Olivier Métra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olivier Métra
Olivier Métra.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Annonce d'un bal de l'Opéra à la Mi-Carême 1879[1].
Monument à Bois-le-roi.

Jules-Louis-Olivier Métra, né à Reims[2] le et mort à Paris le [3], est un compositeur et chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'acteur Jean Baptiste Métra, Olivier Métra monte très tôt sur scène avec son père. En 1842, il fait ses débuts au Théâtre Comte. En outre, il apprend le violon et joue, dès l'âge de 19 ans dans un bal du boulevard Rochechouart. Sur les conseils d'un musicien d'orchestre, il suit les cours d'Antoine Elwart au Conservatoire de Paris, où il obtient un premier prix d'harmonie.

Dès 1855, il dirige l'orchestre du Bal Mabille. Pendant cette période, il acquiert une grande popularité grâce à des valses, comme Le Tour du Monde, la Valse des Roses, Gambrinus, et La Nuit La sérénade. De 1872 à 1877, il dirige notamment les bals de l'Opéra-Comique, l'orchestre des Folies Bergère[3], pour lequel il a composé plusieurs ballets, y compris Les Volontaires. De 1874 à 1876, c'est au tour des bals du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles[3] et, finalement, ceux de l'Opéra de Paris[3], aux côté de Johann Strauss II. Il y donne, en 1879, le ballet Yedda, sur une chorégraphie de Mérante, représenté pour la première fois le . En 1885, il fonde au Palais Vivienne les « soirées Metra » qui se composent de concerts promenade, de bals et de fêtes les mercredi et samedi soir. En 1888, il crée au Théâtre des Bouffes-Parisiens son opérette Le Mariage avant la lettre sur un livret d'Alphonse Jaime et Georges Duval. En plus de ses valses et opérettes, Métra réalise de nombreux arrangements d'autres opérettes de compositeurs comme Jacques Offenbach, Émile Tédesco, Louis Ganne, Robert Planquette, Charles Lecocq, Edmond Audran et Léon Vasseur. Certaines de ses compositions sont utilisées comme musiques de films dans, entre autres, Ciboulette, de Claude Autant-Lara (1930) et Les Destinées, d' Olivier Assayas (2000).

Il est, de tous les compositeurs français de son style et de son époque, l'un des plus populaires. Tout le monde connaissait ses valses, polkas, mazurkas et quadrilles.

Olivier Métra est inhumé à Bois-le-Roi, sa tombe monumentale est ornée d'un buste par Antonin Mercié.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1892, la Rue Olivier-Métra (Reims) est instituée. En 1907, la rue Olivier-Métra dans le 20e arrondissement de Paris prend son nom en hommage.

Littérature[modifier | modifier le code]

Marcel Proust fait allusion à la Valse des roses d'Olivier Métra dans Du côté de chez Swann.

« Il trouvait ouverts sur son piano quelques-un des morceaux qu'elle préférait : la Valse des Roses ou Pauvre fou de Tagliafico (qu'on devait, selon sa volonté écrite, faire exécuter à son enterrement), il lui demandait de jouer à la place la petite phrase de la sonate de Vinteuil, bien qu'Odette jouât fort mal, mais la vision la plus belle qui nous reste d'une œuvre est souvent celle qui s'éleva au-dessus des sons faux tirés par des doigts malhabiles, d'un piano désaccordé[4]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Tintamarre, 9 mars 1879, page 8, 3e colonne.
  2. Au 5, rue Pavée-d’Andouilles (actuelle rue du Cadran-Saint-Pierre).
  3. a, b, c et d Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 727
  4. Marcel PROUST, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, 1987, p. 339

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.

Liens externes[modifier | modifier le code]