Avenue de La Motte-Picquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
7e & 15e arrts
Avenue de La Motte-Picquet
La station de métro École Militaire, sur l'avenue de La Motte-Picquet
La station de métro École Militaire, sur l'avenue de La Motte-Picquet
Situation
Arrondissements 7e et 15e
Quartier École-Militaire, Gros-Caillou, Grenelle
Début no 64 boulevard de La Tour-Maubourg
Fin no 11 boulevard de Grenelle
Morphologie
Longueur 1 220 m
Largeur 34 m
Historique
Création vers 1680
Géocodification
Ville de Paris 5230
DGI 5308

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
avenue de La Motte-Picquet
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L’avenue de La Motte-Picquet est une avenue des 7e et 15e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

L’avenue de La Motte-Picquet commence rue de Grenelle dans le 7e et aboutit boulevard de Grenelle dans le 15e.

Elle croise le boulevard de la Tour-Maubourg au niveau de la place Salvador-Allende, l’avenue de Suffren et traverse la place de l’École-Militaire.

La rue Ernest-Psichari, la rue Bougainville, la rue Duvivier, la rue Cler, l’avenue Bosquet, l’avenue Duquesne, l’avenue Frédéric-Le-Play, la place Joffre, l’avenue Anatole-France, l’avenue Pierre-Loti, l'avenue Émile-Acollas, la rue du Laos, la rue du Général-Baratier, la rue du Général-de-Castelnau, l’avenue Paul-Déroulède, la rue de la Cavalerie, la rue du Général-de-Larminat, la rue d’Ouessant, la rue de Pondichéry commencent ou aboutissent avenue de La Motte-Picquet.

Ce site est desservi par les stations de métro La Motte-Picquet - Grenelle, École Militaire et La Tour-Maubourg.

Odonymie[modifier | modifier le code]

L’avenue de La Motte-Picquet tient son nom de l’amiral de Louis XV et Louis XVI, Toussaint-Guillaume Picquet de La Motte (1720-1791). Au XIXe siècle, l'orthographe avenue de la Mothe-Piquet était usitée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gravure de l'avenue pendant l'exposition universelle de 1878.

La voie a été tracée selon un axe qui sépare l’École militaire et le Champ-de-Mars, en direction de l’hôtel des Invalides. La partie comprise entre la rue de Grenelle et les avenues de la Bourdonnais et de Tourville est ouverte sous le nom d'avenue de l'École Militaire en 1680. Le surplus n'est formé qu'à partir de 1775.

Elle est cédée par l'État à la ville de Paris en vertu de la loi du 19 mars 1838, qui autorise la cession gratuite, à la ville de Paris, d'avenues et places dépendant de l'Hôtel des Invalides et de l'École Militaire, [1].

La partie de l'avenue comprise entre la place de l'École-Militaire et l'avenue de Suffren a été cédée avec le Champ-de-Mars par l'État à la ville de Paris aux termes d'une convention du 29 mars 1890 approuvée par une loi du 31 juillet suivant. Cette section a pris le nom de place Joffre en 1933.

Elle a ensuite été prolongée jusqu’à l’actuel boulevard de Grenelle, qui se trouvait aux portes de Paris, jusqu’en 1860.

Activités[modifier | modifier le code]

Plaque de l'avenue.

Du côté 7e, l’avenue de la Motte-Picquet est bordée de restaurants et vers la place de l’École-Militaire, encadrée par la Terrasse et le Tourville, grands cafés-restaurants aux larges terrasses très fréquentées pendant les beaux jours. Les contre-allées et les grands trottoirs permettent une circulation piétonne et automobile fluide.

L’avenue de la Motte-Picquet passe place Joffre en s’élargissant entre le Champ-de-Mars et la façade de l’École militaire. Il y a plusieurs parkings à ciel ouvert à cet endroit et une esplanade où les visiteurs et les parisiens viennent admirer la perspective de la statue équestre du maréchal Joffre et du Mur pour la Paix vers la tour Eiffel et le palais de Chaillot.

Du côté 15e, l’avenue compte également un certain nombre de cafés, la brasserie le Suffren à l’angle de l’avenue de Suffren, et le Primerose, le Bouquet de Grenelle et le Pierrot au niveau du boulevard de Grenelle.

Le Village Suisse est un carré d’antiquaires sur l’ancien site du pavillon suisse de l’Exposition universelle de 1900.

L’ancien cinéma Kinopanorama, situé au nos 58-60, a fermé ses portes en 2002 et est finalement devenu un club de sport en janvier 2008. L’ancien magasin de musique Paul Beucher a été remplacé en 2010 par un café de la chaîne Starbucks Coffee.

Au n°2 se trouve l'ambassade du Chili en France.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 2 : l'écrivain Pablo Neruda, ambassadeur du Chili en France, y a habité entre 1971 et 1973. Une plaque lui rend hommage.
  • no 52 : Domicile du colonel Rémy de décembre 1941 à juin 1942. Le 25 août 1944, le résistant Roland Agon tombe pour la Libération de Paris ; une plaque lui rend hommage[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]