Grenier à sel de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grenier à sel de Paris
(démoli en 1909)
Quartier du Châtelet, 1750.jpg
Carte de 1750 ou l'on voit l'emplacement du Grenier à sel de Paris
Présentation
Destination initiale
Construction
1698
Démolition
1909
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Le grenier à sel de Paris, également appelé Gabelle de Paris, est un ancien entrepôt pour le sel de gabelle situé à Paris. Il était situé à l'angle de la rue des Orfèvres et de la rue Saint-Germain-l'Auxerrois dans l'actuel 1er arrondissement. Construit en 1698, il est détruit en 1909.

Situation[modifier | modifier le code]

Le grenier à sel de Paris était situé à l'angle no 6 rue Saint-Germain-l'Auxerrois et nos 2-4 rue des Orfèvres[1] à l'emplacement actuel de l'école maternelle Saint-Germain-l'Auxerrois[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Les greniers à sel royaux apparaissent au XIVe siècle pour contrôler la vente du sel et permettre de recevoir la gabelle. Le premier grenier à sel de Paris est d'abord situé rue de la Saunerie[3].

En 1698, le second grenier à sel est construit sur l'emplacement de l'ancien hôtel particulier de Barthélemy de Roye[N 1] que ce dernier avait cédé, en 1224, aux abbés de Joyenval[4].

Ce grenier à sel possédait son entrée principale rue Saint-Germain-l'Auxerrois, ainsi qu'une seconde entrée rue des Orfèvres. Ce bâtiment était divisé en trois greniers contigus[1] où l'on stockait le sel arrivé par voie fluviale au port au Sel situé quai de la Saunerie :

L'activité du grenier à Sel de Paris s’étendait au territoire de Paris, mais également de sa banlieue. Son action était limitée par les ressorts respectifs des greniers à sel de Brie-Comte-Robert, de Lagny, de Senlis, de Pontoise, de Poissy, de Versailles et d'Étampes.

Le grenier à Sel cessa de fonctionner à la Révolution Française. Les bâtiments furent vendus en 1818 et démolis en 1909.

Quelques fragments de sculptures et des frontons sont visibles dans le square Georges-Cain[5].

Vestige du grenier à sel dans le square Georges-Cain

Un grenier à sel qui n'avait qu'un rôle de stockage et non plus fiscal fut établi vers 1820 sur les terrains de l'ancien jardin de l'Hôtel de Beaumarchais du nos 12 à 22 boulevard Beaumarchais et fit détruit en 1841 pour construire les immeubles entre ce boulevard et la rue Amelot[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Barthélemy de Roye, né vers 1170 et mort le 24 janvier 1237, est un conseiller du roi de France Philippe II Auguste. En 1224, il fonde l'abbaye de Joyenval.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 14e quartier « Louvre », îlot no 3, F/31/80/23
  2. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE)
  3. Jean Lacroix de Marlès, Paris ancien et moderne, ou Histoire de France divisée en douze périodes, Paris, Parent-Desbarres, 1837-1838, tome 3, p. 82 [lire en ligne]
  4. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1960
  5. Le square Georges-Cain sur paris1900.lartnouveau.com
  6. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 65 [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]