James Bruce (8e comte d'Elgin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lord Elgin, James Bruce et Bruce.
James Bruce
LordJamesBruceElgin.jpg

James Bruce, le comte d'Elgin

Fonctions
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Gouverneur général du Canada
Charles Cathcart (en)
Gouverneur général des Indes
Governor of Jamaica (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
DharamsalaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Famille
Père
Enfant
Autres informations
Membre de
14e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
signature de James Bruce (8e comte d'Elgin)

signature

James Bruce, Lord Elgin, par Théophile Hamel, 1854
James Bruce, Lord Elgin, statue de la façade du Parlement, Québec

James Bruce ( (à 52 ans)), plus connu Lord Elgin, puis 8e comte d'Elgin et 12e comte de Kincardine, est un administrateur colonial et un diplomate britannique. Il est particulièrement connu pour avoir ordonné la destruction du palais d'Été en Chine, mais aussi comme gouverneur-général de la colonie du Canada-Uni et vice-roi des Indes.

Né à Londres, il est le fils de Thomas Bruce, 7e comte d’Elgin et 11e comte de Kincardine († 1841). Sa mère est Lady Mary Lambton, la seconde épouse de son père, fille de John, 1er comte de Durham (plus connu au Canada sous le nom de Lord Durham), auteur du rapport controversé Report on the Affairs of British North America (1839), et nièce du secrétaire d'État aux Colonies, le 3e comte Grey.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jamaïque[modifier | modifier le code]

Il fut gouverneur de la Jamaïque de 1842 à 1847.

Canada-Uni[modifier | modifier le code]

Il fut gouverneur-général du Canada-Uni de 1847 à 1854.

C’est lui qui a fait les premières concessions pour permettre l’établissement d’un gouvernement responsable au Canada-Uni. En 1848, les partis réformateurs modérés du Canada-Est et du Canada-Ouest, dirigés par Louis-Hippolyte Lafontaine et Robert Baldwin, avaient fait élire plus de représentants que les conservateurs. Lord Elgin demanda à ces deux partis de former conjointement le gouvernement. Après la formation du gouvernement, Lord Elgin fut le premier gouverneur-général à se distancer des affaires de la législature et à laisser des pouvoirs réels aux élus du peuple, ouvrant la voie à ce qui est aujourd’hui la fonction essentiellement symbolique du gouverneur général au Canada-Uni.

Il signa les lois qui avaient été proposées par Lafontaine et votée par le Parlement pour abolir le régime seigneurial au Canada-Est et pour accorder l'amnistie aux chefs des Patriotes du Canada-Est qui avaient été exilés. Ce dernier projet de loi ne fut pas accepté par les loyalistes du Canada-Est qui protestèrent violemment et firent même brûler le Parlement alors localisé à Montréal.

En 1854, Lord Elgin négocia un traité de réciprocité avec les États-Unis pour stimuler l’économie de la colonie.

Chine et Japon[modifier | modifier le code]

En 1857, il devint haut commissaire pour la Chine. Il visita la Chine et le Japon en 1858 et 1859. Il supervisa la fin de la seconde guerre de l'opium et ordonna la destruction du palais d'Été (résidence et siège du gouvernement de la dynastie Qing) près de Pékin.

Lord Elgin a aussi signé un traité d’amitié et de commerce avec le Japon en 1858.

Inde[modifier | modifier le code]

Nommé vice-roi des Indes en 1861, Lord Elgin mourut à Dharamsala en 1863.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Order of the ThistleInsignia.JPG