Jacques Yvart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Yvart
Jacquesetgérald.jpg
Jacques Yvart et Gérald Ryckeboer en concert à Boulogne en 2005.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Jacques Yvart (né le ) est un chanteur français[1] originaire du nord de la France qui publia 30 albums[2]. Il réside actuellement à Dunkerque. Il chante depuis les années 1960 des chansons de marin[3] ou « à texte » dont il est la plupart du temps l'auteur et souvent le compositeur[4].

En 1963, il rencontre Georges Brassens, le « maître à écrire, le maître à penser, le maître à vivre » de Jacques Yvart[4]. En 1972 à Bobino, pendant quatre semaines, il assure la première partie[4]. Brassens lui fera la surprise de reprendre Jehan l'advenu une de ses chansons dont il fit la musique sur un texte de Norge[5].

Il travaille régulièrement avec Gérald Ryckeboer et jusqu'à son décès avec Katrien Delavier. Il a collaboré avec le chanteur et violoncelliste William Schotte.

Jacques Yvart, le « French troubadour » comme l'appellent les américains[2], a donné des concerts à de nombreuses reprises aux États-Unis dans des lycées et universités. Il y enseigne « 2000 ans de chanson française » dans deux universités américaines. Un de ses disques On Campus y a été enregistré et créé. Lors de son passage dans la région de San Francisco, il a été aidé par Emmanuel Serrière (en) qui lui-même dirigeait une émission de radio en français à San Francisco. Plus récemment, en 2009 et 2011, deux CD sont issus de sa collaboration avec Joseph Moalic.

Il a animé pendant l'été 1966 ou 1967 une émission La taverne de l'Olonnois sur France Inter où il alternait histoires et chansons de marin.

Jacques Yvart est peu passé à la télévision : un peu dans les années 1970, avec des chansons comme Monsieur. De temps en temps, on l'a entendu dans l'émission Pollen de Jean-Louis Foulquier.

Les chansons suivantes font partie de son répertoire : Monsieur, Le Jeune homme et la mer, Mes filles de fortune, Chanson de la mer blanche et Les Oiseaux migrateurs.

Il est espérantiste et donc participe à de nombreux rassemblements dont le dernier à Boulogne-sur-Mer en 2005 où il a interprété des chansons de Georges Brassens traduites en espéranto et publiées par Vinilkosmo, un label indépendant.

Il a également écrit pour Nicole Rieu (Ma maison au bord de l'eau en 1975) et accompagné les groupes musicaux Meven et Blootland.

Discographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Suite à vivre du temps présent (1972)
  • Chansons insulaires (1974)
  • À la source (1976)
  • Yvart on Campus (1978)
  • L'échelle beaufort d'après les chroniques de Nam et Loé (1985)
  • Chants des marins de Flandre (2001)
  • Yvart chante Moalic (2009)
  • Niama Niama (2011)

En esperanto[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Yvart chante Georges Brassens (1998) (Jacques Yvart kantas George Brassen)
    • La geamantoj sur la verda benk'
    • La pluvombrelo
    • Kanto por la kampul'
    • En akvo de la klara fonto
    • Povra Marteno
    • Tuj la kompanar
  2. inviation au voyage (Invito por vojaĝo) (2008)
    • 14 chansons d'un total de 51 minutes.
  3. Brassens plu (2011)
    • La geamantoj sur la verda benk'
    • Kanto por la Kampul'
    • La pluvmbrelo
    • La longa vico
    • En akvo de la klara fonto
    • La cxevaleto
    • Povra Marteno
    • La lamanta regxo
    • La marista amo
    • Ocxjo Leon'
    • Johano la neavertino
    • Tuj la kompanar'
    • Milito

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://leadnetwork.nordpasdecalais.fr/accueil.php3?id_rubrique=14&id_article=1542&type=d&lang=fr
  2. a et b « Le musicien Jacques Yvart part sous le soleil faire un break », La Voix du Nord,‎
  3. « Si la mer monte bientôt jusqu'à Esquelbecq, c'est un peu à cause d'eux », La voix du Nord,‎
  4. a b et c Laurent Decotte, « Jacques Yvart, le copain d'abord », La voix du Nord,‎
  5. « ANALYSE BRASSENS : Jehan l'advenu (Norge (Georges Mogin, Dit)) », sur www.analysebrassens.com (consulté le 24 février 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]