvier ou le Compsognathus de Canjuers, tous conservés à la galerie de Paléontologie.

Les jardins des plantes en France[modifier | modifier le code]

Pour une liste non-exhaustive des jardins des plantes, voir Jardin des plantes Ce lien renvoie vers une page d'homonymie

Les jardins des plantes de Paris, de Clermont-Ferrand et de Toulouse présentent les cas particuliers suivants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le jardin botanique Henri-Gaussen en est mitoyen, mais on y accède par le Muséum.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Montpellier-tourisme.fr « Le Jardin des plantes ».
  2. Ville de Montpellier, présentation du Jardin des plantes
  3. Université de Montpellier, le Jardin des plantes
  4. « Jardin des Plantes », notice no PA00103773, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. LELONG (abbé Jacques) Bibliothèque historique de la France. (1778), t. 1, p. 195.
  6. a, b, c et d Félix Lazare et Louis Clément Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844, page 547
  7. a et b Jardin des plantes (site officiel, présentation du Jardin)
  8. Félix Lazare et Louis Clément Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844, pp. 546-548

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :