Itzhak Kadouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Itzhak Kadouri
Flickr - Government Press Office (GPO) - P.M. Netanyahu and Rabbi Kaduri (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 107 ans)
JérusalemVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Harav Kadoori Grave 2.jpg

sépulture

Le Rabbin Itzhak Kadouri (??? - ) était un grand rabbin spécialiste de la Cabbale.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Le Rabbin Kadouri est né dans l'Empire ottoman, aux environs de Bagdad ou de Bassora, dans l'Irak actuel. Sa date de naissance exacte est inconnue, certains la situent entre 1895 et 1899, d'autres en 1892 (l'an juif 5652) de source sûre (après lui avoir posé la question au cours d'une visite en France dans les années 1990). Seuls éléments réputés connus, il serait né un samedi du mois de Tishri, durant les jours de Hol hamoëd de la fête juive de Souccot.

Très tôt, il donne des signes d'un grand intérêt pour la Torah. Son père, Rabi Zeev Diba, l'envoie étudier auprès du Ben Ich Hai (Rabbi Yosef Chaim de Bagdad), et il étudie à la yeshiva orthodoxe Zilka.

Vie en Eretz Israël[modifier | modifier le code]

Le Rabbin Kadouri émigre en Palestine mandataire en 1922. C'est à cette époque qu'il change son nom de Diba en Kadouri. Il sert dans l'armée britannique en tant qu'interprète.

À l'issue de son service, il part étudier à la yeshiva des cabbalistes de Shoshanim Ledavid. Il part ensuite étudier à la Yeshiva Porat Yosef, dans la vieille ville de Jérusalem, auprès du Rabbin Silam Elyahou. Lorsque la vieille ville tombe sous la coupe de la Jordanie après la guerre d'indépendance de 1948, le Rav Kadouri se déplace dans le quartier de Bucharim, dans la partie ouest de Jérusalem restée sous contrôle israélien. Là, il se consacre à l'étude, tout en maintenant une activité de relieur de livres car il n'avait pas assez d'argent pour payer sa place à la yeshiva. Doté d'une mémoire photographique, il aurait alors lu chacun des livres qu'on lui aurait apporté pour reliure.

À la mort du Rabbin Ephraïm Cohen dans les années 1960, l'un des chefs de la yeshiva Porat Yosef, il se met à recevoir des visiteurs de plus en plus fréquents. Il acquiert alors une réputation grandissante auprès du public, pour ses bénédictions, ses conseils, ses amulettes et ses dons de prédiction.

Sa première épouse Sarah étant décédée en 1990, il épouse en 1993 la rabbanite Dorit Kadouri.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

reproduction de la note de Kadouri

Avant sa mort, le rabbin Kadouri dit qu'il avait rencontré le Messie qui lui était apparu un an plus tôt, le 9 Hechvan 5764 (4 novembre 2003), et que son arrivée était proche. Ceci fut confirmé par son fils : "Mon père a rencontré le Messie lors d'une vision, et nous a dit qu'il viendrait bientôt". Sa venue interviendrait peu après le décès d'Ariel Sharon (l'ancien Premier ministre est décédé le 11 janvier 2014). Le Rabbin Kadouri a laissé une note manuscrite à ses disciples qu'il aurait chargé d'ouvrir et de révéler un an après sa mort, indiquant qu'elle contenait le nom du Messie. Cette période de temps étant écoulée, la note a été ouverte et il était écrit : ירים העם ויוכיח שדברו (שדברי) ותורתו עומדים « Yarim Ha'Am Veyokhiakh Shedvaro (ou Shedvari) Vetorato Omdim », soit en français 'il va soulever le peuple et confirmer que sa (ou ma) parole et sa loi sont valides. Toutefois, son fils, Rabbi David Kadouri, atteste que la note est un faux.

Notes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]