Jardin des Rosiers - Joseph-Migneret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jardin des Rosiers - Joseph-Migneret
Image illustrative de l’article Jardin des Rosiers - Joseph-Migneret
Vue du jardin derrière l'hôtel de Coulanges.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Paris
Arrondissement 4e
Quartier Marais
Superficie 2 135 m2
Histoire
Création 2007-2014
Gestion
Protection Label « Espace vert écologique »
Label QualiPARIS
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 27″ nord, 2° 21′ 36″ est

Géolocalisation sur la carte : 4e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 4e arrondissement de Paris)
Jardin des Rosiers - Joseph-Migneret

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Jardin des Rosiers - Joseph-Migneret

Le jardin des Rosiers - Joseph-Migneret, anciennement jardin Francs-Bourgeois - Rosiers, est un espace vert du 4e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Situé entre la rue des Francs-Bourgeois et la rue des Rosiers, dans le quartier du Marais. On y accède par le 10, rue des Rosiers (jusqu'en 2018, on pouvait y accéder par la cour de l'hôtel de Coulanges, aux 35-37, rue des Francs-Bourgeois).

Ce site est desservi par la ligne (M)(1) à la station de métro Saint-Paul.

Description[modifier | modifier le code]

D'une surface de 2 135 m2, le jardin est né de la réunion des jardins privés des hôtels particuliers qui le bordent : hôtel de Coulanges (actuelle maison de l'Europe de Paris), hôtel Barbes et hôtel d’Albret. De ce fait, le jardin est divisé en plusieurs secteurs.

En venant de la rue des Francs-Bourgeois, on accède au premier jardin en passant par la maison de l'Europe. Situé derrière l'hôtel de Coulanges (l'actuelle maison de l'Europe), il est composé d'un grand rectangle de gazon semi-ombragé (quatre bouleaux y sont plantés), parsemé de quelques jeux pour enfants, et entouré d'un rideau de canne de Provence. Différentes essences sont plantées : céanothe, oranger du Mexique, cornouillers blancs, fétuques, pennisetum, cheveux d’anges (stipa tenuifolia).

On a depuis cet espace une vue sur la très surprenante cheminée, haute de 35 mètres, de la Société des Cendres qui, jusqu'en 2002, traitait les rognures, limailles et balayures des ateliers afin de récupérer l'or et l'argent (le bâtiment industriel est désormais loué à une boutique de prêt-à-porter japonaise. Les coursives ont été conservées, ainsi que les outils et les fours au sous-sol[1],[2]).

Le deuxième secteur, le plus petit, derrière l'hôtel Barbes, propose un chemin sec entre un figuier rampant et un marronnier, avec quelques haltes en surplomb.

Le troisième enfin, derrière l'hôtel d'Albret, offre un jardin partagé (entre les riverains), des cultures en espalier, et met en valeur l’une des 77 tours de l'enceinte de Philippe Auguste (XIIIe siècle) classée monument historique[3]. Son état est assez dégradé malgré une belle restauration en 2014, mais elle reste très reconnaissable. Au cours des siècles, attachée à la propriété de l'hôtel d'Albret, la tour avait servi de salle à manger d’été, puis de chapelle.

Par ce troisième jardin, on rejoint la rue des Rosiers par un petit passage couvert au niveau du no 10.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le jardin est baptisé « jardin des Rosiers - Joseph-Migneret », en l'honneur du directeur de l'école voisine, Joseph Migneret (1888-1949)[4], l'école élémentaire des Hospitalières-Saint-Gervais, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, fut un résistant actif et sauva nombre d'enfants du génocide[5]. Auparavant, il avait pour nom « jardin Francs-Bourgeois - Rosiers ».

Historique[modifier | modifier le code]

Le jardin public est créé en 2007 et achevé en 2014, par la réunion de plusieurs jardins privés. Le jardin est baptisé en 2014 « jardin des Rosiers - Joseph-Migneret ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Cosnard, « Uniqlo transforme la dernière usine du Marais en temple du vêtement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2018).
  2. « Des usines à Paris: Rue des Francs-Bourgeois, de l’or dans les cendres », sur Des usines à Paris, (consulté le 21 août 2018).
  3. Emeline Collet, « Balades de l’été à Paris : cinq jardins cachés à (re)découvrir », leparisien.fr, (consulté le 18 juillet 2017).
  4. « Juste parmi les nations. Joseph Migneret », www.ajpn.org.
  5. « Joseph Migneret », www.yadvashem.org.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :