III Marine Expeditionary Force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
III Marine Expeditionary Force
Image illustrative de l'article III Marine Expeditionary Force

Création 1942
Dissolution actif
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Branche Flag of the United States Marine Corps.svg United States Marine Corps
Flag of the United States Army.svg United States Army (anciennement)
Type Marine Air-Ground Task Force (en)
Fait partie de United States Marine Corps Forces, Pacific (en)
Garnison Camp Courtney (en)
Ancienne dénomination I Amphibious Corps
III Amphibious Corps
III Marine Amphibious Force
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre du Viet Nam
Guerre du Golfe
Guerre d'Irak
Guerre contre le terrorisme
Commandant Lt. Gen. John E. Wissler
Commandant historique Alexander Vandegrift
Roy Geiger

Le III Marine Expeditionary Force (III MEF) est un Marine Air-Ground Task Force (en) (MAGTF) de l'United States Marine Corps. Il participa à la Seconde Guerre mondiale, à la guerre du Viet Nam, à la guerre du Golfe et à la guerre d'Irak.

Il s'agit d'une unité qui s'occupe aussi bien d'administration générale, ravitaillement, formation, équipement, planification opérationnelle que de coordination sur le terrain.

Désignation[modifier | modifier le code]

L'unité a changé de nom à de multiples reprises :

  • I Amphibious Corps (I AC) lors de sa création le 1er octobre 1942, appelé aussi I Marine Amphibious Corps (I MAC) (ne pas confondre avec le I Marine Expeditionary Force).
  • III Amphibious Corps (III AC) le 15 avril 1944, appelé aussi III Marine Amphibious Corps (III MAC). Renommée ainsi car liée à la Troisième flotte des États-Unis.
  • III Marine Expeditionary Force (III MEF) le 6 mai 1965 lors de réactivation.
  • III Marine Amphibious Force (III MAF) le 7 mai 1965.
  • III Marine Expeditionary Force (III MEF) depuis le 5 février 1988.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le I Amphibious Corps est créé le 1er octobre 1942 en tant qu'unité conjointe Marines-Army avec l'essentiel de l'état-major du Amphibious Corps, Pacific Fleet (ACPF). Il est transféré dans le courant du mois à Nouméa en Nouvelle-Calédonie. Il est subordonné au South Pacific Area Command de l'amiral William F. Halsey.

Les débuts sont difficiles, dès le printemps 1943 l'amiral Halsey veut remplacer le général Clayton Barney Vogel, ancien commandant de la 2e division des Marines, qui ne convient pas selon lui à un commandement de combat en voyant la planification pour bataille de Nouvelle-Géorgie, par le général Alexander Vandegrift qui a joué un rôle clef dans la bataille de Guadalcanal. Mais probablement pour ne pas perdre son amitié, il tente de faire faire la besogne par le chef des Marines, le général Thomas Holcomb qui devant l'inaction d'Halsey finit par céder après quelques mois.

La nomination d'Alexander Vandegrift qui est déjà le successeur prévu de Thomas Holcomb n'est que temporaire mais il réforme sérieusement le corps dont la 2e division de Marines qui lui est alors attachée. Il planifie la bataille de Bougainville dans lequel le corps va également exercer un commandement sur le terrain contrairement à la Nouvelle-Géorgie.

Le général Charles D. Barrett alors commandant de la 3e division des Marines est nommé par consensus y compris d'Halsey et assiste Vandegrift pendant un mois avant son départ. Soucieux de ses hommes, il tente d'améliorer les plans pour la bataille de Bougainville sans se contenter de ce qu'il a à sa disposition ce qui entraine des retards qui exaspèrent le fonceur qu'est Halsey. Le 8 octobre, après une entrevue avec Halsey qui lui a annoncé son remplacement alors qu'il vient à peine d'exercer le plein commandement, il se suicide par défenestration. Pour diverses raisons, cela passe officiellement pour un accident et Nimitz ne sera pas mis au courant[1].

La bataille de Bougainville est un grand succès que l'on crédite pour une part à Charles D. Barrett pour son plan et l'entrainement de la 3e division des Marines et pour l'autre au commandement au combat d'Alexander Vandegrift qui reprend brièvement l'intérim et de Roy Geiger qui lui succède.

Paradoxalement celui qui saura commander ce corps, Roy Geiger, est un aviateur mais il a une expérience du commandement au combat pendant la bataille de Guadalcanal au travers de la Cactus Air Force et en ayant brièvement remplacé Vandegrift lors de son absence. Il combattra à Bougainville, Guam, Palaos (Peleliu), Okinawa. Il est prévu que le corps prenne part à l'invasion du Japon qui sera annulée.

En septembre 1945, il part pour Tientsin et sert de force d'occupation en Chine du nord jusqu'à sa désactivation le 10 juin 1946

Commandants[modifier | modifier le code]

Même s'il s'agit d'une unité conjointe Marines-Army, les Marines en assureront toujours le commandement.

Unités subordonnées au combat[modifier | modifier le code]

Le corps ayant une vocation de planification et de coordination, les unités placées sous ses ordres ont varié :

Guerre du Vietnam[modifier | modifier le code]

Le corps est réactivé le 6 mai 1965 à Da Nang au Vietnam. Il sert pendant la guerre du Vietnam de mai 1965 à avril 1971.

Il ne s'agit plus alors d'une unité conjointe avec l'armée puisqu'elle comprend la 1re division des Marines, 3e division des Marines et le 1st Marine Aircraft Wing.

En avril 1971 il est redéployé à Okinawa et est réduit à la 3e division des Marines, 1st Marine Aircraft Wing plus les unités logistiques.

Depuis les années 1990[modifier | modifier le code]

Le corps prend part à la plupart des opérations américaines depuis la guerre du Golfe et de l'opération Provide Comfort en Irak (septembre 1990 - juin 1991), Force d'intervention unifiée en Somalie (décembre 1992 - mars 1994), guerre d'Irak, opération Enduring Freedom en Afghanistan.

Certaines de ses unités sont également régulièrement déployées lors d'opérations humanitaires dans le Pacifique, telles que lors du cyclone Gorky au Bangladesh (mai-juin 1991), lors du tsunami du 26 décembre 2004 et celui du 11 mars 2011 au Japon (opération Tomodachi).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :