Gustave Le Vavasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Gustave Levavasseur.
Gustave Le Vavasseur
Gustave Le Vavasseur.jpg
Portrait ornant le frontispice des Œuvres choisies de Gustave Le Vavasseur (1897).
Fonctions
Président
Société des antiquaires de Normandie
Secrétaire général
Société historique et archéologique de l'Orne
Président
Société historique et archéologique de l'Orne
Maire
La Lande-de-Lougé
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonymes
Civilis
Gustave DelorneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Collège de Juilly (depuis )
Faculté de droit de Paris (d) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Genres artistiques

Gustave Le Vavasseur, né le à Argentan et mort le à La Lande-de-Lougé, est un poète et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Michel Le Vavasseur, inspecteur d’Enregistrement, et de Marie-Célestine Renault de la Renaudière[1], Le Vavasseur commença, en 1828, au collège de sa ville natale, où il se lia avec Philippe de Chennevières[1], des études, interrompues, au bout de deux ans, par les Trois Glorieuses, où il fait montre d’idées ultra-royalistes héritées de sa mère[2]. En 1833, il alla terminer ses études au collège de Juilly[3]. Il vint faire son droit à Paris et se fit recevoir avocat le , mais n’exerça guère[4]. Ayant fait la connaissance, à Paris, à la pension Railly, des poètes Ernest Prarond, Auguste Dozon, dit « d'Argonne » et Charles Baudelaire, il débuta de bonne heure dans la littérature et faillit même faire paraitre un volume de vers portant ces quatre signatures réunies avant que Baudelaire ne se récuse au dernier moment.[1].

Il demeura, quant à lui, fidèle au fonds et la forme de la poésie classique[2], marquée par sa Normandie natale, publiant dès 1843, Vers, un recueil de poésies en collaboration avec ses amis Prarond et Dozon. Depuis cette époque, il ne cessa de donner chaque année des morceaux en vers et en prose où il faisait preuve du talent le plus souple et le plus varié. Son œuvre, un peu éparse, dont il a réuni lui-même la meilleure partie en quatre volumes, est considérable. Avec une réputation inférieure peut-être à son talent, Le Vavasseur jouissait cependant de l’estime d’admirateurs assez nombreux, et sa notoriété s’étendait bien au-delà des limites de sa province. À maintes reprises, le Polybiblion en a fait l’éloge. Excellant dans le tableau de genre, dans la pièce de circonstance, dans la strophe au rythme difficile, il fit école, et toute une pléiade de jeunes auteurs normands, Paul Harel, Charles Pitou, Achille Paysant, Joseph Germain-Lacour, Florentin Loriot, Wilfrid Challemel (d), Ernest Millet et beaucoup d’autres, lui demanda des conseils et imita son style et sa manière[5].

Après avoir passé quelque temps dans la capitale, il retourna dans son pays et s’établit dans la commune de Longé, dont il devint maire en 1849 et représentant le canton de Briouze au Conseil d’arrondissement en 1852 et Conseiller général en 1870[6].

En même temps qu’il cultivait la muse, Le Vavasseur se livrait à des travaux d’érudition. Il fut quelque temps président de la Société des antiquaires de Normandie, président de la Société historique et archéologique de l'Orne, dont il était resté secrétaire général[3].

Il a écrit sous les pseudonymes de « Civilis[7] » et « Gustave Delorne[8] ».

Jugements[modifier | modifier le code]

« Jamais je n'ai vu d'homme si pompeusement et si franchement Normand[9] »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Farces et moralités, 1848.
  • Fantaisies, 1864.
  • Études historiques, Carnet de voyage et Tristia (t. III des Poésies complètes), 1889.
  • Notice biographique sur le comte de Vigneral, Caen, 1809, in-8°.
  • Dix mois de révolution, sylves politiques avec Ernest Prarond, Paris, 1819, in-12.
  • Notices sur les trois frères Jean Eudes, prêtre, fondateur des Eudistes  ; François Eudes de Mézeray, historiographe de France, et Charles-Eudes d’Houay, chirurgien, échevin d’Argentan, Argentan, 1835, in-8°.
  • Poésies fugitives, Paris, 1840, in-12.
  • Napoléon, sous le pseudonyme de G. Delorne, Paris, 1841, in-8°.
  • Vie de Pierre Corneille, Paris, 1843, in-12.
  • Vers, en collaboration avec MM. Prarond et Argonne, 1843, in-18.
  • Farces et moralités, Paris, 1848, in-12.
  • Le Diner du mardi gras, Argentan, 1852, in-fol..
  • Mgr de Salinis, notice biographique, Amiens, 1861, in-8°.
  • Études d’après nature ; caractères et portraits rustiques. Impressions de voyages, Paris, 1864, in-18 (t. II des Poésies complètes).
  • Croquis à la plume, Amiens, 1866, in-8°.
  • Intima. Souvenirs, Caen, 1868, in-32.
  • De quelques petits poètes normands contemporains de Malherbe, Caen, 1868, in-8°.
  • Jean de Paris, Amiens, 1872, in-8°.
  • S. S. P. N. Pie IX carmen, Paris, 1872, in-8°.
  • Les Tripes par deux Normands, Paris, 1873, in-12.
  • La Chapelle de Saint-Pierre à Rasnes, Alençon, 1873, in-8°.
  • Étude sur le rôle de quelques poètes pendant les guerres de religion, Caen, 1874, in-8°.
  • Locutions normandes, Alençon, 1874, in-8°.
  • Un Chapitre d’art poétique. La Rime, Paris, 1875, in-4°.
  • Dans les herbages : les échos suisses ; le curé de Saint-Gésahold ; les amours de Jacqueline, Paris, 1876, in-8°.
  • Épitre à Julien Travers, Caen, 1876, in-8°.
  • Souvenirs de collège, Paris, 1878, in-8°.
  • D’où partirent les assassins de saint Thomas de Cantorbéry, Alençon, 1879, in-18.
  • Notice biographique sur Le Harivel Durocher, Caen.
  • D’Amiens à Paris par l’express de 3 h. 15, Amiens, 1879, in-8°.
  • Notice biographique sur Le Harivel Durocher, Caen.
  • Chansons de gestes et légendes, Caen.
  • Poésies complètes, Paris, 1880-1896, 5 vol. in-8°.
  • Les Vingt-huit Jours du caporal Ballandard, avec Paul Harel, Paris, 1882, in-16.
  • Beati mortui, Sées, 1883, in-12.
  • Bibliothèque ornaise. Essai de bibliographie cantonale. Canton de Briouze, avec MM. l’abbé Gautier et le comte de Contades, Mamers, 1883, in-18.
  • La Vengeance d’Ursule, Paris, 1883, in-18.
  • Argentan, 20 minutes d’arrêt, Alençon, 1883, in-8°.
  • Fantaisie municipale, Meulan, 1883, in-8°.
  • La Dame de Tomelle, Alençon, 1883, in-8°.
  • Marie, Meulan, 1883, in-8°.
  • Canton d’Écouché, avec M. de Contades, Paris, 1884.
  • Fin de saison, Meulan, 1885, in-8°.
  • Inter amicos et Intima (t. IV des Poésies complètes), Paris, 1889, in-12.
  • Commencements de la lutte entre les anciens et les modernes. Les Dramaturges normands. L’Argentenois Nicolas Chrétien des Croix, Caen, 1894, in-8°.
  • Un souvenir de l’inauguration de la statue de Poussin en 1851, Caen, 1894, in-8°.
  • Courrier d’Italie, Alençon, février-mai 1869 1809, in-8°.
  • Exposition universelle des beaux-arts. Les Artistes normands. Les Artistes du département de l’Orne, Argentan, 1855, in-32.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Eugène de Beaurepaire, « Notices biographiques : Sur M. Gustave Le Vavasseur », Annuaire des cinq départements de la Normandie, Caen, Association normande, vol. 64,‎ , p. 433 (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2019).
  2. a et b Lucien Viborel, Les Fleurs du bien : anthologie de poésie catholique des XIXe et XXe siècles, Paris, F. Lanore, , 238 p. (ISBN 978-2-85157-270-7, OCLC 301789601, lire en ligne), p. 43.
  3. a et b Gustave Pawlowski et Henri Stein, Polybiblion : Revue bibliographique universelle, vol. 77, , 576 p. (lire en ligne), p. 368.
  4. Lorédan Larchey, « M. Gustave Le Vavasseur », La Petite Revue, René Pincebourde, vol. 9,‎ 11 novembre 1865-10 février 1866 neuvième trimestre, p. 115 (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2019).
  5. Société française d’archéologie, « Nécrologie », Bulletin monumental, Paris ; Caen, Alphonse Picard ; Henri Delesques, vol. 61, t. 1,‎ , p. 372-3 (lire en ligne, consulté le 12 juin 2019).
  6. Louis-Pierre Hommey, Histoire générale ecclésiastique et civile du diocèse de Séez : ancien et nouveau, et du territoire qui forme aujourd’hui le Département de l’Orne, t. 5, Alençon, E. Renaut-De Broise, , 515 p., 5 vol. in-8° (OCLC 559717912, lire en ligne), p. 487.
  7. Gérard de Contades, Gustave Le Vavasseur : bibliographie de ses œuvres (1840-1896), Alençon, E. Renaut-de Broise, , vii, 63 p. (lire en ligne), p. 2.
  8. Gérard de Contades, Gustave Le Vavasseur : débuts littéraires. Discours lu à la séance publique de la Société historique et archéologique de l’Orne, le 19 octobre 1898, Alençon, E. Renaut-de Broise, , 19 p. (lire en ligne), p. 12.
  9. Inauguration du buste de Gustave Levavasseur : études, discours & poésies lus à Argentan les 19 et 20 octobre 1898, Alençon, E. Renaut-De Broise, , 109 p. (lire en ligne), p. 4.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard de Contades, Gustave Le Vavasseur : débuts littéraires. Discours lu à la séance publique de la Société historique et archéologique de l’Orne, le 19 octobre 1898, Alençon, E. Renaut-de Broise, , 19 p. (lire en ligne).
  • Gérard de Contades, Gustave Le Vavasseur : bibliographie de ses œuvres (1840-1896), Alençon, E. Renaut-de Broise, , vii, 63 p. (lire en ligne), p. 1.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :