Flyboard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un modèle de Flyboard.

Flyboard est une marque commerciale créée par le Français Franky Zapata et appartenant à la société Zapata Holding spécialisée dans la conception et la fabrication d'engins à sustentation hydropropulsée (ESH). L'ESH Flyboard est un type de jetpack nautique raccordé à une motomarine (Jet ski) qui lui fournit de l'eau sous pression.

Le pilote se tient debout sur une plate-forme reliée par un long tuyau souple à l'embarcation, ses pieds sont fixés par une paire de bottes à la manière des snowboards. L'eau sous pression produite par l'hydrojet de la motomarine est acheminée vers des buses à jet et fourni une poussée qui permet de monter jusqu'à quinze mètres dans les airs ou de plonger tête la première dans l'eau[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Acrobaties avec un ESH Flyboard.
Des Flyboard à Malmö en Suède.

Le Flyboard est inventé au printemps 2011 par Franky Zapata, un pilote de motomarine français[1],[2]. Celui-ci a construit de nombreux prototypes avant de parfaire la conception qui permet au dispositif de sortir de l'eau et d'être stable dans l'air.

Le dispositif a été présenté au public pour la première fois en Chine, au Championnat du monde de Jet ski 2012[2].

En 2013, Franky Zapata arrive en finale de l'émission de télévision française La France a un incroyable talent avec son Flyboard[3], ce qui assure à l'engin une notoriété nationale mais aussi internationale.

Depuis son introduction en 2012 et d'après l'entreprise le commercialisant, le Flyboard aurait été vendu à environ 10 000 unités à début 2017[4],[5]. La marque Flyboard est enregistrée dans de nombreux pays depuis 2011 et désigne désormais des produits et services dérivés, en sus de l'ESH inventé par Franky Zapata. Elle est la propriété exclusive de la société Zapata Holding[6]. L'ESH Flyboard a fait l'objet d'une poursuite du concurrent, Jetlev, qui a été abandonnée sans préjudice, en mars 2013[7].

Informations techniques[modifier | modifier le code]

L'ESH Flyboard se présente comme une plate-forme sur laquelle les pieds du pilote sont fixés parallèlement par une paire de bottes. Afin d'obtenir la poussée nécessaire à sa propulsion, l'engin est équipé d'une tuyauterie flexible reliée à la sortie de la turbine d'un Jet ski, lequel suit en flottant les déplacements du Flyboard.

Si les premières versions nécessitaient la présence d'une personne sur la motomarine pour contrôler le régime du moteur, lequel régule la puissance et la hauteur du pilote, les versions ultérieures sont devenues autonomes et le pilote dispose lui-même d'une télécommande reliée à la gestion des gaz du moteur du Jet ski.

La présence d'une motomarine étant nécessaire, certains loueurs de Jet ski proposent cette activité.

Compétitions[modifier | modifier le code]

La première Coupe du monde de Flyboard se tient à Doha au Qatar en octobre 2012[8].

Les finalistes 2012 sont[9] :

Les finalistes 2013 (toujours à Doha) sont[9] :


L'événement se déplace à Dubaï, pour les éditions 2014 et 2015.

Les finalistes 2014 sont[9] :

Les finalistes 2015 sont[10] :

En 2015, un Championnat d'Amérique du nord voit également le jour à Shreveport, en Louisiane[11].


La Coupe du monde 2016 se dispute en Floride, à Naples[9]. Les finalistes 2016 sont[12] :


En 2017, le championnat se dispute en France, dans le Var, à Cavalaire-sur-Mer[13]. Les finalistes 2017 sont[13] :

Flyboard Air[modifier | modifier le code]

En 2016, Zapata Racing présente le Flyboard Air, un prototype d'« Unité autonome de propulsion » propulsé par quatre micros turboréacteurs (plus un de chaque côté pour la stabilisation) et capable de voler sans assistance jusqu'à 10 000 pieds3 000 mètres, en théorie) à une vitesse de pointe de 150 km/h, et ce pendant une dizaine de minutes[14].

En mars 2017, les autorités françaises interdisent à Zapata d'utiliser le Flyboard Air sur leur territoire, sous peine de poursuites[5],[4],[15], il envisage alors de quitter la France pour pouvoir poursuivre ses essais. La Direction générale de l'aviation civile justifie cette interdiction, notamment du fait que Zapatta ait omis de déposer une demande d'autorisation de vol et qu'il ne soit pas titulaire de la moindre licence de vol[16]

En avril 2017 Franky Zapata annonce sur les réseaux sociaux qu'il est autorisé à reprendre ses vols notamment depuis l'aéroport d'Avignon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]