Gustave Mathieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mathieu.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gustave Mathieu (homonymie).
Gustave Mathieu
Gustave Mathieu.jpg
Portrait entre 1855 et 1859.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Nationalité
Activité

Gustave Mathieu est un poète, chansonnier et goguettier français né à Nevers (Nièvre) le 9 septembre 1808 et mort à Bois-le-Roi (Seine-et-Marne) le 14 octobre 1877.

Il est le frère d'Émilie Mathieu (1818-1904), femme de lettres et compositrice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Courbet. Gustave Mathieu. 1869

Après des études au collège de Nevers, il s'engage dans la marine de guerre où il devient officier, puis se tourne vers la marine marchande et va courir l'aventure jusque dans le Pacifique. De retour dans la Nièvre, il se lance sans succès dans l'exploitation forestière, puis dans le commerce de tableaux. Il finit par s'installer à Paris où il fréquente les goguettes[1].

Républicain de conviction, il participe aux barricades de la révolution de février 1848 et s'insurge ensuite contre le retour du parti de l'Ordre dans des poèmes composés à double sens afin d'échapper à la censure [2].

Au début du Second Empire, il ouvre un cabaret à l'enseigne de Jean Raisin. Ses amis – Pierre Dupont, Alfred Delvau, Champfleury, Charles Monselet... – s'y réunissent pour écouter, dans l'arrière-boutique, ses poèmes et ses chansons satiriques : La Légende du Grand Étang, Jean Raisin, Le Triomphe du vin, Chanteclair, La Chasse du Peuple, Monsieur Capital, Le Retour des hirondelles...

Il fonde en 1854 L'Almanach de Jean Raisin, revue joyeuse et vinicole ; puis il publie, de 1866 à sa mort, Le simple almanach de Mathieu de la Nièvre.

En 1872, à l'instigation de son ami Louis Noir, afin d'échapper à la répression toujours active contre les Communards, il se retire à Bois-le-Roi où il vivra ses dernières années entouré de ses amis : Olivier Metra, Poupart d'Avyl et Charles Castellani[2].

En 1876 , toujours fidèle à ses convictions républicaines, il publie un poème de soutien à Gambetta[2].

Il ne sortait jamais sans un bouquet de violettes à la boutonnière[3].

Ses œuvres ont été réunies en un recueil intitulé Parfums, chants et couleurs (1re édition en 1873). Avec Paul Arène et Alphonse Daudet, il a collaboré au Parnassiculet contemporain, recueil parodiant la poésie parnassienne (trois éditions en 1866, 1872 et 1876).

Jules Vallès met en scène « Gustave Mathieu, le poète » au chapitre XVII de son roman L'Insurgé.

Sa tombe au cimetière de Bois-le-Roi était surmontée d'un coq en bronze, sous lequel on pouvait lire cette inscription : « Quand ce coq chantera, Mathieu ressuscitera ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grand dictionnaire universel du XIXe siècle publié par Pierre Larousse, tome 8, page 1350, article goguette.
  2. a, b et c Gustave Mathieu, les derniers jours de la bohème à Bois le Roi, Michèle Saliot, novembre 2017, Société d'histoire de Fontainebleau et de sa région n°13, p.80
  3. Charles Vincent Chansons mois et toasts, E. Dentu, Éditeur, Paris 1882, page 334.

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Fontainebleau Revue d'Histoire de la ville et de sa région (n°13), Société d'histoire de Fontainebleau et de sa région, , « Gustave Mathieu, les derniers jours de la bohème à Bois le Roi, pages 79 à 82 »


Liens externes[modifier | modifier le code]

NOVEMBRE