Isaac de Thellusson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isaac de Thellusson
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ChampelVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Enfant

Isaac de Thellusson est un banquier génevois né le 14 octobre 1690 à Genève et décédé le 5 septembre 1755 dans sa propriété de Champel en Suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au décès de son père en 1705, il avait déjà quitté Genève depuis un an pour gagner en expérience et tenter sa chance dans le commerce. D'abord à Bâle, puis à Amsterdam, enfin à Londres, chez son oncle Isaac Guiguer (1664-1715), associé de Nicolas Tourton, où il apprit les langues et se forma au commerce et à la banque. Puis il fut au service de la banque Tourton et Guiguer à Paris en 1707.

Devenu premier commis, Isaac de Thellusson reprit à son nom la banque Tourton et Guiguer à Paris le 1er novembre 1715, qui fut renommée banque Thellusson et Cie. Cette banque avait été fondée vers 1703 par son oncle Louis Guiguer (1675-1747) et Jean-Claude Tourton (-1724). En 1717, Louis Guiguer, jusque là resté commanditaire, se retira définitivement. Isaac de Thellusson devint un banquier très en vue malgré sa jeunesse et se montra un adversaire déterminé de John Law.

Sarah le Boullenger (Nicolas de Largillière, 1725)

En 1722, la société contractée entre Isaac de Thellusson et Jean-Claude Tourton arriva à terme. Elle poursuivit son activité sous le nom Tourton et Burrish, du nom du premier commis. Isaac de Thellusson profita de cette liberté pour voyager en Angleterre et en Hollande, où il se maria avec Sarah Le Boullenger, fille d'un négociant originaire de Rouen. Jean-Claude Tourton mourut le 26 juillet 1724. Il avait désigné Isaac de Thellusson comme son légataire universel, au détriment de ses neveux Guiguer. Fort du fait que l'héritier était un genevois huguenot, deux neveux catholiques attaquent le testament avec succès.

En 1728, Isaac de Thellusson décida de la création d'une nouvelle société en s'associant avec François Tronchin. La banque François Tronchin et Cie vit le jour le 1er mai 1728. Les deux associés, de génération et de caractère très différent, ne s'entendirent guère. Leur société fut dissoute en octobre 1740 et une longue querelle les opposa, qui fut finalement arbitrée par le Petit Conseil de Genève en 1748.

Dès 1728, Isaac de Thellusson commença une carrière politique. Il fut élu au Conseil des Deux-Cents de Genève, bien qu'il n'y avait guère séjourné depuis son enfance. Et surtout, en 1730, il devint ministre de la République de Genève auprès du roi de France. Puis en 1733, il fut élu au Conseil des Soixante. Depuis Paris, Isaac de Thellusson joue un rôle politique important, en particulier pendant la crise genevoise de 1734-1738. Il représenta la tendance la plus conservatrice, les "Négatifs", face aux revendications de la bourgeoisie qui demandait le droit de "représentation", la convocation régulière du Conseil Général et le contrôle de la gestion publique. Le chef de ce mouvement est Micheli du Crest.

Isaac de Thellusson revint s'établir à Genève en 1744 dans l'ancienne maison Tronchin, contigüe à l'Hôtel de Ville, qu'il avait rachetée à François Tronchin, ruiné dans l'affaire du Mississippi. Il mourut le 5 septembre 1755 dans sa propriété de Champel en Suisse.

Son fils aîné Georges-Tobie de Thellusson (1728-1776) poursuivit l'activité bancaire, avec notamment comme associé Jacques Necker, futur ministre de Louis XVI.

Son fils puîné Pierre de Thellusson (alias Peter) (1735-1797) émigra en Grande-Bretagne en 1760 et fut naturalisé britannique la même année par un acte du Parlement de 1760. Il acheta Brodsworth Hall dans le Yorkshire en 1790 et s'y installa.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique (MM. Chaudon et Delandine, Paris, 1810)
  • Bibliographie historique de Genève au XVIIIe siècle (E. Rivoire, 1897)
  • La banque protestante en France (H. Lüthy, 1959-1961)
  • Les Thellusson, Histoire d'une famille du XIVe siècle à nos jours (Gabriel Girod de l'Ain, 1977)

Références[modifier | modifier le code]