Henry Marx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marx.
Henry Marx
Alias
Henry Marx
Naissance
Décès
Activité principale
Auteur
Genres

Henry Marx (1882-1954) est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henry Marx est un écrivain français, auteur de romans, de poèmes, de pièces de théâtre et d’essais. Plusieurs de ses textes se penchent sur la question de l’homosexualité, comme Ryls, un amour hors la loi (1923)[1].

De tendance politique socialiste, il participe en 1912 à La Nouvelle Revue (1910-1914). Il figure en 1919 parmi les collaborateurs de la revue d'art et de littérature La Forge. Le journal est édité par la Ghilde Les Forgerons, une communauté pacifiste née en 1911 parmi d'anciens élèves du collège Chaptal à Paris et vouée à « l'Action d'Art »[2].

Henry Marx anime une Université populaire baptisée d’abord « Comprendre » puis « Connaître », indépendante des formations politiques ou syndicales[3].

Henry Marx épouse Magdeleine Legendre (1889-1973), journaliste française, écrivain et militante dans des mouvements politiques et de défense des droits de l’Homme. Elle le quittera pour épouser Maurice Paz (1896-1985), avocat, historien et homme politique.

L’œuvre théâtrale de Henry Marx, présentée à la Comédie-Française n’est pas toujours bien reçue. L’écrivain Paul Léautaud parle d’une de ses pièces comme « d'une ânerie sans nom »[4].

Henry-Marx revendique ses origines israélites, notamment dans une lettre publiée en 1912 dans l’Écho sioniste[5]. Il publie, en 1922, une brochure intitulée « Le sionisme ».

Il réside à Paris, dans le quartier de Pigalle en 1922[6] puis avenue de La Motte-Picquet en 1925[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Ryls, un amour hors la loi, Editions Librairie Ollendorff, 1923
  • Notre sauveur l'amant, Flammarion, 1928

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Les Heures ferventes, Gastein-Serge, Paris, 1907
  • Les Heures ferventes, Gastein-Serge, Paris, 1914
  • La Gloire intérieure, 1914
  • Avènement, Comédie-Française, Paris, 1925

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Tous les secrets, La Nouvelle Revue, 1912
  • La Statue enchantée, Bernard Grasset, 1913
  • L'Enfant Maître, Le Vaudeville, Éditions Clarté, 1920
  • Un homme en marche, Comédie-Française, Paris, 1923
  • Ariel, Maison de l'Œuvre, 1926

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le sionisme, brochure sans nom d’éditeur, 1922
  • La Vie, œuvre d'art et de jeunesse, La Nouvelle revue critique, 1923
  • Georges de Porto-Riche, son œuvre, La Nouvelle Revue Critique, 1924
  • René Alexandre, biographie critique, Editions Sansot, 1924
  • Sous un Visage d'homme, Ernest Flammarion, 1926

Essais en collaboration[modifier | modifier le code]

  • André Lautier, Fernand Keller et Henry Marx : Edmond Rostand, La Nouvelle Revue Critique, 1924
  • Maxime Revon, J.N.Faure Biguet, Georges Gabory, Henry Marx, Jules Bertaut : Claude Farrère, La Nouvelle Revue Critique, 1924

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Révenin, Homosexualité et prostitution masculines à Paris : 1870-1918, Paris, L’Harmattan, (ISBN 978-2-7475-8639-9)
  2. Desanges (Paul) Chronique d'une communauté militante : Les Forgerons (1911-1920) Le Mouvement social, No. 91, Culture et militantisme en France: De la Belle Epoque au Front Populaire (printemps 1975)
  3. Lucien Mercier, Les Universités populaires. 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Éditions Ouvrières, Ivry-sur-Seine, 1986
  4. Paul Léautaud : Journal littéraire, Mercure de France, Paris, 1955
  5. Journal des débats politiques et littéraires, 1923
  6. J. Denolly, Roger Leon Dépagniat, Pierre Robert : Grand annuaire des littérateurs et des notabilités artistiques contemporaines, 1922
  7. Tout-Paris: Annuaire de la société parisienne, 1925