Jacky Munaron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Munaron
Image illustrative de l'article Jacky Munaron
Biographie
Nationalité Drapeau : Belgique Belge
Naissance (60 ans)
Lieu Namur (Belgique)
Taille 1,80 m, 75 kg
Poste gardien de but
Parcours junior
Saisons Club
avant 1974 Drapeau de la Belgique FC Dinant
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1974-1989 Drapeau de la Belgique RSC Anderlecht 293 (0)
1989-1992 Drapeau de la Belgique RFC Liège 27 (0)
1992-1995 Drapeau de la Belgique Standard de Liège 5 (0)
1995-1996 Drapeau de la Belgique Eendracht Aalst
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1982-1986 Drapeau : Belgique Belgique 8 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2004-2007 Drapeau de la Belgique RSC Anderlecht (gardiens)
2009-2010 Drapeau de la Turquie Trabzonspor (gardiens)
2010-2014 Drapeau de la Belgique KAA La Gantoise (gardiens)
2014-2016 Drapeau de la Belgique FCV Dender EH (gardiens)
2016-2017 Drapeau de la Belgique Royal Excel Mouscron (gardiens)
2016- Drapeau de la Belgique FP Halle-Gooik (gardiens)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Jacques Munaron dit Jacky Munaron est un footballeur belge, né le 8 décembre 1956 à Namur (Belgique).

Il a évolué au poste de gardien de but au RSC Anderlecht[1], RFC Liège et au Standard de Liège[2]

International belge (8 sélections), il a été un remplaçant de Jean-Marie Pfaff et était présent à la Coupe du monde 1982, à l'Euro 1984 et à la Coupe du monde 1986[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le 25 novembre 1983, en match aller de 8e de finale de la coupe UEFA, on joue à Bollaert les dernières minutes du match opposant le RC Lens au RSC Anderlecht, tenant du titre. Le club bruxellois a ouvert le score par Franky Vercauteren, et les Lensois, entrainés par Gérard Houllier, ne semblent pas en mesure de revenir. On joue la 90e minute lorsque l'ailier droit danois Kenneth Brylle adresse une anodine passe en retrait à Munaron. Et là, l'irrationnel surgit, sous la forme d'un caillou (lancé par les supporters d'Anderlecht !) qui jaillit des tribunes : sa trajectoire parabolique rencontre celle du ballon que Munaron s'apprêtait à contrôler tranquillement... Totalement surpris par ce faux rebond, l'international démarre en trombe mais trop tard pour empêcher l'égalisation la plus curieuse jamais vue dans le stade inauguré en 1934.

Au match retour, Anderlecht parviendra tout de même à se qualifier avec une victoire 1-0.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charles Gérard : Jacky munaron, Jacques a dit... Editions Gamma, Tournai, 1984