J.-H. Rosny jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosny.

J.-H. Rosny jeune

Nom de naissance Séraphin Justin François Boex
Naissance
Bruxelles (Belgique)
Décès (à 88 ans)
Ploubazlanec (France)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

J.-H. Rosny jeune (pseudonyme de Séraphin Justin François Boex), né le à Bruxelles en Belgique et mort le (à 88 ans) à Ploubazlanec en France, est un écrivain d'origine belge.

Naturalisé français, il a conservé la double nationalité[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre 1887 et 1908, il écrit sous le nom J.-H. Rosny, avec son frère Joseph Henri Honoré Boex[2].

En juillet 1908 les frères arrêtent leur collaboration et Joseph continue d'écrire sous le nom J.-H. Rosny aîné, pendant que Séraphin signe J.-H. Rosny jeune[3]. Toutefois, certains textes anciens furent encore publiés après cette date, sous le nom J.-H. Rosny.

L'aîné est le mieux connu des deux et les ouvrages issus de leur collaboration sont souvent attribués, par erreur, à l'aîné seul.

Le 5 décembre 1935, les deux frères ont signé une convention littéraire qui attribue formellement les ouvrages écrits en collaboration. Cette convention a été publiée par Jean-Michel Pottier dans Les Cahiers naturalistes n°70[4].

Elle est reprise et analysée dans le dossier "J.-H. Rosny - Archéobibliographie", publié dans la revue Le Visage Vert n°23, par Fabrice Mundzik : « Toute une échelle de valeurs est à réviser, la place occupée par le cadet n’étant pas aussi minime que les critiques littéraires pouvaient, à tort, le croire jusqu’alors[5]. »

Dans son testament, Edmond de Goncourt nomma les frères J.-H. Rosny pour faire partie de la Société littéraire des Goncourt. Plus connue sous le nom d'Académie Goncourt, elle a officiellement été reconnue le 1er mars 1900. Le premier Prix Goncourt fut attribué le 26 février 1903[6].

De 1926 à sa mort en 1940, J.-H. Rosny aîné était le président de l'Académie Goncourt. J.-H. Rosny jeune occupa ensuite cette fonction jusqu'en 1945[7].

Ancien instituteur, il a publié sous le nom Justin Boex un livre de lecture courante pour le cours moyen et supérieur, La Leçon de la Vie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Aiguille d'or (1898)
  • Les Retours du cœur (1898)
  • La Fauve (1899)
  • La Charpente (1900)
  • Thérèse Degaudy (1901)
  • Le Docteur Harambur (1903)
  • L'Affaire Derive (1909) (premier roman (mais pas le premier texte) publié sous le nom de J.-H. Rosny Jeune)
  • La Leçon de la vie (1910)
  • La Toile d'araignée (1911)
  • Sépulcres blanchis (1913)
  • La Carapace (1914)
  • Mimi, les profiteurs et le poilu (1919)
  • La Contrée aux embûches (1920)
  • La Petite Nielle (1920)
  • Fanchon-la-Belle (1921)
  • La Messe mondaine (1923)
  • Frans Hals (1924)
  • La Courtisane passionnée, roman du luxe parisien (1924)
  • La Courtisane triomphante : roman du luxe parisien (1925)
  • Claire Técel, avocat à la cour (1925)
  • La Pigeonne (1925)
  • Les Beaux yeux de Paris (1926)
  • La Désirée (1926)
  • Hossegor (1926)
  • Le Soupçon (1927)
  • La Métisse amoureuse : roman de mœurs de Paris (1927)
  • Les Furies (1928)
  • Les Chaperons blancs (1928)
  • Les Amours d’Élisabeth d'Angleterre (1929)
  • Les Plaisirs passionnés (1929)
  • Les Amours tragiques de la première Princesse de Lamballe (1930)
  • L'Enigme du "Redoutable" (1930)
  • Les Folles passions de Pauline Borghèse (1930)
  • L'Enlèvement (1930)
  • Sous le signe de la beauté (1931)
  • L'Argentine (1931)
  • La Lutte pour la mer (1931)
  • La Société des insectes (1931)
  • La Juive chrétienne (1931)
  • L'Île des fleurs (1932)
  • Nos bêtes amicales (1932)
  • La Cité Infernale (1933)
  • Papillons de nuit (1933)
  • Les Fleurs amoureuses et sensibles (1933)
  • L'Erreur amoureuse d'Anne de Bretagne (1934)
  • Une Reine des rues (1935)
  • Marcette éblouie (1935)
  • La Pharmacie des prés (1939)
  • La Croisière d'Esclarmonde (1942)
  • Le Banquet de Platon (1942)
  • Le Destin de Marin Lafaille (1945)
  • Du Sang sur la neige (1947)
  • Elisabeth Reine d'Angleterre (1929)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Lysøe, Les Kermesses de l'étrange, ou Le conte fantastique en Belgique du romantisme au symbolisme, Nizet,‎
  2. Fabrice Mundzik, « J.-H. Rosny - Archéobibliographie », Le Visage Vert, no 23,‎
  3. Jean-Michel Pottier, « Chronobibliographie », Les Cahiers naturalistes, no 70,‎
  4. Jean-Michel Pottier, « Le dernier Manifeste. La Convention littéraire de 1935 », Les Cahiers naturalistes, no 70,‎
  5. Fabrice Mundzik, « Que nous enseigne la convention littéraire de 1935 ? », Le Visage Vert, no 23,‎
  6. « La création de l'Académie Goncourt » (consulté le 21 mars 2015)
  7. Éric Gildard, Rosny Jeune de l’académie Goncourt : Hossegor que j’ai fondé…, Éditions Lac et Lande,‎