Il pleuvait des oiseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Il pleuvait des oiseaux
Réalisation Louise Archambault
Scénario Louise Archambault
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Durée 127 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Il pleuvait des oiseaux est un long métrage québécois réalisé et scénarisé par Louise Archambault, aussi réalisatrice de Gabrielle[1]. Adapté du roman homonyme à succès de Jocelyne Saucier, le long métrage tourné dans la Forêt Montmorency[2], met en vedette Andrée Lachapelle, Gilbert Sicotte, Rémy Girard, Ève Landry, Marie-Ginette Guay, Patricia Nolin, Éric Robidoux, Kenneth Welsh ainsi que Louise Portal[3].

Lors d'une entrevue à la radio, Andrée Lachapelle a 87 ans et annonce que c'est le dernier film de sa longue carrière : « C’est le dernier film que je fais. Je suis trop fatiguée, j’ai plus d’énergie. Mes enfants me chicanent en me disant que je suis encore capable. J’ai 87 ans. Il est temps pour moi de me reposer. J’ai eu une carrière remarquable. J’ai été chanceuse…[4] »

Le , le film inaugure le Festival de cinéma de la ville de Québec[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois ermites aînés, Charlie (Gilbert Sicotte), Tom (Rémy Girard) et Boychuck (Kenneth Welsh), vivent dans la forêt de l'Abitibi, isolés du reste du monde. Leur quiétude prendra cependant fin.

D’abord, Boychuck, peintre à ses heures, trouve la mort. Ensuite, les deux ermites survivants voient arriver une jeune femme (Ève Landry), en reportage dans la région, au sujet d’un incendie de forêt ayant fait rage longtemps auparavant, et qui cherche Boychuck pour obtenir son témoignage à ce propos. À défaut de le rencontrer, elle trouvera dans son atelier des dizaines de tableaux faisant écho à sa tragique expérience liée à ces incendies, et les fera découvrir aux deux autres, qui en apprennent ainsi sur leur ami décédé.

Puis arrive Gertrude (Andrée Lachapelle). Elle fut internée à l'âge de 16 ans pour des motifs religieux. Gertrude veut fuir le centre psychiatrique et est amenée chez Charlie et Tom par son neveu Steve, rencontré au funérailles de Paul, père de Steve et frère de Gertrude. Les deux ermites se rebiffent au début ; nouvelle vie, nouvelle identité, Gertrude devient Marie-Desneiges. S'ensuit une idylle amoureuse touchante et lumineuse.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation et scénario : Louise Archambault
  • Productrice: Ginette Petit
  • Productrice exécutive: Nathalie Bissonnette
  • Directeur Photo: Mathieu Laverdière
  • Recherche de location: Rachel Daoust
  • Conception visuelle: Marie-Claude Gosselin
  • Costumes: Caroline Poirier
  • Coiffure: Martin Lapointe
  • Maquillage: Kathryn Casault
  • Monteur: Richard Comeau
  • Concepteur sonore: Sylvain Bellemare
  • Pays d'origine : Canada
  • Format : Couleurs - 35 mm
  • Genre : drame
  • Durée : 127 minutes
  • Dates de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 22e gala Québec Cinéma[5]:
    • meilleure interprétation féminine dans un premier rôle pour Andrée Lachapelle
    • meilleure interprétation masculine dans un premier rôle pour Gilbert Sicotte
    • prix du public

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence QMI, « Une première bande-annonce dévoilée pour «Il pleuvait des oiseaux» », Journal de Montréal,‎ .
  2. a et b Josianne Desloges, « Festival de cinéma de Québec: «Il pleuvait des oiseaux» ouvrira le bal », Le Soleil,‎ .
  3. François Lévesque, « «Il pleuvait des oiseaux»: les amants de la dernière chance », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2019).
  4. « Il pleuvait des oiseaux : «C’est le dernier film que je fais» - l'actrice Andrée Lachapelle », sur 98,5 Montréal, (consulté le 15 septembre 2019).
  5. « Antigone sacré meilleur film au Gala Québec Cinéma », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 11 juin 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]