Jef Gilson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jef Gilson
Nom de naissance Jean-François Quiévreux
Naissance
Drapeau de la France Guebwiller, France
Décès (à 85 ans)
Activité principale Clarinettiste, pianiste, compositeur et chef d'orchestre de jazz
Genre musical Jazz, free jazz
Instruments Clarinette, piano
Années actives 1945-2002
Labels Palm

Jef Gilson né le à Guebwiller sous le nom de Jean-François Quiévreux, et mort le [1]) était un pianiste français, arrangeur, compositeur et chef d'orchestre de big band.

Vie et travail[modifier | modifier le code]

En tant que clarinettiste[Quand ?], Gilson commence avec Claude Luter dans le groupe de Boris Vian. Puis se met au piano. L'expérience du big band de Dizzy Gillespie l'amène finalement à devenir chef de big band.

Il a étudié la composition avec André Hodeir.

Dans ses diverses formations, il joue entre autres avec Bill Coleman, Bernard Vitet, Jean-Louis Chautemps, François Jeanneau, Michel Portal, Jean-Luc Ponty , Bernard Lubat, Lloyd Miller et Henri Texier.

De plus, il est pendant un temps directeur musical du sextet vocal Les Double Six.

Les enregistrements de Gilson, sur lesquels sont incluses les premières compositions avec changements de tempo (Enfin!, Œil Vision), les couches bitonales et les thèmes chromatiques, apparaissent pour la première fois sur un mini-label. Une partie de la fonction harmonique est supprimée dans ses compositions depuis 1964, en étant exclusivement orienté vers le free jazz (New Call from France, MPS, 1966). Le succès commercial ne s'est pas concrétisé, de sorte qu'en 1968 Gilson s'est rendu temporairement à Madagascar. En 1971, il revient en France avec des musiciens de jazz malgaches et se concentre d'abord sur l'ethno-jazz et plus tard sur l'improvisation totale. En 1973, il fonde son label Palm, sur lequel figurent surtout les enregistrements avec son orchestre Europamerica, et avec Butch Morris. Pour ce disque plus arrangé, qui a commencé à refléter ses réalisations de free jazz, il a reçu le Prix Boris Vian en 1978.

Jusqu'à sa mort, il vit retiré en Ardèche[2].

Jef Gilson était également professeur d'harmonie à l'école de Jazz du centre d'informations musicales.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Jef Gilson, L'harmonie du Jazz (Connaître et utiliser les accords et les gammes, Progressions harmoniques-modes-canevas d'improvisation), PALM,

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • 1963 : Enfin! (Disques Du Club De L'échiquier)
  • 1964 : Œil Vision avec Jef Gilson, Jean-Luc Ponty et Jean-Louis Chautemps (Disques Du Club De L'échiquier)
  • 1966 : New Call from France (MPS Records)
  • 1967 : Louez Dieu avec Christiane Oriol (LP, Jerusalem)
  • 1971 : Le Massacre Du Printemps (Futura Records)
  • 1972 : Concert À La M.J.C. Colombes avec Jean Luc Ponty, Jean-Charles Capon, Gilbert Rovère et Lionel Magal (PALM 2)
  • 1972 : Malagasy[3] (Lumen, PALM 1)
  • 1973 : Malagasy - At New port -Paris (PALM 5)
  • 1973 : Workshop avec Philippe Maté et Jef Gilson (PALM 7)
  • 1977 : Europamerica avec L. Morris, J.L. Chautemps, F. Jeanneau, A. Jaume, Ph. Maté, A. Hatot, M. Richard, J.C. Capon, J. Gilson, P.Y. Sorin et G. Brown (PALM 28)
  • 2011 : Anthologie The best of Jef Gilson[4] chez JazzmanRecords.co.uk[5]
  • 2013 : Archives[6] chez JazzmanRecords

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chronique Culture dans Open jazzpar Alex Dutilh - France Musique « https://web.archive.org/web/20120207181421/http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/open-jazz/emission.php?e_id=65000050&d_id=435000447 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , 6 February 2012. Retrieved, 15 February 2012.
  2. « Mort du jazzman Jef Gilson », sur radiofrance.fr, (consulté le ).
  3. « Jef Gilson, by Jef Gilson », sur Jef Gilson (consulté le )
  4. « Jef Gilson, by Jef Gilson », sur Jef Gilson (consulté le )
  5. « Jazzman Records », sur Jazzman Records (consulté le )
  6. « Archives, by Jef Gilson », sur Jef Gilson (consulté le )