Herman Düne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herman Dune
Description de cette image, également commentée ci-après

Herman Dune au Festival Internacional de Benicàssim (2007).

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France Paris, France
Genre musical Folk rock, anti-folk
Années actives Depuis 1999
Labels

Green United Music

Track And Field
Shrimper Records
Prohibited Records
Everloving Records
Source Etc.
City Slang
Site officiel hermandune.com
Composition du groupe
Membres David-Ivar Herman Dune
Néman Herman Dune
Anciens membres André Herman Dune (Stanley Brinks)
Omé

Herman Dune est un duo folk rock français.

Formation et premiers albums[modifier | modifier le code]

David-Ivar Herman Düne né à Paris en 1976, son ainé André Herman Düne quant à lui est né en 1973[1]. Les deux frères grandissent en France, originaires d'une famille juive aux origines suédoises et marocaines[2]. Leur grand-père maternel, ancien diplomate, les initie à la langue anglaise et suédoise lors de leurs séjours en Suède[3]. Ils forment à Paris dans les années 1990 le trio Herman Düne, les deux frères se partagent la guitare et le chant tandis que Omé tient la batterie[4]. Pendant plusieurs années, le trio compose, donne des concerts, auto-enregistre une centaine de chansons et diffuse quelques Eps. C'est suite à la rencontre du label parisien Prohibited Records (fondé par les membres de Prohibition) que le groupe sort en mai 2000 son premier album Turn Off The Light. L'album est enregistré dans des conditions live en deux jours seulement[4].

Durant l'année, John Peel les invite à ses Peel Sessions sur la BBC[5], ce qui leur permet de développer leur notoriété en Angleterre[6] et en Europe. En tout, entre 2000 et 2004, Herman Düne aura participé à six Peel Sessions, ce qui est un record pour un groupe français.

Suite à la sortie de Turn Off The Light, le groupe tourne en Angleterre, en France, en Suisse, en Italie, en Belgique et aux Etats-Unis notamment pour le festival South By South West, à Austin. Un maxi intitulé "Fire" sort chez Prohibited Records en Février 2001 à l’occasion des derniers concerts européens[7].

En 2001, le label californien Shrimper sort de manière confidentielle aux Etats-Unis l'album They go to the woods[6]. Durant cette année, Omé est remplacé par Néman (batterie, percussions et chœurs). Le groupe enregistre dans une usine en Suisse avec Fabrice Laureau (Prohibition) l'album titré Switzerland Heritage, en référence aux origines suisses de Néman[8].

En 2003, le groupe sort dans la foulée deux albums : Mas Cambios, composé et enregistré à New York est publié sur le label anglais Track & Field, il contient des sonorités plus pop que ses prédécesseurs. L'album Mash Concrete Metal Mushrooms quant à lui est publié par Shrimper Records. Herman Düne tourne aux Etats-Unis avec Kimya Dawson et avec Julie Doiron[9].

En 2005, le trio français accède à de meilleures conditions d'enregistrement[3] et produit avec Richard Fromby en Angleterre l'album Not on Top. Accompagnés de Julie Doiron et de leur soeur Lisa, ils font le choix d'enregistrer en mono, comme souvent en analogique et en direct, le plus près possible de la première prise pour insister sur la spontanéité.

En 2006, l'album Giant propulse Herman Düne vers une reconnaissance bien plus large, grâce à des tournées intensives à travers le monde, une bonne présence en radio, et le succès du single I Wish That I Could See You Soon et de sa vidéo, réalisée par Toben Seymour. Le titre sera cité par le magasine Rolling Stone parmi les 100 meilleures chansons de l'année 2007[10].

Herman Düne entame une période de son parcours plus professionnelle et encadrée, André qui désormais vit à Berlin donne son dernier concert avec le groupe le 13 décembre 2006[11], avant de le quitter et de se consacrer à sa carrière solo sous le pseudonyme de Stanley Brinks[12].

Un succès plus large[modifier | modifier le code]

Après le départ d'André, le nom du groupe perd son tréma sur le u.

La collaboration avec Richard Fromby récidive en 2008 avec l'album Next Year In Zion, enregistré en Provence sur un des rares exemplaire de la console dont les Beatles se servaient à Abbey Road[9]. Le single My Home Is Nowhere Without You, dont la mélodie de la chanson, qui n'est pas sans rappeler la chanson Precious time du chanteur irlandais Van Morrison, remporte un énorme succès.

En 2010, Herman Dune lance sa propre compagnie Strange Moosic. Ils partent enregistrer de nouvelles chansons à Portland en Oregon avec Adam Selzer (The Decemberists), et sortent ces enregistrements sur un album appelé Strange Moosic. Tell Me Something I Don't Know, le premier single, annonce des changements avec une vidéo où figurent un jeune yeti bleu (Baby Blue) et l'acteur de Mad Men Jon Hamm.

En 2012, Herman Dune n'est plus le groupe confidentiel de ses débuts. Dans le registre télévisuel, Nagui les a invité régulièrement à l’émission Taratata où ils ont effectué des duos avec Raphaël ou Gaëtan Roussel[13]. Dans le registre du prêt à porter, la marque de vêtements pour enfants Petit Bateau s'associe au duo parisien pour lancer une collection portant leur nom[14].

En 2013, ils composent la bande originale du film Mariage à Mendoza d'Édouard Deluc.

Style et collaborations[modifier | modifier le code]

Leurs influences vont de Lou Barlow (Sebadoh entre autres) à The Mountain Goats en passant par Cat Power et Silver Jews. Ils se concentrent sur l'écriture de chansons, les rythmes accrocheurs, et le jeu de guitare, avec comme marque de fabrique la voix reconnaissable de David-Ivar.

En 2005, après huit albums studio, le groupe revendiquait l'écriture de plus de quatre cents chansons. Le groupe a l'habitude d'y tester ses nouvelles compositions avant de les enregistrer, et de s'y faire accompagner d'autres artistes comme Julie Doiron, Turner Cody, The Baby Skins, Étienne Jaumet, Kimya Dawson, Jolie Holland ou The Mountain Goats.

Le groupe aime multiplier les collaborations et on retrouve ainsi Julie Doiron sur Not on Top (2005) ou The Baby Skins sur Giant (2006). André et David-Ivar ont chacun contribué à une chanson de l'album de Françoiz Breut Une Saison Volée (2005).

Carrières indépendantes[modifier | modifier le code]

André[modifier | modifier le code]

Après quelques albums sortis sous le nom de André Herman Dune ou AHD, il adopte le pseudonyme de Stanley Brinks et multiplie les enregistrements qu'il diffuse le plus souvent sur de simples CD-R. Il tourne en France, en Allemagne et en Angleterre, accompagné parfois sur scène par les Wave Pictures avec lesquels il enregistre deux albums.

David-Ivar[modifier | modifier le code]

En 2004, David-Ivar sort un album intitulé Ya Ya sous le nom de David-Ivar & Herman Dune.

En 2015, David-Ivar sort l'album Black Yaya sur le label berlinois City Slang, le titre Paint a smile on me rencontre un grand succès[15].

Il publie également la même année un album pour la jeunesse, illustré par Marion Hanania, aux éditions Gallimard : Diable d'où viennent-ils ?

Néman[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, Néman se retrouve souvent derrière ses platines pour devenir Cosmic Néman. Il forme avec Étienne Jaumet, saxophoniste de The Married Monk, le duo électro psychédélique Zombie Zombie. Fan de films d'horreur, le groupe sort en 2010 un album de reprise des bandes-son des films de John Carpenter, intitulé Zombie Zombie Plays John Carpenter.

Discographie[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Single[modifier | modifier le code]

  • 2006 : I Wish That I Could See You Soon
  • 2008 : Try to Think About Me
  • 2011 : Tell Me Something I Don't Know

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eléonore Colin, « Le disque du jour : Herman Düne, Next Year In Zion », sur Les Inrocks, (consulté le 26 août 2017)
  2. « Expo "Black Yaya, Blue Yaya" de Yaya Herman Dune à l'Artothèque de Caen », Paris Art,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Jérôme Crépieux - Foutraque - Le Webmaster, « Herman Düne & Julie Doiron | interview foutraque.com », sur www.foutraque.com (consulté le 26 août 2017)
  4. a et b « «La tristesse est propice à l'écriture». Entretien avec les deux moralistes sonores du groupe. Herman Düne: CD «Turn Off The Light». (Prohibited/Atmospheriques). Concert ce soir à 19h30 au Café de la Danse, 5 passage Louis-Philippe, Mo Bastille, 01 44 43 86 00. », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  5. BBC - Radio 1 - keeping It Peel - Herman Dune
  6. a et b « HERMAN DüNE [Interview] × XSILENCE.NET × », sur www.xsilence.net (consulté le 25 août 2017)
  7. « Herman Dune », Mains d’Œuvres, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  8. « Only Angels Have Wings : Herman Düne interview », sur onlyangels.free.fr (consulté le 25 août 2017)
  9. a et b « Not on top - Les Inrocks », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Rolling Stone Magazine The 100 Best Songs Of 2007 – PopCrunch », sur www.popcrunch.com (consulté le 26 août 2017)
  11. « Herman Düne – Prohibited Records », sur www.prohibitedrecords.com (consulté le 26 août 2017)
  12. « AHD (A.Herman Düne) | b.y_records, label musical indépendant https://byrecords.com/fr/artists/ahd-a-herman-dune », sur byrecords.com (consulté le 26 août 2017)
  13. « Herman Dune », sur mytaratata.com (consulté le 26 août 2017)
  14. « La collection Herman Düne pour Petit Bateau », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  15. « Le Weekend des Curiosités », sur Le Bikini (consulté le 26 août 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liste des groupes ou artistes français ayant participé aux Peel Sessions

Liens externes[modifier | modifier le code]